L' ASSASSIN QU'ELLE MERITE #1 Art nouveau

voir la série L' ASSASSIN QU'ELLE MERITE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

VENTS D'OUEST

Genre :

Fiction

Sortie :
ISBN : 9782749305554

Résumé de l'album Art nouveau


Alec est un richissime et oisif jeune Viennois qui prend plaisir à provoquer les gens, ce qui lui vaut de participer à de réguliers duels d’où il sort généralement plus mal en point qu’il ne l’était ! Las de l’autosatisfaction des artistes en vogue qui viennent pérorer dans les dîners de la haute société, il a un jour parié à un ami qu’il saurait créer "l’œuvre ultime" en transformant en un véritable ennemi public un quidam qu’il ne connaîtrait au départ ni d’Adam ni d’Eve.

Victor est un garçon né dans une famille pauvre. Malmené par son père qui ne voit que le vaurien en lui, il fugue un jour et croise le chemin de Alec qui jette alors son dévolu sur lui.

Pour réussir son pari de métamorphoser sa jeune et innocente victime, Alec va lui donner de l’argent et l’introduire dans une prestigieuse maison de plaisirs. Pendant plusieurs jours, Victor va vivre comme dans un rêve ; jusqu’à ce que son "bienfaiteur" lui coupe les vivres, faisant ainsi naître en lui l’énorme frustration qu’il avait calculée devenir le déclencheur de l’agressivité de Victor...
 

Par Sylvestre, le 03/09/2010

Notre avis sur l'album Art nouveau


C’est une très bonne surprise de la rentrée BD que ce tome 1 de la série L’assassin qu’elle mérite.

Tout d’abord, pour son histoire... Signée Wilfrid Lupano, elle est assez originale et est amenée dans ce premier tome de manière très claire. En effet, on ne compte (à ce stade en tout cas) que deux "entrées dans le récit" : lorsque Victor nous est présenté, d’une part, puis d’autre part, un peu plus tard, lorsque les choses nous sont montrées du côté bourgeois d’Alec. Or très vite, ces deux "tableaux" convergent et rendent le scénario linéaire, donc très agréable puisque facile à comprendre, entraînant.

Ensuite, pour le dessin de Yannick Corboz, qui croque avec talent cette Vienne d’un autre âge mais aussi ses personnages, bien en phase avec leur rang, avec leur condition : Victor est un pauvre hère et son visage est presque quelconque. Son père est costaud et bourru. Alec a la trombine de l’emploi : fine, allongée, malicieuse... Quant aux femmes, elles sont bien faites ; il faut dire que ce sont celles d’une maison de plaisirs qu’on côtoiera le plus ! Ce dessin au trait tantôt fin tantôt très épais est joliment mis en valeur par des couleurs bien choisies qui donnent aux planches des ressemblances avec celles d’un Ignacio Noé ou d’un Terry Dodson pour ne citer que les premiers qui me viennent à l’esprit.

Bref, ce premier album de L’assassin qu’elle mérite est une réussite sur toute la ligne. L’expérience d’Alec qui nous y est contée est en outre intrigante : on a tendance à se dire qu’Alec ne pourra pas faire de Victor un ennemi public de grande envergure, mais il n’empêche que la mèche est allumée et que les premières étincelles ont déjà crépité : on a hâte de voir comment Victor gèrera la situation, comment le pantin qu’il est va pouvoir essayer de tirer les ficelles qui le relient à son marionnettiste pour essayer d’inverser les rôles ou au contraire comment il va faire le jeu, et jusqu’où, de son mentor manipulateur...

Excellent !
 

Par , le

Les albums de la série L' ASSASSIN QU'ELLE MERITE

Nos interviews liées

La Brigade Verhoeven

Un entretien avec Yannick Corboz.


Interviewer : Olivier
Image & Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano : rencontre avec ses Sept Nains et son Traquemage

Rencontre avec Wilfrid Lupano à l'occasion de la sortie de Traquemage et des Sept Nains


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Wilfrid Lupano et Rodguen

    Interviewer : Aubert
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano

Sceneario.com : Bonjour Wilfrid. En ce mois d'avril 2011, votre actualité est des plus fournies. Pas moins de trois albums font l'objet d'une publication chez Delcourt (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, L'honneur des Tzarom et Le droit chemin). Hasard de calendrier ou boulimie de travail permanente ?
Wilfrid LUPANO : Hasard complet. J’ai écrit ces ouvrages à des moments très différents ( le T2 de l’honneur des Tzarom, par exemple, est écrit depuis 2005!) C'est simplement le temps nécessaire à leur fabrication, le temps de trouver les bons dessinateurs et le choix de l'éditeur de programmer à telle ou telle date. Pour le Droit Chemin, par exemple, le premier album est achevé depuis longtemps, mais nous avons décidé d'en retarder la sortie pour pouvoir raccourcir le délai entre les deux premiers tomes, pour que les lecteurs attendent moins. C'est donc là encore un scénario écrit il y a deux ans environ [...]

Lire la suite ›

Wilfrid LUPANO pour L'Honneur des Tzarom chez Delcourt

Sceneario.com: Comment vous est venue cette histoire de tziganes intergalactiques ? Erriez vous sur une aire de gens du voyage, face à la pleine lune, lorsque l’inspiration est venue ?   Wilfrid LUPANO: Presque. J’avais, je crois, envie d’un grand bol d’air. Et paradoxalement, je suis allé le chercher là où il n’y en a pas : dans l’espace. La science-fiction ne m’intéresse plus beaucoup, car elle est assez largement en panne, mais c’est un genre qui offre encore de belles possibilités sur le registre du comique. L’espâââce reste un espace de libertés, alors profitons-en.   Sceneario.com: Les tziganes représentent le lointain, la liberté, la rébellion contre les codes établis. Ce sont des thèmes qui semblent vous attirer en permanence non ?   Wilfrid LUPANO: C’est exactement ça. A l’heure des caméras partout, des GPS, des passeports biométriques, les gens du voyage me paraissent finalement des gens assez libres [...]

Lire la suite ›

Interview de Wilfrid LUPANO sur l'Ivresse des Fantômes

 
Sceneario.com : Bonjour, et merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour les internautes ?

Wilfrid Lupano :
Je suis Wilfrid LUPANO, j’ai 36 ans, je suis père d’un petit garçon. Je suis venu à la bande dessinée il y a une petite dizaine d’années, par hasard, ma première activité ayant été le monde de la nuit comme on dit. J’ai travaillé dans le monde de la nuit pendant 15 ans ; j’ai commencé tôt. En parallèle, j’écrivais. J’ai toujours plus ou moins écrit, mais pour moi. En même temps, je lisais de la bande dessinée mais bizarrement, je n’avais pas fait le lien entre les deux activités. D’abord parce que je n’aurais pas su comment m’y prendre et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je ne faisais vraiment pas le lien [...]

Lire la suite ›

Rencontre avec Yannick Corboz pour Célestin Gobe-la-Lune

Sceneario.com : Quelques semaines après la sortie de l’album, quels sont les premiers échos de la part du public ?  Yannick Corboz : Nous avons beaucoup de retours enthousiastes, de la part des lecteurs et de la presse, et ça nous fait évidemment très plaisir. Sceneario.com : Avant de parler plus en détails de Célestin, peux tu nous présenter un peu de ton parcours ? 
Yannick Corboz :
J’ai 31 ans et je suis originaire d’Annecy, où je vis toujours aujourd’hui. Je suis parti plusieurs années à Lyon car, après mon bac S, je voulais m’orienter vers le dessin. Je suis donc entré à l’école Emile Cohl, un lieu d’où sortent beaucoup de dessinateurs de bande dessinée. Pour ma part, je voulais faire de l’animation. Mais, quand je suis sorti de l’école, le secteur embauchait peu [...]

Lire la suite ›