L' ASSASSIN ROYAL #1 Le bâtard

voir la série L' ASSASSIN ROYAL
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Cherche Futurs

Genre :

Adaptation

Sortie :
ISBN : 9782302002999

Résumé de l'album Le bâtard


Reconduit sur les terres de ses parents par un vieillard qui l’avait élevé pendant les six premières années de sa vie, un jeune garçon qui ne se connaissait pas d’autre prénom que « Petit » apprit qu’il était le fils de Chevalerie, donc de sang royal, mais fils illégitime. Cinquième sur la liste de succession de son père, il n’en devenait pas moins prétendant officiel, voire un successeur possible si son père qui n’avait pas eu d’enfant avec sa femme le reconnaissait.

Tout d’abord logé parmi les animaux où il s’amouracha d’un chiot duquel son entourage lui dit qu’il avait attrapé « le vif » (le don de l’esprit des animaux), il finit par se faire offrir l’hospitalité dans des appartements du château de Castelcerf plus dignes de son sang, sinon de son rang.

Fitz fut pris sous la protection du roi Subtil qui alla même jusqu’à tester sa loyauté en lui imposant un professeur étrange autant que fascinant, un professeur qui se targuait entre autres de vouloir faire de lui un assassin diplomatique.

A Castelcerf où ceux qu’on appelait les Pirates Rouges représentaient une menace de plus en plus grande pour la paix de la cité, un dénommé Kelvar fut soupçonné d’agir en leur faveur.

Le temps avait passé et Fitz n’était plus le petit garçon qui avait été recueilli des années auparavant ; sa première mission allait être de mettre à jour les réelles motivations de ce Kelvar et de le supprimer s’il s’avérait être un traître...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Le bâtard


L’assassin royal de Jean-Charles Gaudin et de Laurent Sieurac est l’adaptation en bandes dessinées de l’œuvre éponyme de Margaret Astrid Lindholm Ogden, alias Robin Hobb.

Dans ce premier tome intitulé « Le bâtard », on fait la connaissance de Fitz à qui sa créatrice aurait attribué son amour pour les chiens. En effet, Fitz, tout jeune et bien esseulé dans le monde dans lequel il a été projeté, s’amourache de Fouinot, un chiot avec qui il réussira, selon ses proches, à communiquer par l’esprit. Mais les événements vont voir le chien et l’enfant séparés brutalement, épisode traumatisant pour le gamin et qui aura sans doute des répercussions sur la suite même si très vite, l’intensité de la suite tend à nous le faire oublier...

La suite, c’est d’abord une très classique succession de tableaux nous montrant Fitz grandissant, Fitz prenant de l’assurance, Fitz gagnant en intelligence... Bref, un héros naît sous nos yeux ; un héros qui bien vite comprendra qu’il devra évoluer dans un univers miné par les tensions politiques et stratégiques, un héros qui va avoir du boulot ! Car oui, la suite, c’est aussi la mise en place d’une intrigue sonnant la fin de la jeunesse du héros élève...

Sous la plume de Laurent Sieurac et sous les couleurs de Fabien Alquier, sans trop de surprises pour qui y est habitué, l’aventure se dessine. Il est encore trop tôt pour savoir si l’adaptation sera fidèle aux romans de Hobb, et donc si cette série saura trouver sa place dans ce genre littéraire où la concurrence est rude. Le mieux pour le savoir reste de se faire son propre avis, et pour cela de partir pour Castelcerf découvrir ce tome 1 de L’assassin royal aux éditions Soleil !
 

Par , le

L'Assassin Royal commence de façon assez classique, sans grande originalité, mais très vite on s'éloigne tout doucement des sentiers battus pour aller vers un récit réellement intéressant, voir même assez passionnant. Peut-être en effet a-t on l'impression que ça n'est que le début, que le gros du sujet va venir ensuite, toutefois les personnages sont bien plantés, très reconnaissables. C'est efficace. Le dessin de Laurent Sieurac ne cesse de gagner en expressivité, en force et certaines cases sont même magnifiques. Un très grand auteur en devenir, qui risque assez vite de surprendre ses fans !
Alors que je ne suis à priori pas un lecteur habituel de ce genre de récit, que je n'ai pas lu non plus les livres à la base de cette adaptation, j'avoue que j'ai été très agréablement surpris par ce premier album, et j'attends la suite avec impatience !

Par , le

Les albums de la série L' ASSASSIN ROYAL

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Laurent Sieurac pour Arelate 1 et Vikings 1

Sceneario.com : Alors, Laurent, deux albums parus avec assez peu de temps d'intervalle, c'est pas mal d'actualité. Tu vas souffler un peu ou te lancer dans la foulée dans les suites ?

Laurent Sieurac : Pas de repos pour les braves!
Je suis déjà bille en tête sur le tome 2 de Vikings avec d'ores et déjà les 10 premières planches de bouclées et les 10 suivantes en cours de crayonnage/lettrage. Ce nouvel opus est en effet prévu pour Angoulême et je devrais le finir courant de l'automne 2010.
Ensuite, j'enchainerai sur le tome 2 d'Arelate dont le scénario est en cours d'écriture et la sortie, idéalement, serait juin 2011, pour la saison estivale.

Bref, pas mal de travail en perspective, mais, finalement, c'est mon rythme normal de travail, puisque depuis mon arrivée chez Soleil et la sortie du premier tome des princes d'Arclan en 2005, j'aurais sorti 9 albums en l'espace de 5 ans [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›