L'homme qui n'existait pas

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Fantastique

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782754807494

Résumé de l'album L'homme qui n'existait pas


Léonid Miller est développeur de site et se complait tout particulièrement dans sa façon d'exister. Célibataire, grand solitaire devant l'Eternel et uniquement passionné de cinéma, il évite aisément le contact avec son prochain qui, pour lui, est superflu voire source de problèmes multiples. Jusqu'au jour où, à la suite d'une séance cinématographique, il s'aperçoit qu'il est devenu totalement immatériel, invisible pour son entourage. Serait-il mort ? Se serait-il transformé en fantôme sans s'en apercevoir ? Sans réellement trouver de réponses, son inexistence se prolongeant, il finit par perdre ses objets les plus chers, son appartement et entame une errance qui ne tarde pas à l'amener à s'intéresser à Françoise Angelli, une star montante du cinéma. Est-ce que le contact de cette dernière pourra lui faire comprendre ce qu'il est devenu ?


 

Par Phibes, le 23/03/2012

Notre avis sur l'album L'homme qui n'existait pas


Après son adaptation du roman de Marcel Aymé, La belle image, paru chez Futuropolis, Cyril Bonin poursuit sa carrière en solo et a choisi de rester, toujours sous la bannière du même éditeur, dans une même thématique fantastique, une thématique des plus intéressantes par son côté original et humaniste.


Pour cela, l'auteur nous donne rendez-vous avec une histoire toute en sensibilité, mettant en présence un personnage commun qui a toutefois la particularité de vivre en marge de son entourage. Ce mode de vie qui, en soi, se réfère à un constat sociétal (l'isolement assez fréquent des personnes), donne lieu à une mise en scène subtile. En effet, Cyril Bonin se joue de ce thème en poussant son raisonnement jusqu'au bout (à force de chercher la solitude, on finit par ne plus exister pour son entourage) et entre, de fait, dans une nouvelle dimension, le fantastique "mesuré".


A cet égard, on lui saura gré de l'évocation surprenante du cheminement de Léonid Miller ayant perdu ses repères matériels, qui suit une évolution simple et efficace sur fond d'ambiances cinématographiques, donnant lieu à d'intenses réflexions intimistes très soignées jusqu'à la rencontre avec Françoise Angelli, chez laquelle il va trouver un écho… et une réponse. La douceur du propos vient s'associer à une étude psychologique remarquable, Cyril Bonin trouvant la juste compromission pour nous sensibiliser, à force de situations, de mots et de sentiments, sur le sort de ses personnages et sur son appel indirect à la communicabilité entre les êtres.


Au niveau du dessin, l'artiste reste maître du style qu'on lui reconnaît entre tous et qu'il a su impulser avec sa série Fog et faire évoluer depuis. Son trait reste sobre tout en évoquant le maximum de choses. Ses personnages gardent une ligne particulière, élancée et laissent transparaître, de par la posture de la tête ou l'inclinaison des yeux, un bon flot d'émotions. Cyril Bonin ne se départit pas de la palette de couleurs dont il a la maîtrise et, à ce titre, grâce à des effets peu sophistiqués, parvient à nous faire sentir l'état d'immatérialité de Léonid.


Un très beau récit tout en sensibilité à porter au crédit d'un auteur complet qui fait preuve d'un talent montant. Coup de cœur !


 

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Cyril Bonin (2)

Coup de cœur de la rédaction et succès public, Amorostasia est un album qui à marqué l’année 2013. L’occasion pour nous de rencontrer à nouveau Cyril Bonin pour poursuivre notre discussion avec un auteur qu’on aime à Scenario.com. Interview dirigée et réalisée par Melville au festival d’Angoulême 2014.

Sceneario.com : Comment est né le projet d’Amorostasia ? Vous nous aviez confié lors de notre précédent entretien qu’il s’agissait d’une envie de longue date.
Cyril Bonin : C’est un projet dont la gestation a été assez longue. L’idée m’est venue en 1995 suite à une réflexion que sans doute tout le monde a eu : quel dommage de ne pas pouvoir retenir les moments heureux de la vie en suspendant le temps. Je me suis donc mis à imaginer une maladie qui figerait les gens dans les moments de bonheur [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Cyril Bonin

Depuis quelques années Cyril Bonin a entamé une carrière en solo assurant les rôles de scénariste et dessinateur. Convaincu par le regard singulier que porte l’auteur dans de chacun de ses albums, nous avons eu envie de le rencontrer. Interview dirigée par Melville et réalisée par email en août 2012.

Sceneario.com : Vous avez fait vos débuts dans la bande dessinée comme dessinateur de la série Fog scénarisée par Roger Seiter. Comment étiez-vous entré dans le projet ?
Cyril Bonin : Roger et moi nous sommes rencontrés lors d’une expo de planches d’un album collectif auquel j’avais participé (« Nique la crise »). Il cherchait un dessinateur pour un projet d’héroic fantasy et nous avons fait un essai qui (heureusement) ne trouva pas grâce aux yeux de l’éditeur. Par ailleurs, Roger avait dans ses cartons un projet de polar situé à New-York, de nos jours [...]

Lire la suite ›