L' HONNEUR DES TZAROM #1 Cellules familiales

voir la série L' HONNEUR DES TZAROM
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

NEOPOLIS

Genre :

Humour

Science Fiction

Space Opera

Sortie :
ISBN : 9782756013701

Résumé de l'album Cellules familiales

Gabriel Sauzé ne sait pas encore dans quoi il s’embarque lorsqu’il est nommé avocat commis d’office pour Lubna Tzarom. Elle est la matriarche d’une famille tzigane intergalactique qui n’en est pas à son coup d’essai côté escroquerie ! Le jeune avocat semble plus inquiet de son sort que le mari, Toni qui parle nonchalamment d’erreur judiciaire malgré les preuves accumulées à l’encontre de sa femme.

Mais la conversation tourne court lorsque la plantureuse Rona débarque au pied du vaisseau, poursuivie par une horde de Kadmars furieux de s’être fait escroquer par la jeune femme. Les Tzarom fuient juste à temps, mais, dans la confusion, ils ont embarqué avec eux l’avocat. Ce dernier va vite comprendre pourquoi la famille n’est pas inquiète pour Lubna. Ils ont plus d’un tour dans leur sac pour s’en sortir. Pour autant, se doutent-ils qu’ils sont en passe de se faire doubler par un adversaire aussi rusé qu’eux ?

Par Legoffe, le 28/12/2009

Notre avis sur l'album Cellules familiales

Après le très bon “Célestin-Gobe-la-Lune” ou encore la jolie aventure “Alim le tanneur”, Lupano nous offre une nouvelle récréation. Cette fois, nous partons direction l’espace, à bord de roulottes comme vous n’en avez jamais vues ! Les monstrueuses caravanes de nos gens du voyage vont faire pâle figure à côté de ce que préfigurent les véhicules des gitans du futur. Bon, il y a un truc qui ne change guère, ce sont les aires des gens du voyage. La collectivité, une fois encore, les range à l’écart dans des coins plutôt tristounets. De ce point de vue, Lupano nous rappelle que ce sont des familles, des êtres humains, qui vivent différemment de nous, avec des règles et des codes bien à eux, voilà tout. De toute façon, nos tziganes galactiques savent mettre de l’ambiance et se moquent bien de tout cela ! Tout l’album, d’ailleurs, est très animé et ne présente aucun temps mort.

Certes, le scénario n’est pas forcément très original. On découvre une famille qui n’a pas froid aux yeux, flanquée d’un avocat fluet et un peu niais qui va jouer les héros pour séduire la fille du patron. Cela a un petit air de déjà vu. Pour autant, le déroulement est efficace et l’humour bon enfant.

Il y a ainsi beaucoup de gaieté dans ce livre. Un sentiment renforcé par le dessin dynamique et coloré de Cauuet. L’auteur de “Aster” réalise un sans fautes avec son trait sûr et ce style plutôt “cartoonesque”, très vivant.

Bref, le lecteur s’offre avec plaisir cette aventure rigolote qui aurait aussi bien pu s’appeler... “la caravane s’amuse”.

Par , le

Les albums de la série L' HONNEUR DES TZAROM

Nos interviews liées

Un entretien avec Paul Cauuet

Un entretien avec Paul Cauuet.


Interviewer : Berthold
Image & Son Mathieu & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano : rencontre avec ses Sept Nains et son Traquemage

Rencontre avec Wilfrid Lupano à l'occasion de la sortie de Traquemage et des Sept Nains


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Wilfrid Lupano et Rodguen

    Interviewer : Aubert
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano

Sceneario.com : Bonjour Wilfrid. En ce mois d'avril 2011, votre actualité est des plus fournies. Pas moins de trois albums font l'objet d'une publication chez Delcourt (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, L'honneur des Tzarom et Le droit chemin). Hasard de calendrier ou boulimie de travail permanente ?
Wilfrid LUPANO : Hasard complet. J’ai écrit ces ouvrages à des moments très différents ( le T2 de l’honneur des Tzarom, par exemple, est écrit depuis 2005!) C'est simplement le temps nécessaire à leur fabrication, le temps de trouver les bons dessinateurs et le choix de l'éditeur de programmer à telle ou telle date. Pour le Droit Chemin, par exemple, le premier album est achevé depuis longtemps, mais nous avons décidé d'en retarder la sortie pour pouvoir raccourcir le délai entre les deux premiers tomes, pour que les lecteurs attendent moins. C'est donc là encore un scénario écrit il y a deux ans environ [...]

Lire la suite ›

Wilfrid LUPANO pour L'Honneur des Tzarom chez Delcourt

Sceneario.com: Comment vous est venue cette histoire de tziganes intergalactiques ? Erriez vous sur une aire de gens du voyage, face à la pleine lune, lorsque l’inspiration est venue ?   Wilfrid LUPANO: Presque. J’avais, je crois, envie d’un grand bol d’air. Et paradoxalement, je suis allé le chercher là où il n’y en a pas : dans l’espace. La science-fiction ne m’intéresse plus beaucoup, car elle est assez largement en panne, mais c’est un genre qui offre encore de belles possibilités sur le registre du comique. L’espâââce reste un espace de libertés, alors profitons-en.   Sceneario.com: Les tziganes représentent le lointain, la liberté, la rébellion contre les codes établis. Ce sont des thèmes qui semblent vous attirer en permanence non ?   Wilfrid LUPANO: C’est exactement ça. A l’heure des caméras partout, des GPS, des passeports biométriques, les gens du voyage me paraissent finalement des gens assez libres [...]

Lire la suite ›

Interview de Wilfrid LUPANO sur l'Ivresse des Fantômes

 
Sceneario.com : Bonjour, et merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour les internautes ?

Wilfrid Lupano :
Je suis Wilfrid LUPANO, j’ai 36 ans, je suis père d’un petit garçon. Je suis venu à la bande dessinée il y a une petite dizaine d’années, par hasard, ma première activité ayant été le monde de la nuit comme on dit. J’ai travaillé dans le monde de la nuit pendant 15 ans ; j’ai commencé tôt. En parallèle, j’écrivais. J’ai toujours plus ou moins écrit, mais pour moi. En même temps, je lisais de la bande dessinée mais bizarrement, je n’avais pas fait le lien entre les deux activités. D’abord parce que je n’aurais pas su comment m’y prendre et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je ne faisais vraiment pas le lien [...]

Lire la suite ›