JESSICA BLANDY #1 Integrale 1-2-3

voir la série JESSICA BLANDY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DUPUIS

Genre :

Aventure

Polar

Sortie :
ISBN : 9782800146829

Résumé de l'album Integrale 1-2-3

Ce premier volume rassemble les trois premiers albums de la série Jessica Blandy:
- Souviens-toi d'Enola Gay
- La maison du Dr. Zack
- Le diable à l'aube
Dans les deux premières parties Jessica Blandy part à la recherche du meurtrier qui a tué l'homme qu'elle aimait. Elle met ainsi les pieds dans une intrigue ont sont mêlés une riche famille, des anciens combattants, le tout agrémenté de quelques cadavres, par-ci par-là.
Dans la dernière partie, elle se retrouve emprisonnée, au fin fond du bayou, par une étrange famille de dégénérés, avec une pincée de chantage, de meurtre et d'inceste...

Par Fredgri, le 24/02/2010

Notre avis sur l'album Integrale 1-2-3

Je ne pourrais pas vraiment vous dire pourquoi, ou du moins, pas précisément, j'ai toujours voulu découvrir cette série. Certainement son aura, j'en avais un peu entendu parler, j'avais croisé l'héroïne au grès d'une page, elle m'avait intrigué. Et pourtant je ne suis pas fan de ce genre de dessin assez froid, sophistiqué, avec ces filles un peu poseuses, lunettes noires, décolleté profond, inaccessibles !!!!
Je savais surtout qu'il s'agissait là d'une série polar qui avait débuté à la fin des années 80, qui avait parfois un ton assez dur.
Et, en fait, c'est exactement ça.
Car, c'est vrai, ces trois histoires, ou en tout cas les deux premières, font nettement 80's. Le ton un peu forcé, les dialogues pas forcément naturels et ce côté faussement désinvolte peuvent, au premier abord, sembler décalés, mais au contraire, je trouve que cela participe au charme de cette série. Car justement, je me suis très vite passionné par l'histoire, j'ai lu ce premier volume d'un bloc, car, en fin de compte, tout est très cohérent. Cette façon d'être dans l'époque (en plus on ne parle pas d'un truc qui se passe au 18 ème, ça date de 20 ans, c'est tout), d'amener des intrigues avec un regard assez adulte, d'être à la fois assez complexes et rapidement compréhensibles, d'être très bien rythmé... Tout ces éléments ont fini de me convaincre.
Je ne dis pas que c'est une série majeure, simplement que dès les premières pages elle remplit parfaitement son rôle de très bonne série polar moderne.
Alors, maintenant il se créé un autre constat, la BD n'est plus vraiment la même qu'il y a 20 ans. Les scénaristes plus récents ont en effet exploré les thématiques du polar de façon plus extrêmes. Et, aujourd'hui, quel regard pouvons nous porter sur une héroïne comme Jessica Blandy ? J'aurais tendance à lui trouver encore beaucoup de modernité, même si je me dis que dans ces trois premiers albums elle manque un peu de charisme et que le dessin de Renaud n'a pas encore cette grâce qu'il aura plus tard.
Le diptyque qui débute cette série est davantage là pour planter le décor, le ton, car la troisième histoire monte très vite le niveau. Ce récit se situe en plein bayou, on y trouve des secrets de famille très glauques, des histoires de femmes enlevées, engrossées de force, recluses, on y parle d'inceste, de meurtres, de combines... On est loin du côté un peu sophistiqué des deux premiers tomes ! Et je trouve justement assez intéressant de voir comment cette héroïne s'inscrit dans tout ça. L'évolution entre le début et la fin de ce volume montre qu'il ne s'agit pas seulement d'une histoire de belle nana qui traverse tout ça sur ses talons haut, sans forcément plus s'impliquer que ça. il y a aussi une réflexion sur le genre, sur ses fondements. Et certainement qu'à la fin des années 80, cela permis d'amener aussi une certaine BD populaire vers un public un peu plus adulte, qui sait !
Donc voilà, je suis conquis...
Vivement la suite, en tout cas !

Par , le

Les albums de la série JESSICA BLANDY

Nos interviews liées

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›