L' ASSASSIN ROYAL #6 Oeil de nuit

voir la série L' ASSASSIN ROYAL
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Adaptation

Aventure

Fantastique

Médiéval

Sortie :
ISBN : 9782302023550

Résumé de l'album Oeil de nuit

Accusé par le Prince Royal d’avoir tué le Roi Subtil en utilisant le vif et d’avoir ensuite assassiné Justin et Sereine, Fitzchevalerie est enfermé dans les geôles de Castelcerf. Battu, torturé, les hommes de main de l’infâme Royal déploient des trésors de cruauté pour lui faire utiliser le vif et prouver qu’il aurait pu s’en servir pour tuer le roi Subtil.

Par Olivier, le 12/10/2012

Notre avis sur l'album Oeil de nuit

A bout de forces, Fitzchevalerie meurt, absorbant le poison concocté par Umbre à l’instigation de Burich. Mais, alors que son corps s’effondre, sa vie s’en va rejoindre œil de nuit, son loup. Il ne restera plus à ses deux amis qu’à déterrer son cadavre pour que sa vie le rejoigne. De longs mois s’écoulent, le jeune homme réapprend à vivre, son corps brutalisé redécouvre les gestes quotidiens sous la garde bienveillante de Burich et plus jamais il ne sera connu sous le nom de Fitzchevalerie.
Loin du château, sous le nom de Cob, il va se joindre à une troupe de saltimbanques.
Pendant ce temps, Subtil, couronné Roi-servant, plus préoccupé de retrouver Kettricken et l’enfant qu’elle porte abandonne les duchés à leurs propres moyens pour repousser les pirates rouges,

Chaque volume de la série, tout en suivant le fil du roman fleuve de Robin Hobb, met l’accent sur un personnage en particulier, pour ce sixième opus, c’est œil de nuit, le loup qui est mis en avant. Personnage à part entière, il est le coté brut de Fitz.

Nous voici arrivés à un tournant de l’histoire, le fragile équilibre qui maintenait les forces en présence à Castelcerf est rompu. Fitz, UMbre et Burich sont en fuite, le Prince Vérité est peut-être mort et son épouse est poursuivie par les hommes de Royal. Les forgisés se répandent par tout le territoire et peu de chemins sont surs pour les voyageurs.
Le royaume court à sa perte alors que les pouvoirs de Fitz sont de plus en plus puissants, mais son esprit reste fragile et il est encore fort loin de dominer toutes ses tensions.
Moins de politique, de coup bas, de manigances ou de complots, nous sommes avec ce nouveau tome engagés directement dans l’action. Jeté sur les chemins, Fitz(Cob) va devoir se battre, lutter aux cotés d’œil de nuit qui n’est jamais très loin de lui. Il va devoir aussi réapprendre à vivre tout simplement, l’absence de Molly lui pèse et ferme son cœur a toute autre approche féminine.
Le gros travail d’adaptation réalisé par Jean-Charles Gaudin est décidément d’une très grande qualité Il condense l’histoire pour n’en garder que la substantifique moelle, sans rien perdre de l’ambiance posée par Robin Hobb. Toute la richesse du scénario vient de la profondeur des caractères des personnages qui sont en proie au doute, au questionnement.
C’est avec beaucoup de plaisir que l’on se laisse absorber par l’intrigue qui, au fil des tomes ne faiblit pas.
Christophe Pecaud, qui a repris le dessin depuis le tome 3, parvient à merveille à créer l’ambiance qui sied à ce récit médiéval fantastique. Le trait est réaliste, ses visages expressifs et l’action fluide nous fait partager les tourments de Fitz et nous entraine sur les chemins aux cotés des deux charmantes danseuses et d'Oeil de nuit, avec lequel les liens sont de plus en plus forts.

Par , le

Les albums de la série L' ASSASSIN ROYAL

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›