L' IMMEUBLE D'EN FACE #3 Tome 3

voir la série L' IMMEUBLE D'EN FACE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LA BOITE A BULLES

Collection :

Contre-jour

Genre :

Noir et Blanc

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782849530955

Résumé de l'album Tome 3


Claire n’a pas dormi chez elle, cette nuit, mais chez Maurice qu’elle a rencontré lors de la fête du Nouvel An. De quoi contrarier son petit ami, Louis, qui, avant de la retrouver après un silence radio trop long, aura eu bien des occasions de se faire du souci : dans les plans comme ça, on a toujours des copains manquant un peu de tact qui évoquent des choses qu’on n’a pas envie d’entendre ! Surtout que le Maurice, c’est un beau gosse...

Béatrice est tombée malade, et c’est auprès de Fabienne et Jacky qu’elle va trouver un peu de soutien. Chez eux deux, pourtant, c’est toujours aussi tendu. C’est pourquoi Fabienne a décidé qu’ils partiraient en cure pour se détendre, laissant leur chien Gipsy chez Claire et Louis.
 

Par Sylvestre, le 24/05/2010

Notre avis sur l'album Tome 3


Plusieurs grands tableaux se superposent dans ce troisième et dernier volume de L’immeuble d’en face ; comme se superposent les étages dudit bâtiment dans lequel on retrouve les personnages qu’on y côtoie depuis maintenant plusieurs années. Il y a d’abord Claire et Louis, qui prennent beaucoup de place et autour de qui d’autres comme Marine ou Maurice viennent donner du relief à leur relation. Il y a Béatrice qui, démotivée, malade, morose, va retrouver grâce à ses enfants Rémi et Charline l’envie de danser. Et il y a Jacky et Fabienne, les plus âgés du lot, que l’on va suivre jusqu’en cure où quelques rayons positifs viendront irradier leur couple.

La vie continue, dans l’immeuble, avec ses hauts et ses bas, avec ces petits gestes entre amis et entre voisins, avec des moments de solitude et de colère, avec des moments festifs aussi.

Avec ce tome, la trilogie se termine ; au rythme qu’elle a toujours respecté. Et c’est avec un personnage qui va apporter un supplément d’âme au lieu qu’elle prend fin, laissant ses lecteurs pleins de souvenirs mais les laissant aussi avec ce petit pincement au cœur que l’on ressent lorsqu’on déménage d’un lieu où l’on a aimé rester.

Avec L’immeuble d’en face, Vanyda a su créer l’événement et faire connaître son style à cheval (de quatre ! ;-) entre manga et franco-belge. Avec L’immeuble d’en face, on l’a découverte, on a suivi la maîtrise de son trait dans le temps, et ce trait, qu’elle a eu l’occasion de mettre au service d’autres récits (aussi proches des personnages qui y apparaissent que l’est celui-là), donne forcément rendez-vous dans ses futures réalisations à ceux qui l’ont apprécié puis adopté.

Il fallait que Forrest coure. Il faut absolument que Vanyda continue de raconter et de dessiner des histoires !!!
 

Par , le

Les albums de la série L' IMMEUBLE D'EN FACE

Nos interviews liées

Rencontre avec Vanyda

Sceneario.com : Bonjour Vanyda. Ma première question va concerner tes débuts, puisque le fait d’avoir fréquenté l’Ecole des Beaux-Arts de Tournai t’a fait rencontrer des gens, en particulier François Duprat avec lequel tu as pas mal travaillé et avec qui tu as sorti ta première BD : L’année du dragon. Est-ce que ça te paraissait plus facile de réaliser une première BD avec quelqu’un d’autre plutôt que toute seule ?

Vanyda :
Non, ça s’est fait un peu par hasard. En fait, avec François, on avait remarqué qu’on avait des univers assez proches avec pour chacun, pourtant, une influence différente : lui était plutôt "Franco-Belge" et moi j’étais plutôt "Manga". Puis il y a eu ce concours organisé par les éditions Tonkam dont le thème était les dragons et c’est sur ce projet-là qu’on a décidé de travailler ensemble [...]

Lire la suite ›