Jaurès

Dessinateur :


Scénaristes :




Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Ils ont fait l'Histoire

Genre :

Biographie

Historique

Politique

Sortie :
ISBN : 9782344001103

Résumé de l'album Jaurès

En cet été 1914, la guerre menace toute l’Europe après l’assassinat de l’archiduc Franz Ferdinand de Habsbourg. Jean Jaurès, l’un des pères du socialisme français, met toute son énergie et tout son talent d’orateur à défendre la paix avant qu’il ne soit trop tard. Il a déjà compris que cette guerre, si elle avait lieu, prendrait une dimension mondiale et qu’elle verrait tomber des millions de vie, ruinant l’Europe.

Le fondateur du journal “L’Humanité”, qui a déjà une immense carrière politique, qui s’est engagé par le passé pour les mineurs ou pour Dreyfus, mène ici son ultime combat.

Par Legoffe, le 03/08/2014

Notre avis sur l'album Jaurès

A l’occasion des cent ans de sa mort, Glénat et Fayard ne pouvaient manquer d’intégrer Jaurès à leur nouvelle collection “Ils ont fait l’Histoire”. Pour réussir l’exploit de rassembler en un seul album la quintessence de l’esprit de cet homme politique majeur de la France moderne, ils ont fait appel à Morvan et Voulyzé, au scénario, appuyés par l’historien Vincent Duclert.

Et l’on peut dire que l’objectif est atteint. S’ils choisissent de partir de l’été 1914 et du combat mené par Jaurès pour éviter la guerre, ils n’en oublient pas pour autant plusieurs autres de ses grandes actions politiques, grâce à d’habiles flashbacks. Cela commence par la cause des mineurs de Carnaux (Tarn) en 1892, mais aussi sa défense de Dreyfus ou encore, évidemment, la création du journal “L’Humanité” dont on retrouve de nombreux extraits dans la bande dessinée. L’occasion d’apprécier le style des journalistes qui, à l’époque, fleurait la bonne littérature et le romantisme. Un autre temps...

Cette biographie s’inscrit toutefois essentiellement dans la course contre la guerre menée par Jean Jaurès. Grâce à ce livre, le lecteur découvre comment cet homme, et quelques autres socialistes - dont des Allemands - tente d’arrêter la machine infernale.

Les auteurs s’intéressent aussi à la personnalité de l’homme clé du SFIO et nous font partager un peu de son intimité.

Bien sûr, l’album restitue de nombreux extraits des discours de Jaurès. Impossible, en effet, de passer à côté de cet aspect tant il jouit, à juste titre, d’une réputation d’orateur hors paire. Ses longs monologues, impressionnants, étaient un modèle littéraire. D’ailleurs, il n’est pas toujours facile à appréhender et la lecture de certaines planches nécessite une réelle concentration et engendre parfois un décrochage. Il n’est, heureusement, que temporaire et l’énergie que met Jaurès à sauver la paix nous happe à nouveau dès la planche suivante.

Quittons le verbe haut pour le beau coup de crayon. Car Macutay, que je ne connaissais pas, est un dessinateur de talent. Avec son style réaliste et et un grand souci du détail, il rend, lui aussi, hommage à Jaurès. L’exercice est d’autant plus réussi qu’il n’avait pas la tâche facile en raison des nombreux textes qu’il fallait intégrer aux planches. Pour autant, à aucun moment on a le sentiment que le dessinateur ne se fait dépasser par les impératifs biographiques. On sent, au contraire, une parfaite maîtrise dans la mise en page et une reconstitution impeccable de la Belle Epoque qui est alors à son crépuscule.

En un seul album, le lecteur pourra donc bien faire connaissance avec Jean Jaurès. Un gageur certes, mais le pari est réussi. De plus, en cette date de triste anniversaire, et à l’occasion de la première édition, l’éditeur offre, en prime, une édition de la première Une de l’Humanité.

Par , le

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›