Intégrale

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Intégrale

Western

Sortie :
ISBN : 9782723495417

Résumé de l'album Intégrale

Ils sont 5 et quand arrive un jour une lettre de leur ancien camarade Hank Williams, avec qui ils formaient la bande des Jersey Cowpunchers, ils n'hésitent pas une seconde pour le rejoindre et partir rechercher un ancien trésor confédéré perdu dans les montagnes. Mais qu'est ce que cache réellement Hank, et qu'attend cette bande de vieux brigands qui s'étaient retirés depuis des lustres ?

Par Fredgri, le 22/04/2013

Notre avis sur l'album Intégrale

Cette Intégrale, qui regroupe les deux albums parus en 2008 et 2010, renoue avec les codes du Western en les abordant néanmoins d'un point de vue plutôt décalé.
En effet, tout commence par les retrouvailles, 15 ans après s'être séparés, des membres d'un gang de braqueurs. L'ambiance est donc au constat du temps qui passe, des souvenirs, des vieilles rancunes, ils n'ont plus les os d'antan. Les auteurs égratignent ces figures glorieuses du western héroïque, de ces belles heures ou ils chevauchaient ensemble pour aller attaquer une banque ou je ne sais quoi du genre ! Maintenant ils ne sont que les ombres de leur mémoire, de celles qui ont laissé derrière ces histoires et ces aventures !

Il y a ainsi ce rendez-vous énigmatique, que leur veut cette fripouille d'Hank ? Et pourquoi les embringuer dans cette histoire de voyage à travers les montagnes pour récupérer un hypothétique trésor perdu, enfouit on ne sait ou ? Mais, avant tout, ce qui les anime en se rendant là-bas, c'est certainement la dernière étincelle qui peut leur rester, pas forcément de quoi leur donner envie d'y croire plus que ça, mais au moins de s'illusionner une dernière fois "avec les potes", entre "vieux cow-boys"...

Nicolas Pothier construit une intrigue qui commence de façon assez basique, des retrouvailles, un voyage, une promesse, avec en filigrane une vague histoire de trahison sur laquelle il ne s'appuie pas plus que ça, mais qui suffit à semer le doute et la suspicion chez le lecteur ! C'est adroit car, mine de rien, il grippe légèrement la machine, il ne s'agit pas d'une banale dernière virée entre vieux potes, mais peut-être bien d'un ultime voyage. Ensuite il rajoute une bande de bandits créanciers qui poursuit l'un des membres de la bande, afin de récupérer l'argent que ce dernier leur doit. Petit à petit le jeu se fausse pour déraper vers quelque chose de plus violent, de moins pépère.

Ces personnages sont d'une part très bien caractérisés, et d'autres part le traitement graphique de Brüno leur rend parfaitement justice. Chacun a son caractère, son expression et une physionomie très spécifique. Malgré un dessin minimaliste et très stylisé on s'attache très vite à cette troupe. La narration est très efficace, voir même parfaite, oserais-je dire, tant tout s'écoule logiquement, avec évidence !
Alors il y a un petit côté sec dans ce graphisme, mais c'est tellement efficace que franchement on tombe très vite sous le charme (rien que les premières séquences, où chacun reçoit son invitation, sont des leçons de bande dessinée en soit !).

Cette Intégrale nous entraîne donc dans une histoire bourrée de rebondissements, assez surprenante, avec des partis pris modernes très audacieux, tant formels que du point de vue scénaristique.
Un excellent volume qui mérite de figurer dans votre bibliothèque !

Par , le

Nos interviews liées

Brüno pour Commando Colonial Tome 2

Pour commencer, pourrais-tu nous raconter ton parcours et comment tu es venu à la BD ? Brüno : J’ai toujours aimé la Bande Dessinée et j’en ai toujours plus ou moins fait. Quand j’étais à la faculté d’arts plastiques de Rennes, une bande de copains a monté une structure d’édition « La Chose » (cette structure existe toujours). J’ai alors fait 2 ou 3 albums chez eux. A une époque, je faisais beaucoup de festivals, et à celui de Saint-Malo, en 1997, j’ai rencontré Fredéric Mangé de chez Treize Etrange. Il lançait une collection d’adaptation de romans d’aventures et c’est comme ça que j’ai fait « Nemo ». Ensuite j’ai signé chez Vents d’Ouest et c’était parti ! Aujourd’hui je me consacre à la BD, en faisant aussi quelques travaux d’illustrations à côté [...]

Lire la suite ›

Nicolas Pothier

Sceneario.com : Bonjour, pour commencer pouvez-vous nous présenter votre parcours ?
Nicolas Pothier : Après le Bac, j’ai fait des études de documentaliste et de communication d’entreprise. J’ai ensuite passé un an en Afrique (en coopération) et, à mon retour, le hasard m’a dirigé vers le jeu vidéo. Je suis resté 10 ans chez Infogrames/Atari en évoluant d’infographiste 2D jusqu’au poste de Directeur artistique. En 2002, il y a eu un plan social, et mon licenciement m’a poussé à faire ce que j’avais envie de faire depuis très longtemps : de la Bande Dessinée. Mais je suis véritablement rentré dans ce milieu en travaillant pour le mensuel BoDoï dès le premier numéro en 1997...

Sceneario.com : Racontez-nous la genèse de cet album « Voies off »? Avez-vous écrit toutes les histoires à la suite ?
Nicolas Pothier : La genèse de l’album remonte à ma rencontre avec Yannick Corboz [...]

Lire la suite ›