L' ASSASSIN ROYAL #3 Kettricken

voir la série L' ASSASSIN ROYAL
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Cherche Futurs

Genre :

Adaptation

Aventure

Sortie :
ISBN : 9782302008885

Résumé de l'album Kettricken

Le prince Vérité doit épouser la princesse Kettricken, fille de l'Oblat du royaume des montagnes. Union politique, puisque cette dernière n’a pas été choisie par le Prince Vérité, mais par son frère, le Prince Royal.
Ce dernier lui a choisi une femme non pas selon ses gouts ou ses envies, mais selon des critères plus pragmatiques, elle doit devenir reine des six duchés et donc être de bonne lignée, de plus, elle doit être susceptible d'apporter de l'argent, des hommes et des accords commerciaux qui puissent permettre au royaume de continuer à lutter contre les pirates rouges qui attaquent les villages côtiers et forgisent ses habitants.

Par Olivier, le 18/11/2009

Notre avis sur l'album Kettricken

Contraint de rester à Castelcerf pour artiser les pirates rouges et tenter de les éloigner des côtes, le Prince Vérité ne pourra se rendre lui-même à Jhaampe pour se marier avec Kettricken. Le Prince Royal chargé de la diplomatie du royaume va donc épouser la jeune femme par procuration.
Fitzchevalerie fait partie de la délégation qui accompagne le Prince, il a une mission toute particulière, il doit, sur ordre du roi Subtil, assassiner le frère de Kettricken, le Prince Rurisk.
Intrigues, complots, manipulations tout le sel de l'intrigue imaginée par la romancière Robin Hobb est repris par Jean Charles Gaudin, qui reste dans son adaptation très fidèle au roman fleuve.
Dans ce troisième opus de la saga, les personnages prennent de la consistance, leur caractère s'affirme et l'évolution de Fitzchevalerie face aux événements dramatiques, à l'engrenage des faits qu'il ne peut pas maitriser face à la noirceur d'âme du Prince Royal, est subtilement écrite.
Batard de sang royal, assassin et homme lige du roi, la position qu’il doit tenir l’oblige à un exercice d’équilibre constant. Il doit apprendre à gérer sa situation et ceci malheureusement parfois à ses dépends car dans le nid de vipères de la cour, il n’est pas encore au fait de toutes les bassesses et vilenies que certains sont capables de commettre pour parvenir à leurs fins.
Assassin du Roi, versé dans l’art subtil des poisons, Fitzchevalerie garde une âme pure, il est fidèle en amour, en amitié et dans ses engagements auprès de Subtil et de Vérité.
Ce troisième tome s’éloigne du coté fantastique pour ancrer l’histoire dans une aventure tumultueuse, la magie s’efface devant l’action et les différents acteurs se révèlent un peu plus.
Bien sur on artise un peu, le vif refoulé par Fitz revient mais c’est la politique et l’écheveau des manœuvres tortueuses qui priment.
Et puis il y a Kettricken, princesse montagnarde, jeune, belle, téméraire et intelligente qui apporte à l’intrigue ou aux intrigues de la cour un élément nouveau, inattendue, elle pourrait être le pendant féminin de Fitz dans son intégrité.
Un scénario toujours aussi équilibré qui nous entraine tambour battant sur les chemins boueux de Castelcerf, Gaudin agence subtilement les éléments d’une excellente histoire qui ne devrait pas décevoir les lecteurs du roman.
Le dessin de Christophe Picaud est travaillé tout en restant par moments évasif notamment dans l’expression de certains visages, un trait et des couleurs estompés, qui soulignent l’ambiance d’intrigues feutrées et mortelles où rien n’est dit ou fait au grand jour.

Par , le

Les albums de la série L' ASSASSIN ROYAL

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›