L' OR DES FOUS #2 Par le feu et par le sang

voir la série L' OR DES FOUS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782302037687

Résumé de l'album Par le feu et par le sang

Pizarro et ses hommes s’enfoncent de plus en plus profondément en pays Inca à la recherche de la cité de Cajamarca, la cité de l’or.
N’ayant qu’une vague connaissance géographique de l’emplacement de cette cité, l’avancée est lente, périlleuse et éprouvante, la colonne de Pizarro est lourdement armée, les chevaux peu habitués à cheminer dans la jungle.
La colonne avance péniblement dans ce bourbier, subissant la maladie, la soif et les attaques répétées des tribus locales qui prélèvent leur tribu de vies humaines.

Par Olivier, le 30/04/2014

Notre avis sur l'album Par le feu et par le sang

Les quelques villages qu’ils traversent ne peuvent leur apporter une quelconque paix. La guerre civile qui divise l’empire Inca depuis la mort de Huayna Capac oppose les partisans de ses deux fils en une guerre sanglante et dévastatrice. Les villages qu’ils croisent sont détruits, pillés, brulés et leurs habitants sauvagement massacrés.

Seule la volonté de Pizarro maintient les hommes : son obstination et la soif de l’or. Aucun d’entre eux et encore moins le Conquistador ne peuvent envisager de rentrer les mains vides et d’affronter le déshonneur, la misère et les quolibets.
Ils ne peuvent qu’avancer et vaincre.
Mais 150 hommes, une trentaine de chevaux et quelques chiens, même particulièrement hargneux, semblent une force bien dérisoire face à l’armée d’Atahualpa, forte de 40 000 guerriers.

Jean François Di Giorgio nous entraine à nouveau sur les pas de Pizarro, dans cette folle équipée humaine, où le choc des civilisations ne le cède qu’à la lutte fratricide qui oppose Atahualpa à son demi-frère Huascar.
Le récit progresse avec méthode, alliant une vision d’ensemble terriblement sanglante et une approche plus axée sur les caractères des personnages et notamment sur Pizarro et Almagro son associé.
Di Giorgio joue avec le registre dramatique, faisant monter la tension, alternant les moments de calme et les explosions de violence. Il allie l’Histoire et le romanesque avec brio sans lâcher le lecteur.
Le dessin très expressif de Giancarlo Olivares renforce cette impression de folie des hommes et leur absence de miséricorde quel que soit leur camp, les espagnols qui ne peuvent qu’avancer et les Incas qui s’entre déchirent. Sa mise en scène est nerveuse et son découpage particulièrement efficace avive le coté grand spectacle d’aventure de la série.

De l’or et du sang à profusion.

Par , le

Les albums de la série L' OR DES FOUS

Nos interviews liées

JF Di giorgio pour Bruxelles Métropole, édition Glénat

Sceneario : Comment gères-tu la rentrée avec trois sorties assez rapprochées (Bruxelles, Eden Killer, Samuraï) ?
JF Di Giorgio :
 Ajoutez à cela la naissance de mon fils il y a peu, ca fait vraiment une actualité chargée ( rires ! ). 
Pour le moment tout se passe bien. Apparemment les gens ont l'air d'apprécier l'album "Bruxelles Métropole", et les prépublications de "Samurai" et d' "Eden Killer". Mais bon, dans six mois, tout peut changer. C'est la raison pour laquelle je profite chaque jour de ce qui m'arrive. 

Sceneario : Dans nos interviews, on a souvent parlé de mygala et samouraï. Peux tu nous parler de tes anciennes series, julie-julie, sam grifith, munro,les pays perdu, bouchon le petit cochon et shane avec le recul ?
JF Di Giorgio :
 "Julie Julie", c'est quasi de l'archéologie. C'est presque mon tout premier bouquin [...]

Lire la suite ›

Jean-François DI GIORGIO

Sceneario.com: As tu de ton coté terminé l'écriture de Samuraï?
Jean-François DI GIORGIO: Je termine l'écriture du tome 3. Et j'entame celle du 4, qui bouclera le premier cycle.

Sceneario.com: As tu parfois envie de changer ton histoire?
Jean-François DI GIORGIO: Oui, je suis parfois tenté. La réalisation d'un premier cycle comme celui de Takeo, c'est 4 ans de votre vie ! Forcément on a envie de changer des choses en chemin.

Sceneario.com: Es-ce que tu es totalement libre de ton histoire?
Jean-François DI GIORGIO: Dès  le début, je savais où j'allais. Mais encore une fois, en chemin   il nous arrivait à Fred ou à moi, d'avoir une meilleure idée, voir une idée complètement différente de celle du début. Chaque fois que cela a été possible j'ai  intégrée la nouvelle idée à la trame  principale [...]

Lire la suite ›