L'année dernière

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Mirages

Genre :

Amour

Roman Graphique

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 2847899936

Résumé de l'album L'année dernière

Sébastien et Anne passent leurs vacances d’été avec leurs deux filles dans un village breton comme tous les ans. Malheureusement, ce sera la dernière année.
Le paysage urbain s’annonce à l’horizon de l’année suivante et Sébastien, qui a une maîtresse, perd ses repères au sein de son couple.
En attendant que les choses évoluent dans un sens ou dans un autre, la petite famille retrouve ses souvenirs passés, ses amis de vacances et leurs sacro saints rendez-vous au café du coin. Que cet été soit beau même s’il est le dernier !

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album L'année dernière

La vie fait ses vagues et le paysage breton avec ses côtes et ses marées est parfait pour raconter une histoire personnelle et pourtant quasi universelle sur un couple qui s’étiole.
Chacun peut trouver une once de lui même, une pensée ou rien du tout mais tout le monde peut comprendre les propos des auteurs dans ce constat de fin de vie de couple.
Il est un artiste, elle est jolie et leur histoire partie sur un coup de foudre s’est rafraîchie tout à coup.
Alors que ce soit triste ou non, peu importe, ce que les auteurs racontent, ce sont plutôt les émotions qui se multiplient au fur et à mesure de l’avancée du récit tout comme les instants de réflexion. Les silences puis les précipitations, les hésitations et finalement les décisions.
La narration ne se prête pas aux pleurs ni aux douleurs mais pourtant la mélancolie reste très présente. D’aucuns lui trouvent un certain optimisme, je n’ai pas lu « L’année dernière » de cette façon. Je lui trouve au contraire une sorte de regret de ne pas savoir conserver la magie des premiers moments. L’héroïne dit que : « c’est fini si on le veut ». Alors, regrets, nostalgie ? Peut-être pas, mais pourtant, tout au long de ce récit, il ne m’est pas apparu qu’une rupture était inévitable.
Les auteurs semblent s’interroger sur un avenir peut-être meilleur mais peut-être pire aussi, et au fond, sur ce qu’ils veulent vraiment. Le savent-ils ?
Toute la difficulté est là. Les questions posées sont récurrentes : Est-ce que je vis ce qui me plaît le plus ? Est-ce que ce métier que j’exerce est le plus passionnant pour moi ? etc etc..
Pour tenter un embryon de réponse, Moynot dessine avec beaucoup de couleurs claires d’autant plus lumineuses qu’elles mettent en valeur des cases non cernées. Plus de blond, de blanc et de bleu que de noir dans cette histoire. J’aime l’audace du vert pomme des pages 62 et 63 par exemple.
Epilogue sur une banale histoire d’amour qui fut si belle mais qui s’éteint « L’année dernière » est remplie de douceur dans le trait réaliste du dessin, dans la palette graphique aux tons chauds, dans le dialogue du couple toujours dosé, dans le simple décor de la plage et de la chaleur de l’été.
Plutôt clair que sombre, il n’empêche que ce roman n’est pas franchement hilarant et que si vous avez le blues, il vaut mieux attendre de meilleurs auspices pour le découvrir.
Très belle réalisation graphique à la narration fluide, à lire absolument.

Par , le

Nouveau one shot dans la collection qui a vû naître de très bons albums à l'instar de Pattes de velour, L'année dernière hélas va décevoir.
Le dessin a pourtant tout pour séduire, j'aime l'absence du trait de crayon, juste les couleurs comme elles sont tombées du pinceau. Certes ça ne donnera pas le résultat le plus précis, mais le cachet que cela apporte à l'oeuvre est tout sauf négligeable.
Car grâce à ce dessin personnel, il sera tout aussi facile de se plonger dans une histoire qui ne l'est pas moins. Nous allons suivre Sébastien lors de ses vacances à la mer avec sa femme est ses filles, mais aussi tous les souvenirs de cette plage qu'il aura vécu plus jeune. Le tout est composé de nombreux mini-récits donc et, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'inégalité frappe fort, si certains passages sont profondément humains et touchants, d'autres sont totalement inutiles et laissent retomber la pression qui aurait fait de cet album une excellente surprise. Dommage...

Par , le

Nos interviews liées

Un entretien avec Marc Lizano

Un entretien avec Marc Lizano


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›