KGB #4 La porte du Paradis

voir la série KGB
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

QUADRANTS

Collection :

Solaires

Genre :

Fantastique

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782302009516

Résumé de l'album La porte du Paradis

Dimitri et Eva se dirigent vers Baïkonour, à bord d'un avion. Le premier secrétaire Khrouchtchev leur a adressé un message dans lequel il explique ce qu'il attend d'eux, et ce que sera donc leur mission. Ils vont participer plus vite qu'ils ne le pensaient à la conquête spatiale et voir ce qu'est réellement la voûte céleste.
Pour Eva, ce serait enfin de réaliser son but.

 

Par Berthold, le 18/05/2010

Notre avis sur l'album La porte du Paradis

Avec une œuvre signée Valerie Mangin, nous savons que nous n'aurons pas une histoire classique, un récit d'aventure, une bande dessinée comme tant d'autres. Son œuvre est unique et originale. Son Luxley, sa version de Robin des Bois, en est une preuve.

Avec KGB, le lecteur avait dû s'attendre à un récit classique d'espionnage qui racontait l'histoire du KGB. Et bien, que nenni ! Ici, c'est une œuvre fantastique sur une quête et sur la recherche d'un Paradis. Dans les tomes précédents, la scénariste nous avait ouvert les portes de l'Enfer. Nous y avons découvert ce qu'était la quête de nos héros.
Dans ce quatrième et ultime tome, nous allons prendre la route vers le paradis, mais êtes-vous sûrs de l'atteindre ? Cela, il va falloir que vous le lisiez pour le savoir. Je ne peux vous en dire plus. En attendant, Valerie Mangin m'a bien surpris avec cette conclusion. Je dois bien avouer que je ne m'y attendais pas. La porte du paradis est une excellente fin (ou un recommencement ?).
Elle arrive aussi à nous tenir en haleine sur ce tome. Tout comme Dimitri, vous voulez savoir ce que cache..ce qui se cache derrière...mais, chut, je n'en dis pas plus.

Il faut aussi saluer le superbe travail de Malo Kerfriden. Il a sû rendre (grâce aussi aux superbes couleurs de Benjamin Hofseth) très lumineuses, très claires, ses planches. Bien sûr, vous pouvez penser que dans certaines cases, cela vous semble très léger côté décors par exemple, mais c'est assez normal si l'on suit bien l'histoire.

Bref, je vous laisse déguster cette conclusion qui termine la série KGB comme il faut.
Embarquez donc à Baïkonour, vous aussi, pour un voyage dans l'espace qui ira bien au-delà de votre imagination.

Par , le

Les albums de la série KGB

Nos interviews liées

Moi, Jeanne d'Arc

Sceneario.com : Vous affichez une vision de la Pucelle fort éloignée de la guimauve patriotique habituelle, est-ce par provocation?
Valérie Mangin : Au départ, non. Mais c’est vrai que l’album est vécu comme une provocation par certains lecteurs. Traditionnellement,  Jeanne d’Arc est une sainte. C’est la Pucelle comme vous le dites dans votre question, alors la montrer « à poil », ça ne se fait pas… même en 2012 !
Pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lui manquer de respect. Au contraire, je lui ai rendu son humanité. Pour moi,
Jeanne d’Arc est d’abord une vraie femme avec un corps, des émotions et des pulsions sexuelles. Ensuite c’est une femme qui a soif de liberté et d’accomplissement. Elle ne devient pas sorcière puis chef de guerre parce que Dieu ou le Cornu le lui ordonnent mais par choix personnel, pour vivre pleinement sa vie [...]

Lire la suite ›

Valérie Mangin scénariste

Sceneario.com: Qui est Valérie Mangin?
Valérie MANGIN:
« Elle » ? Il faut que je parle de moi à la troisième personne comme César ou Delon ? Allons-y : C’est une femme avec une personnalité multiple. Le jour, Valérie est une sympathique directrice de collections, historienne de formation, qui aide des auteurs de BD à accoucher de leurs histoires. Mais la nuit, elle devient « Mangin » une scénariste farfelue qui invente des tragédies cosmiques et des récits fantastiques gores.

Sceneario.com: Vous sortez donc ce mois ci chez Quadrant Solaire votre nouvelle série KGB, quel effet ça fait? Des peurs? Des envies? Oui, tout cela à la fois.
Valérie MANGIN:
J’oscille entre la grande joie de voir enfin le résultat de deux ans de travail acharné et la peur d’être moi-même déçue par mon album que j’ai à chaque livre [...]

Lire la suite ›