L' ASSASSIN QUI PARLE AUX OISEAUX #2 Tome 2

voir la série L' ASSASSIN QUI PARLE AUX OISEAUX
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Aire Libre

Genre :

Animalier

Drame

Sortie :
ISBN : 2800137096

Résumé de l'album Tome 2

Camille, la fille du maire, blessée, est laissée pour morte dans la forêt. Tout le village s’indigne de cet accident et se retourne contre le Roitelet, assassin présumé d’Aline il y a 12 ans.
Mais Camille n’est pas morte. Le Roitelet l’a ramassée et emmenée dans la cabane en haut des arbres tout près des oiseaux. C’est ainsi qu’ils vont faire connaissance et se rendre compte de leur passion commune pour les volatiles.
Cette relation nouvelle pousse les villageois à révéler la vérité autour de l’assassinat d’Aline.
Le drame de l’injustice prend toute sa dimension.

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Tome 2

Suite et fin de la série « L’assassin qui parle aux oiseaux ». Avec un dessin enlevé, détaillé et précis, le dessinateur animalier, si proche de l’univers naturel, termine son histoire avec la participation d’ornithologues dans un dossier riche et instructif nommé « Le rêve d’Icare » en fin d’album.
Le carnet naturel joliment illustré par l’auteur, met en scène de nombreuses variétés d’oiseaux des jardins et des forêts. Pour le plaisir, il offre également en lecture, le journal établit par le Roitelet durant toute l’histoire.
Pour qui aime ce monde, la série est superbe. Malheureusement, en regard de cette mini encyclopédie ornithologique, l’intrigue commencée dans le premier tome, laissant entrevoir une fin explosive, termine en queue de poisson ce qui est un comble pour une série ne parlant que d’oiseaux. 

Un léger coup de « gueule » avec une allusion expéditive à l’affaire «Dutrout » et pas grand chose de plus.
On s’attendait à la dénonciation d’une injustice et finalement Servais remet juste les pendules à l’heure en révélant la réalité des faits sans toutefois faire l’effort d’une vraie réhabilitation du héros aux yeux du village. Une légère compensation financière intervient. On se rachète par l’argent mais cet acte ne peut suffire pour une vraie justice.
Du coup, on aurait pu s’envoler au rythme des saisons, comme le font les cigognes suivies de près par les personnages mais non, la magie n’opère pas jusque là et le lecteur reste à quai. 

La dernière série de Jean-Claude Servais restera un magnifique carnet de dessins donnant vie aux oiseaux et à leur mode de vie. Peut –être aussi retiendra-t-on, la tendresse qui unit une fille à son père dans un sursaut de dernière minute avec ce très joli dessin représentant l’homme enserrant sa fille ou du moins la fille de la femme qu’il a profondément aimée par le passé et qui pourrait largement être sa fille devant tant de points communs… mais là aussi, un point d’interrogation reste en majuscule.
A lire si vous aimez les oiseaux et le dessin réaliste de Jean-Claude Servais.

Par , le

Les albums de la série L' ASSASSIN QUI PARLE AUX OISEAUX

Nos interviews liées

Liberty, par Warnauts et Raives

Sceneario.com : Et un titre de plus de réalisé ensemble, un ! Ce n’est plus une surprise de vous voir collaborer, et, avec le temps, vous avez su marquer l’esprit des lecteurs qui savent désormais sur quels terrains vous aimez les emmener. Avec le recul, quel regard portez-vous sur l’évolution de votre travail à deux, et qu’est-ce qui a pu, selon vous, un jour, fixer les grandes lignes récurrentes de votre œuvre commune ?
RAIVES : Notre travail est de plus en plus complémentaire et en même temps, de plus en plus imbriqué. Nous sommes en recherche continuelle. Cela tient souvent à des détails mais, parfois, il y a des ruptures plus franches que nos lecteurs ne perçoivent pas toujours tant ils ont maintenant une certaine vision de notre création commune. Ainsi, dans notre nouvel album, je ne suis pas sûr que tous les lecteurs verront que le style graphique est moins réaliste que celui de l’album précédent [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Jean-Claude SERVAIS

Sceneario.com : Bonjour, pour les lecteurs qui ne le connaissent pas, qui est Jean-Claude Servais ?
Jean-Claude Servais : Je suis auteur de BD, à la fois scénariste et dessinateur. J’habite dans les Ardennes belges. Mes récits sont principalement issus de la région, des contes et légendes, de l’histoire, des faits divers. J’ai commencé ma carrière début des années 80 dans le mensuel « A Suivre » de Casterman (Tendre Violette) et dans le journal « Tintin » : contes et légendes de magie et sorcellerie (La Tchalette). Les albums sont sortis ensuite lors du festival d’Angoulême en 1982. Sceneario.com : Le site www.jc-servais.com qui vous est consacré officiellement explicite qu’entre la BD et vous-même, il y a une longue histoire d’amour vieille de plus de 30 ans. Quel est votre regard sur votre grand parcours ?
Jean-Claude Servais : Je suis resté fidèle à la même ligne de conduite depuis le début de ma carrière, même entre les différents éditeurs [...]

Lire la suite ›