L' OR DES FOUS #3 Vaincre ou mourir

voir la série L' OR DES FOUS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782302053595

Résumé de l'album Vaincre ou mourir

Au sortir d’une taverne ou Il a passé la nuit en galante compagnie, Francisco Pizarro est victime d’une embuscade. Une demi-douzaine de spadassins bien déterminés à le faire passer de vie à trépas tente de l’occire. Un seul d’entre eux survit, capturé, il dénonce sous la torture le nom de son commanditaire : Diego De Almagro.
L’ex associé de Pizzaro s’est finalement retourné contre lui, entre les deux hommes la folie de l’or a fait son œuvre.

Par Olivier, le 25/09/2016

Notre avis sur l'album Vaincre ou mourir

Loin de l’Espagne, les nobles ont recréé une société à l’image de celle qu’ils ont laissée, de grandes haciendas, l’église toute puissante et la justice au service du plus fort.
La soif de l’or et le mirage de l’Eldorado ont fait place à une source de richesse bien plus concrète, l’argent dont le sol du Pérou regorge. Après avoir éliminé son rival le plus dangereux, Francisco va organiser l’extraction de l’argent, enrôlant de force les natifs, véritables esclaves trimant et mourants dans les mines.
Francisco Pizarro met le pays à sac et si, sporadiquement quelques incas se rebellent encore, son destin se trace dans l’ombre de la mort d’Almagro.

Un troisième tome qui clôt ce récit historique où l’homme prend toute sa place, avec des passions exacerbées par des promesses de richesse et de pouvoir incommensurables. La lutte pour l’or, l’argent, la gloire dans un environnement hostile avec une nature étouffante et mortelle finit par détruire tout sens moral et oblitère la raison, l’or rend fou.
Peut-on encore parler de tragique et fulgurante destinée pour ces hommes, ces conquistadors qui ont œuvré pour la gloire et la richesse de l’Espagne mais aussi pour la leur et ont eu une fin très vulgaire au regard de leur vie.
Jean François Di Giorgio s’est attaché à rendre ces personnages crédibles, romançant avec un respect de la fidélité historique une aventure humaine et politique tragique à tous points de vue.

Porté par le dessin très expressif de Giancarlo Olivares, on se replonge dans l’aventure qui nous éloigne de la jungle mortelle pour mieux nous entrainer dans un contexte plus policé mais tout aussi redoutable.

Par , le

Les albums de la série L' OR DES FOUS

Nos interviews liées

JF Di giorgio pour Bruxelles Métropole, édition Glénat

Sceneario : Comment gères-tu la rentrée avec trois sorties assez rapprochées (Bruxelles, Eden Killer, Samuraï) ?
JF Di Giorgio :
 Ajoutez à cela la naissance de mon fils il y a peu, ca fait vraiment une actualité chargée ( rires ! ). 
Pour le moment tout se passe bien. Apparemment les gens ont l'air d'apprécier l'album "Bruxelles Métropole", et les prépublications de "Samurai" et d' "Eden Killer". Mais bon, dans six mois, tout peut changer. C'est la raison pour laquelle je profite chaque jour de ce qui m'arrive. 

Sceneario : Dans nos interviews, on a souvent parlé de mygala et samouraï. Peux tu nous parler de tes anciennes series, julie-julie, sam grifith, munro,les pays perdu, bouchon le petit cochon et shane avec le recul ?
JF Di Giorgio :
 "Julie Julie", c'est quasi de l'archéologie. C'est presque mon tout premier bouquin [...]

Lire la suite ›

Jean-François DI GIORGIO

Sceneario.com: As tu de ton coté terminé l'écriture de Samuraï?
Jean-François DI GIORGIO: Je termine l'écriture du tome 3. Et j'entame celle du 4, qui bouclera le premier cycle.

Sceneario.com: As tu parfois envie de changer ton histoire?
Jean-François DI GIORGIO: Oui, je suis parfois tenté. La réalisation d'un premier cycle comme celui de Takeo, c'est 4 ans de votre vie ! Forcément on a envie de changer des choses en chemin.

Sceneario.com: Es-ce que tu es totalement libre de ton histoire?
Jean-François DI GIORGIO: Dès  le début, je savais où j'allais. Mais encore une fois, en chemin   il nous arrivait à Fred ou à moi, d'avoir une meilleure idée, voir une idée complètement différente de celle du début. Chaque fois que cela a été possible j'ai  intégrée la nouvelle idée à la trame  principale [...]

Lire la suite ›