KABOUL DISCO #1 Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan

voir la série KABOUL DISCO
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

LA BOITE A BULLES

Collection :

Contre Coeur

Genre :

Autobiographie

Humour

Noir et Blanc

Récit de voyage

Sortie :
ISBN : 9782849530535

Résumé de l'album Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan


Le dessinateur Nicolas Wild n’avait rien de trop précis en cours ou en vue, côté projets. Ce jour-là, il a reçu un e-mail forwardé par une connaissance, un e-mail contenant une offre d’emploi bien originale : partir pour Kaboul, en Afghanistan, et participer à la réalisation d’une bande dessinée pédagogique expliquant la constitution afghane et étant destinée à la population majoritairement analphabète. Il ne faudra pas longtemps à Nicolas pour se décider. Très vite, il va prendre un avion et après une escale prolongée en Azerbaïdjan, il va plonger dans le grand bain afghan : vie quotidienne, langue, condition d’expatrié dans un pays pauvre et secoué par l’Histoire, etc...

Le contrat de Nicolas ne devait durer que 2 mois, mais quand l’échéance arriva, il lui fut proposé de travailler sur un autre projet. Fasciné par ce pays (et par lui-même qui avait fini par s’accoutumer à son "quotidien immuable" !), il signa. Il ne se rendit compte qu’après qu’il allait alors participer à un projet ayant pour thème les campagnes de recrutement d’Afghans par les Américains...
 

Par Sbuoro, le NC

Notre avis sur l'album Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan


Avec la formule toute indiquée du journal de bord rédigé avec beaucoup d’humour, Nicolas Wild marche dans les pas de Guy Delisle (Pyongyang, Shenzhen, L’Association), par exemple, en nous racontant en bande dessinée son expérience du travail de graphiste dans un pays parmi les derniers dans lesquels on penserait pouvoir en trouver !

Autobiographie dynamisée par le nombre de personnes qu’il a croisées, par les situations nouvelles et extraordinaires qu’il a vécues, ce récit a l’avantage de mettre sur le même plan (au niveau du scénario) la plus petite des anecdotes comme le plus sérieux des problèmes. Et Nicolas Wild en a des tonnes à raconter ! Ce qui fait que sa BD qui aurait pu être un produit fini à la fin de la première partie embraye directement sur une suite non moins intéressante et non moins rigolote.

Structurées majoritairement en "gaufriers", les planches ne rebutent cependant pas ; d’autant que l’auteur sait jouer de cette surface d’expression qu’est la feuille, comme par exemple avec cette page sur laquelle il parle (et use) du copié-collé et du retournement horizontal !!! Terrible.

On ne peut qu’apprécier ce genre de lecture, à mon avis. Pédagogique et humoristique à la fois ; humoristique parfois même au point de faire passer en second plan la difficulté des conditions de vie des gens qui vivent là-bas, mais eux pas que provisoirement...

Nicolas Wild dont on avait trouvé la signature sur le tome 1 de la série Le vœu de (Marc) chez la même maison d’édition La Boîte à Bulles nous offre avec Kaboul Disco T1 le premier tome d’une lecture passionnante vous plongeant dans le cocon blindé des expatriés vivant en Afghanistan. Eh ouais, car il n’y a pas que des médecins et des photographes, là-bas.

Des photos de et prises par l'auteur suivent la bande dessinée.
 

Par , le

Les albums de la série KABOUL DISCO

Nos interviews liées

Le Voeu de Marc

Sceneario.com : Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez vous vous présenter en quelques mots ?
Lucie Albon: J’adore la patouille et le bidouillage avec un petit faible pour le dessin et la peinture.
Boulet: J 'adore le racontage et le gribouillage, je passe mon temps à écrire des histoires.

Sceneario.com : La première question qui me vient c’est de savoir si cet album correspond à un souvenir d’enfance, des rêves de lutin qui exaucent des vœux ?
Lucie Albon:Il faudrait poser cette question aux scénaristes, je leur transmet.
Boulet:L'idée des lutins venait de Nicolas... Un gamin faisait des voeux et chaque voeu se retrouvait incarné sous forme d'un petit lutin... L'idée des voeux et des lutins m'a très naturellement ramené vers l'univers des contes.

Sceneario.com : C'est important le fait que vous ayez mis cette histoire dans le cadre scolaire ?
Boulet: Personnellement, je ne me suis pas posé la question du pourquoi quand Nicolas m'a montré des bribes d'histoires situées dans l'école [...]

Lire la suite ›