L'anniversaire de Kim Jong-Il

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Mirages

Genre :

Chronique sociale

Culturel

Drame

Fiction

Sortie :
ISBN : 9782756051543

Résumé de l'album L'anniversaire de Kim Jong-Il

 
Jun Sang est un petit Nord-Coréen dont l'anniversaire tombe à la même date que le Généralissime Grand Leader Kim Jong-Il. Cette anecdote, bien sûr, ne change absolument rien à sa vie et, comme tous ses petits camarades, Jun Sang vit avec sa famille tant bien que mal dans le respect des strictes règles imposées par le régime dictatorial.

Pauvreté, privations, famine, délation, pressions subies, corruption, impossibilité de se déplacer librement... C'est le quotidien de la plupart des Nord-Coréens et un beau jour, c'en est trop : la famille de Jun Sang décide de franchir la frontière qui sépare la Corée du Nord et la Chine afin de pouvoir partir, ensuite, en Corée du Sud.

A peine arrivés sur le sol chinois, Jun Sang et les siens se feront attraper et conduire dans le terrible camp de redressement de Yodok...
 

Par Sylvestre, le 06/09/2016

Notre avis sur l'album L'anniversaire de Kim Jong-Il

 
Un nouveau livre sur la Corée du Nord, c'est toujours une espèce de petite fenêtre qui s'ouvre sur le pays le plus fermé du monde. C'est toujours aussi un moyen d'attirer l'attention des gens sur ce qui se passe là-bas. C'est donc une bonne chose ! D'un autre côté, les sources d'informations étant très réduites, un nouveau livre sur la Corée du Nord, c'est malheureusement aussi souvent la redite de choses que l'on sait déjà.

Mais allez, peu importe. Il y a les choses à dire, mais il y a la manière de les dire, aussi. A leur tour, Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag se sont emparés du sujet et ont réalisé une bande dessinée où c'est "à hauteur d'enfant" que l'on découvre la situation en Corée du Nord. En plus de la trame de l'histoire elle-même (dramatique mais pleine d'espoir), il y a donc ces côtés enfantin, naïf et humoristique qui font l'originalité de la BD. On n'est pas dans le constat froid : on est dans un schéma narratif beaucoup plus plaisant, sans que tout soit trop édulcoré, bien évidemment, puisque si certains propos ou certaines situations sont gais et innocents, tout est - dans le fond - particulièrement sombre et effrayant. La dessinatrice Mélanie Allag gère bien ce contraste : les enfants qu'elle croque pour ce récit nous sont sympathiques ; il n'empêche qu'ils ont les joues creuses et les yeux cernés de noir... Les planches de l'épisode Yodok sont réalisées en noir et blanc, aussi, quand le reste de la bande dessinée est en couleurs...

A l'ère d'internet et des drones, la carapace de la Corée du Nord a tendance à se fissurer. Petit à petit, c'est vrai, mais inexorablement. Et c'est tant mieux ! Avec leurs talents, les auteurs de L'anniversaire de Kim Jong-Il participent à leur niveau à la destruction de cette carapace en nous racontant l'histoire de Jun Sang, un petit garçon que les épreuves ont rendu terriblement lucide et qui fera montre d'un grand altruisme quand il aurait pu, au contraire, se la jouer beaucoup plus égoïste.

Jun Sang est un personnage de papier, un petit garçon de fiction, certes... Il est néanmoins un modèle, un représentant, qui nous sensibilise à la situation là-bas et qui rend hommage, au passage, à tous ces pauvres gens qui sont nés du mauvais côté de la barrière mais à qui on fait pourtant croire qu'ils vivent au Paradis...
 

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec François Ravard et Aurélien Ducoudray

Sceneario.com : Aurélien, avant d’être scénariste de bande dessinée tu étais journaliste, est-ce que cela influence ta vision des choses quant à l’écriture de tes scénarii. Je pense notamment en disant cela à l’ancrage fort de tes récits dans l’actualité médiatique et politique, ainsi qu’à cette volonté que tu as de mettre en lumière certain aspect de notre société.
Aurélien Ducoudray : Forcément l'écriture de base journalistique laisse une trace dans la façon d'aborder les sujets (angle, traitement, déontologie) mais le fait de toucher à la fiction permet une grande liberté d'écriture... et donc une sorte d'habitude de recul par rapport à la façon dont on va écrire telle ou telle histoire... C'est un yoyo permanent entre les deux en fait ! Ce qui m'intéresse le plus aussi bien en tant que journaliste photoreporter ou scénariste, ce sont les gens [...]

Lire la suite ›