L'Amant

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

RUE DE SEVRES

Genre :

Adaptation

Drame

Sortie :
ISBN : 9782369819080

Résumé de l'album L'Amant

L'Indochine. Elle a 15 ans et vit avec sa mère et ses deux frères. Elle est pensionnaire dans un lycée où elle y étudie les mathématiques, son rêve est d'être écrivain.
Un jour, sur le bac qui sert à traverser le fleuve séparant le lycée et sa maison, elle croise un riche chinois d'une quinzaine d'année son ainée. Dès le premier regard, quelque chose de fort se passe entre eux. Un amour va naitre, mais la jeune fille doit faire face à quelques sensations ambigues...

Par Berthold, le 13/02/2020

Notre avis sur l'album L'Amant

Rue de Sèvres propose l'adaptation du roman de Marguerite Duras par l'auteur japonaise Kan Takahama. C'est après avoir vu la mangaka dessiner en live un portrait de son héroine que j'ai eu envie de découvrir cet album.
J'ai été pris par ce voyage en Indochine, il y a bien des années, en découvrant ces paysages lumineux et magnifiques. J'ai été surpris de suivre l'histoire d'amour entre cette jeune fille de 15 ans et cet homme un peu plus agé, un riche chinois.
L'histoire est bien écrite et captivante, même si vous connaissez déjà l'histoire. C'est là la force du talent de Takahama, avoir su garder les moments forts du roman en faisant passer facilement les sensations, les émotions.
Les scènes entre la jeune fille et l'Amant sont des moments forts, chargés en amour et en émotion. Les scènes de nues ne sont pas des scènes gratuites, ni exagérement grivoises, elles servent l'histoire. L'érotisme, certes, ressort, mais c'est surtout sur la façon de bouger une main, une jambe, un regard.

Kan Takahama est une grande artiste. Son travail sur L'Amant donne envie d'en lire plus, d'en voir plus sur son travail. Le dessin est beau. Les paysages sont vraiment superbes et lumineux grace aux tons des couleurs choisies. Nous sentons que nous sommes vraiment dans l'Indochine de cette époque. Elle a fait de bon choix de mise en scène, donnant un rythme étonnant à cette lecture.

Cette adaptation est superbe, elle permet de découvrir le livre de Duras d'une autre façon.
Je ne regrette pas d'avoir ouvert cet album qui m'a surpris. C'est aussi la découverte d'une grande artiste.
Une lecture que je vous recommande.

 

Par , le

Nos interviews liées

Interview de Boilet et Kan Takahama

Première partie, Frédéric Boilet...

Sceneario : La collection Sakka a été lancée en octobre 2004. Quelles sont pour l’instant les premières conclusions par rapport à la réception du public ?

Frédéric Boilet : Pour l’instant, il y a deux belles satisfactions. La première, c’est l’accueil médiatique. On a des articles partout, les demandes d’interviews n’arrêtent plus d’arriver (il a devant lui une feuille remplie de rendez-vous !). Il y a une vraie différence par rapport à l’accueil d’un album, par exemple. En tant qu’auteur, je n’avais pas été habitué à tant d’égards : on s’intéresse apparemment plus aux collections et à leurs directeurs ! Mais Sakka arrive apparemment au bon moment pour combler une attente. Actuellement, il n’y a pas un journal qui ne passe pas au moins un article sur la manga, et plus particulièrement la manga adulte. Et Sakka est au centre de cette manga adulte…
Sceneario : Est ce que cette attente a été amenée par la collection « Ecritures », par tous ces albums ? C’est un peu la continuité de cette démarche !

B : En partie, oui [...]

Lire la suite ›