L' ASSASSIN QU'ELLE MERITE #2 La fin de l'innocence

voir la série L' ASSASSIN QU'ELLE MERITE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

VENTS D'OUEST

Genre :

Drame

Sortie :
ISBN : 9782749306315

Résumé de l'album La fin de l'innocence

Alec aurait-il réussi son pari ? Son cobaye, à savoir le pauvre Victor, est tombé dans la violence bien plus vite qu’il n’aurait pu l’imaginer. N’est-il pas recherché par la police pour braquage ? Et comme la justice ne le trouve pas, elle s’en prend au père, qui est jeté en prison.

Victor, lui, ne se doute encore de rien. Il se réveille, en effet, dans l’appartement miteux d’un militant issu d’un groupuscule politique extrémiste. L’homme l’a récupéré en piteux état, soucieux de sauver celui qu’il considère comme un héros après l’avoir vu “tirer dans la juiverie”. Voilà Victor sous influence d’un chômeur qui pense que le complot juif est à l’origine de tous les malheurs de l’Empire. Cela ne devrait rien arranger à la mésaventure qui risque fort de tourner au drame.

Par Legoffe, le 21/04/2012

Notre avis sur l'album La fin de l'innocence

L’histoire imaginée par Lupano aurait pu, comme il l’a déjà si bien fait pour d’autres séries, s’installer dans la satyre ou la comédie sociale. Tout restait encore possible à la lecture du premier tome, même si le final montrait le jeune Victor basculant dans la délinquance.

Mais l’auteur a fait son choix. La suite est le digne reflet de la révolte du garçon à laquelle nous avons pu assister. Victor ne veut plus retomber dans la pauvreté après avoir goûté au luxe et à la luxure. Et pour parvenir à ses fins, et tenter de régler ses comptes avec les riches qui l’ont “abandonné”, il va descendre pas à pas l’escalier qui mène aux Enfers.

Bien sûr, il va le faire progressivement. Il reste encore au jeune homme quelques bribes de son éducation puisque son premier objectif est de sortir son père de prison. Le livre raconte ses manoeuvres pour y parvenir, ainsi que sa plongée dans un monde encore plus rude que celui de ses parents, fait de chômage et de misère.

La pauvreté, on le voit, est un terreau fertile pour l’antisémitisme. De ce point de vue, l’auteur montre comment la faim et le sentiment d’injustice, ajoutés à de mauvais discours, peuvent facilement faire basculer un être dans l’extrémisme (l’Histoire l’a, hélas, démontré plus d’une fois).

Si le récit s’assombrit vraiment, il garde toute sa force et son intérêt. Les bribes de comédie ont disparu, laissant la place à des histoires de crime organisé. Une nouvelle piste quasi inattendue qui fait indéniablement monter la tension. Le héros s’enlise dans la situation dramatique qu’il a créée (avec l’aide bien sûr d’Alec) et nous découvrons toute la tragédie qui en découle, façon “effet domino”.

On regrettera peut être, un peu, que les deux riches qui ont créé cette situation n’apparaissent guère dans ce tome. Ils donnaient un réel piquant au récit et s’avéraient aussi importants que Victor dans la distribution. Mais le final du deuxième opus laisse à penser qu’ils vont reprendre le chemin de la scène dans le troisième album de la série. La dernière page est, en effet, pleine de promesses !

Parlons des dessins, d’ailleurs, car celui qui en est l’auteur a déjà passé depuis un certain temps le stade des promesses. Yannick Corboz a encore affiné son style pour ce nouvel album. Les épais traits noirs ont laissé place à des dessins plus fins et des décors plus fouillés. Les planches n’en sont que plus belles. Le découpage et la mise en scène sont également très travaillés avec une approche des perspectives vraiment intéressante. Le dessinateur parvient, ainsi, à instaurer une véritable idée de mouvement et d’espace qui donnent l’impression au lecteur de plonger dans l’aventure avec les personnages. Quel boulot ! On se croirait presque au cinéma...

Il me tarde donc de connaître la suite car ce second opus est une transition. Nous assistons ici à la descente aux enfers d’un garçon qui n’avait rien demandé. Nombre d’éléments laissent à penser que le troisième tome va être celui de tous les rebondissements et, pourquoi pas, celui de toutes les rédemptions !

Par , le

Les albums de la série L' ASSASSIN QU'ELLE MERITE

Nos interviews liées

La Brigade Verhoeven

Un entretien avec Yannick Corboz.


Interviewer : Olivier
Image & Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano : rencontre avec ses Sept Nains et son Traquemage

Rencontre avec Wilfrid Lupano à l'occasion de la sortie de Traquemage et des Sept Nains


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Wilfrid Lupano et Rodguen

    Interviewer : Aubert
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano

Sceneario.com : Bonjour Wilfrid. En ce mois d'avril 2011, votre actualité est des plus fournies. Pas moins de trois albums font l'objet d'une publication chez Delcourt (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, L'honneur des Tzarom et Le droit chemin). Hasard de calendrier ou boulimie de travail permanente ?
Wilfrid LUPANO : Hasard complet. J’ai écrit ces ouvrages à des moments très différents ( le T2 de l’honneur des Tzarom, par exemple, est écrit depuis 2005!) C'est simplement le temps nécessaire à leur fabrication, le temps de trouver les bons dessinateurs et le choix de l'éditeur de programmer à telle ou telle date. Pour le Droit Chemin, par exemple, le premier album est achevé depuis longtemps, mais nous avons décidé d'en retarder la sortie pour pouvoir raccourcir le délai entre les deux premiers tomes, pour que les lecteurs attendent moins. C'est donc là encore un scénario écrit il y a deux ans environ [...]

Lire la suite ›

Wilfrid LUPANO pour L'Honneur des Tzarom chez Delcourt

Sceneario.com: Comment vous est venue cette histoire de tziganes intergalactiques ? Erriez vous sur une aire de gens du voyage, face à la pleine lune, lorsque l’inspiration est venue ?   Wilfrid LUPANO: Presque. J’avais, je crois, envie d’un grand bol d’air. Et paradoxalement, je suis allé le chercher là où il n’y en a pas : dans l’espace. La science-fiction ne m’intéresse plus beaucoup, car elle est assez largement en panne, mais c’est un genre qui offre encore de belles possibilités sur le registre du comique. L’espâââce reste un espace de libertés, alors profitons-en.   Sceneario.com: Les tziganes représentent le lointain, la liberté, la rébellion contre les codes établis. Ce sont des thèmes qui semblent vous attirer en permanence non ?   Wilfrid LUPANO: C’est exactement ça. A l’heure des caméras partout, des GPS, des passeports biométriques, les gens du voyage me paraissent finalement des gens assez libres [...]

Lire la suite ›

Interview de Wilfrid LUPANO sur l'Ivresse des Fantômes

 
Sceneario.com : Bonjour, et merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour les internautes ?

Wilfrid Lupano :
Je suis Wilfrid LUPANO, j’ai 36 ans, je suis père d’un petit garçon. Je suis venu à la bande dessinée il y a une petite dizaine d’années, par hasard, ma première activité ayant été le monde de la nuit comme on dit. J’ai travaillé dans le monde de la nuit pendant 15 ans ; j’ai commencé tôt. En parallèle, j’écrivais. J’ai toujours plus ou moins écrit, mais pour moi. En même temps, je lisais de la bande dessinée mais bizarrement, je n’avais pas fait le lien entre les deux activités. D’abord parce que je n’aurais pas su comment m’y prendre et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je ne faisais vraiment pas le lien [...]

Lire la suite ›

Rencontre avec Yannick Corboz pour Célestin Gobe-la-Lune

Sceneario.com : Quelques semaines après la sortie de l’album, quels sont les premiers échos de la part du public ?  Yannick Corboz : Nous avons beaucoup de retours enthousiastes, de la part des lecteurs et de la presse, et ça nous fait évidemment très plaisir. Sceneario.com : Avant de parler plus en détails de Célestin, peux tu nous présenter un peu de ton parcours ? 
Yannick Corboz :
J’ai 31 ans et je suis originaire d’Annecy, où je vis toujours aujourd’hui. Je suis parti plusieurs années à Lyon car, après mon bac S, je voulais m’orienter vers le dessin. Je suis donc entré à l’école Emile Cohl, un lieu d’où sortent beaucoup de dessinateurs de bande dessinée. Pour ma part, je voulais faire de l’animation. Mais, quand je suis sorti de l’école, le secteur embauchait peu [...]

Lire la suite ›