L' AÉROPOSTALE - DES PILOTES DE LÉGENDE #1 Guillaumet

voir la série L' AÉROPOSTALE - DES PILOTES DE LÉGENDE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Biographie

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 9782302024953

Résumé de l'album Guillaumet

13 Juin 1930, alors qu'il vole au dessus de la cordillère des Andes, au commandes d'un des coursiers de l'Aéropostale, Henri Guillaumet s'écrase, loin de tout et de tous. Au prix d'une incroyable volonté il va survivre, traversant l'une des montagnes les plus dangereuses au monde, dans un paysage enneigé, sous un froid glacial, les membres gelés...

Par Fredgri, le 02/05/2013

Notre avis sur l'album Guillaumet

Cet album est avant tout un formidable témoignage de courage et de volonté.
En effet, cet homme, qui se retrouve seul, avec très peu de vivres et même pas de quoi se réchauffer, au milieu de ces montagnes sauvages, à très haute altitude, ne va jamais se laisser abattre et au prix d'une volonté de fer va réussir un exploit que très peu de personnes ont réussi avant lui !

Le scénario de Christophe Bec décrit avec beaucoup de subtilité cette aventure sans jouer inutilement avec le sensationnalisme, tout en mettant l'accent sur l'homme et sur les pensées qui le traversent. On entre donc dans cette histoire en rencontrant ce fameux Henri Guillaumet, en le voyant arriver à l'Aéropostale, y retrouver certains de ses amis pilotes comme Saint Exupéry. Le personnage a une certaine fierté, il a beaucoup volé, néanmoins il accepte d'approfondir ses connaissances en allant travailler aux ateliers, les mains dans le cambouis. Cet Henri est donc attachant, même si on n'en apprend pas forcément des masses sur lui (sa femme est mentionnée la première fois quand il grave un mot sur son avion avant de se lancer dans son ascension !)

C'est peut-être le petit "bémol" que j'emmétrais sur ce scénario, la caractérisation est très sommaire, on aurait presque l'impression qu'avant cette aventure il n'existait pas, qu'il n'y avait rien. Il manque de ce charisme qui fait qu'on peut trembler pour lui, par exemple ! Et ce léger manque de texture rogne un peu l'empathie qu'on pourrait avoir pour lui. C'est juste un peu dommage, je trouve.
Néanmoins, il ne faut pas oublier l'autre principal personnage du récit, la montagne. Car de cette majesté qui transparait dans chaque planche se dégage aussi l'impression d'être happé dans l'immensité des lieux, comme engloutit par la neige et la roche. Et ce sentiment prend pas mal le dessus sur cette histoire de caractérisation un peu légère, bien heureusement. Henri devenant ce point qui se dessine sur le blanc, cette trainée qui zigzague entre les parois, l'homme prend du relief dans son malheur, dans cette échappée vers l'inconnu, on ressent presque le froid qui lui glace les pieds et les mains, on l'entendrait presque claquer des dents derrière cette buée qui s'échappe de sa bouche.

Mais cet album c'est aussi et surtout le formidable travail d'une part de Patrick Dumas aux dessins et d'autre part de Diogo Saïto aux couleurs. L'osmose qui se créé entre les deux artistes transcende chaque planche, nous éblouissant par la beauté de ces montagnes, à tel point que parfois on se perdrait presque à contempler les cases en oubliant le drame qui se joue devant nous !
On connait le travail de Patrick Dumas, ce style ligne claire très propre et subtil fonctionne ici merveilleusement bien, mais les couleurs de Saïto viennent vraiment rajouter une deuxième vie à ces dessins qui prennent presque l'allure de photographies, avec des contrastes magnifiques, un jeu sur la lumière qui nous emporte la haut, sur ces sommets !

Un album qui nous transporte donc à la fois dans une histoire poignante et dans des paysages envoutants !
Une belle réussite !

Par , le

Les albums de la série L' AÉROPOSTALE - DES PILOTES DE LÉGENDE

Nos interviews liées

Christophe BEC réalisateur du court Métrage FRENCHBOY

Sceneario.com : Christophe, d'où vous est venue cette envie de vous lancer dans le cinéma ?
Christophe BEC: Ce n’était pas prémédité. Fabrice Lambot de Metaluna Productions m’a contacté il y a quelques temps, me demandant si j’avais envie d’écrire et réaliser mon propre long-métrage. Nous travaillons auparavant sur un projet de court-métrage Fantastique assez ambitieux « Les Tourbières Noires », pas encore financé, et avant toute chose j’avais besoin de me tester, savoir si cela me plaisait et si j’étais capable de tenir un plateau de Cinéma, d’où ce projet « Frenchboy » autoproduit.
Sceneario.com : Pour autant vous n'allez pas abandonner votre planche à dessin ou l'écriture de scenario pour la Bande Dessinée ?
Christophe BEC: Non, bien-sûr que non [...]

Lire la suite ›

Interview de Christophe BEC, dessinateur de Doppelgänger

Sceneario.com : Christophe, voici le 2° tome de Doppelgänger. C’est Eric Corbeyran qui en est le scénariste, d’après une idée originale de vous-même, pourquoi avoir fait travailler un autre scénariste et ne pas vous être gardé « l’exclusivité » de cette histoire?
Christophe BEC : Parce que je déteste la routine. J’ai démarré ma carrière en temps que dessinateur, ensuite je me suis plutôt orienté vers le scénario, puis auteur complet avec « Prométhée », alors pourquoi pas revenir aux origines et travailler sur le scénario d’un autre !… Et puis c’était une façon de refermer une boucle, Corbeyran était le premier scénariste avec qui j’avais travaillé, nous n’avions fait qu’un album à l’époque, j’avais un sentiment d’inachevé [...]

Lire la suite ›

Diamonds, le Casse 1.

Sceneario.com : Diamond est le tome 1 d’une nouvelle collection, Le Casse, dirigée par David Chauvel. Comment t’es tu retrouvé sur ce projet ?
Christophe Bec : C’est David Chauvel qui m’a fait la proposition, je ne sais pas exactement pourquoi il a pensé à moi, il faudrait le lui demander, mais j’imagine que ce doit être parce qu’il ne me trouve pas trop mauvais scénariste… Pour ma part, j’ai été flatté de cette proposition, même si je n’ai pas dit oui tout de suite. Les « casses de banque » ne faisaient pas vraiment partie de ma culture littéraire ou cinématographique, je lui ai demandé un délai de réflexion, voir si je pouvais trouver une idée suffisamment forte et qui s’inscrive bien dans le concept de la collection. Sceneario.com : Il s’agit donc d’un travail de commande ? Ou alors avais tu un scénario qui s’est trouvé correspondre à cette collection ?
Christophe Bec : Ah non, je ne lui ai pas refourgué du réchauffé [...]

Lire la suite ›

Christophe BEC grosse actu en 2008, mais très grosse actu en 2009...

Sceneario.com : Cette année 2008 a été un peu chargée du coté de ton actu. Ton arrivée chez Soleil, la collection Hanté qui a été lancé, tes sorties avec Bunker tome 2 (Dupuis), Deus tome 1, Pandemonium tome 2, puis de Prométhée tome 1 et de la suite du temps des Loups (le tout chez Soleil). Comment gères tu la collection Hanté avec ton travail de scénariste et aussi de dessinateur, puisque tu es revenu au dessin sur Prométhée ?   Christophe BEC : Chargée ? pas tant que cela, si l’on regarde bien, je travaille en tant que co-scénariste avec Stéphane Betbeder sur deux séries : Bunker et Deus, ce qui allège ma part de travail au moins de moitié, ensuite j’ai réalisé 4 albums en tant que scénariste : Pandémonium et Le Temps des Loups tomes 2, Fontainebleau, un one-shot pour la collection Hanté, mais également Sarah tome 1 que tu as oublié, une série très importante pour moi puisque j’y retrouve mon compère Stefano Raffaele et qui a été remarquablement accueillie par les lecteurs, avec un succès assez inattendu, 15 000 exemplaires vendus du tome 1 [...]

Lire la suite ›

Christophe Bec pour Sarah tome 1 chez Dupuis

Sceneario.com: Comment as tu eu cette idée de scénario?
Christophe BEC:
Alors c’est assez spécial, c’est en voyant une photographie dans un magazine - Paris Match, je crois - où l’on voyait une photo terrible d’un adolescent chinois attaché par une chaîne dans une cave depuis des années, il avait fait sa croissance autour des chaînes qui l’entravaient. Visiblement, il était fou et dangereux, et c’est le seul moyen qu’avaient trouvé ses parents pour éviter ses crises de démences, qu’il s’en prenne à des gens. Sur les parois de la cave, il avait écrit partout le mot « Liberté ».
Lors d’une déjeuner avec mon confrère et ami Stéphane Betbeder, je lui ai parlé de cette photographie qui m’avait profondément marqué. On s’était dit à ce moment-là que ça pourrait être une chouette idée de départ pour un film ou une BD d’horreur [...]

Lire la suite ›

Sanctuaire Remined tome 1

Sceneario.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à proposer une adaptation manga de votre série ?
Xavier Dorison : L’une des raisons de ce choix est liée au fait que, lorsque l’on travaille sur une BD franco-belge, on a une place limitée. Il y a une forme d’essentiel, de radicalisme. Le manga permet de développer les univers et les personnages. On savait que Sanctuaire offrait des pistes à emprunter et nous avions le choix des auteurs. Cela est donc apparu comme une bonne idée. En outre, cela permettait d’accompagner le développement de Shôgun mag. Sceneario.com : Aviez-vous des contraintes pour la reprise du scénario ?
Stéphane Betbeder : On avait toute latitude. On ne souhaitait pas faire une simple adaptation mais une réelle interprétation. L’objectif était de s’approprier l’univers de Sanctuaire [...]

Lire la suite ›

Interview de BEC à l'occasion de la sortie de BUNKER...

SCENEARIO : Bonjour Christophe Bec. Tu as une actualité chargée en cette année 2006, et plus particulièrement en ce mois de Septembre. Commençons par parler de ta nouvelle série BUNKER qui paraît le 4 octobre chez Dupuis. Peux tu nous conter la genèse de ce récit?
BEC :
Bunker est un projet que j’ai en chantier depuis pas mal de temps, je crois que la première version a été écrite en 2003. Au départ, c’était juste un concept assez simple : une haute montagne, une frontière, des hélicoptères, un bunker et un dieu invisible et destructeur. Stéphane Betbeder m’a aidé à développer l’univers, à l’enrichir et à essayer de bâtir une histoire dense, ambitieuse et solide à partir de ce point de départ basique.
Puis on est allé faire des repérages sur la Ligne Maginot, pour s’immerger dans l’atmosphère des bunkers et ressentir les choses : l’humidité, l’enfermement, les odeurs de métal [...]

Lire la suite ›

Quand Patrick Dumas jette un oeil sur Shiva...

Sceneario.com : Ta première bande dessinée publiée est "La planète des robots" dans Falatoff en 1970 ; tu avais alors 17 ans... Est-ce exact? Des souvenirs de cette première expérience? Patrick A. Dumas : C'est exact. Si je me souviens bien, j'avais participé à un concours du journal Spirou et avais été parmi les 50 gagnants qui recevaient un poster dédicacé par Peyo. L'équipe de Falatoff avait dû écrire à tous ces participants, afin de dénicher d'éventuels collaborateurs. Je fus un de ceux-là...
J'ai eu les honneurs de la couverture du premier numéro, avec une case extraite de "La Planète des Robots", histoire courte très influencée par Druillet qui venait de faire une entrée remarquée dans Pilote. Et je suis resté rouge de honte les semaines qui ont suivies, car j'avais fait deux énormes fautes d'ortographe dans le texte de cette case... Sceneario.com :Comment t'est venue l'envie de devenir auteur de bandes dessinées? Patrick A. Dumas : C'est une idée que j'ai sans doute eue très tôt, car, très jeune, j'interrogeais souvent mon entourage pour savoir comment étaient réalisés les illustrés que je lisais à longueur de journée [...]

Lire la suite ›