Jinx

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Contrebande

Genre :

Polar

Sortie :
ISBN : 2756000965

Résumé de l'album Jinx

Goldfish est un arnaqueur à la petite semaine, sans vraiment d'envergure, il traîne avec lui son complice Colombia et ensemble tentent de s'en sortir à coup de jeux de dés... Mais voilà, Goldfish rencontre la belle et mystérieuse Jinx, il se sent pret à lâcher cette vie de merde, alors quand un homme leur murmure, à lui et à Colombia, l'endroit où il a caché 3 millions, notre héros se dit qu'il serait plus sympa de partager le magot avec sa belle qu'avec cette crapule de Colombia... Et c'est l'engrenage.

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Jinx

...
Vous vous dîtes que le polar est un art du dialogue, de l'atmosphère, la situation et le scénario ne sont finalement que vagues éléments décoratifs, alors oui "Jinx" est un album pour vous !
Bendis est un scénariste américain qui, avant d'arriver chez Marvel, s'était déjà fait la réputation d'être un dialoguiste hors pair ! Bon, c'est vrai qu'il arrive à insuffler une sorte de naturel bien senti, bien vu, qu'on a l'impression d'entendre ses personnages comme si ils parlaient à côté de nous mais très rapidement on se rend compte aussi que Bendis aime bien se regarder écrire, on n'est plus dans un suite de petits échanges sympa, aérés mais dans un ruissellement constant et ininterompu de bulles, de digressions, on n'arrête pas de parler dans Jinx, sans cesse, de tout et de rien, autant au début cela donne une atmosphère sympa, prenante, autant, très vite cela devient pesant et rébarbatif, tellement l'intrigue passe en second, tellement on se noie dans ces planches ou il y a plus de mots que de dessin !
le style graphique de Bendis est plus proche de la photographie, ça ne me déplait pas forcément parce que je sais aussi qu'il n'est pas un dessinateur mais scénariste avant tout, mais en fin de compte ces visages figés et ces cases qui se répètent n'aident pas à alléger la lecture.
Donc, Jinx se lit laborieusement, même si le volume se "dévore" assez vite, mais quelle sensation de vide en découle dès la dernière page tournée !!!
Pour public averti !

Par , le