INTERFACE #1 Marchands de rêves

voir la série INTERFACE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Sortie :
ISBN : 2205053787

Résumé de l'album Marchands de rêves

Le premier jour de travail du policier Alek Vacendak est extrêmement chargé. Apres avoir perdu son co-équipier lors d'une fusillade entre les Butchers et les Angels, il se retrouve directement promu au rang de lieutenant par le commandant Cort qui lui aussi a perdu son équipier dans cette fusillade. Ils vont enquêter sur un lot de Pilrev défectueux qui serait a l'origine du conflit sanglant. Les Pilrevs sont les pilules qui permettent à l'homme de rêver depuis qu'ils en sont incapable suite à une dégénérescence biologique. Leur enquête va les amener vers une petite société qui cherchent un autre moyen de faire rêver mais les motivations de Cort ne sont pas aussi clair qu'il y paraît.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album Marchands de rêves

Si vous avez aimé blade runner, les livres de Philip K. Dick et William Gibson, jetez-vous sur interface. On est dans un univers totalement cyberpunk. On est mis dans l'ambiance dès le début de l'album ou on apprend que les hommes ont besoin de pilules pour rêver sinon ils deviennent fous. Cela a engendré les 5 meta-compagnies qui gèrent tout. 
Comme c'est un premier tome, on voit surtout les groupes et l'intrigue se mettrent en place. Et c'est très bien fait, car à la fin de l'album tout semble très bien positionné, avec beaucoup de possibilités de développement. chaque personnages cachent des choses, à part "peut-être" Vacendak, mais cela n'est pas sur.
Il y a plusieurs enquêtes imbriquées : Qui est à l'origine du lot de Pilrevs défectueux et pourquoi ? Que cache le passé de shanaya ? Quels sont ses liens avec Zane Dargent ? A qui est réellement associé Carter Cort ? Plein de questions qui demandent des réponses dans le tome 2.
Le dessin est très particulier. Les personnages ont un style manga qui m'a beaucoup surprit, car je n'en lit que très peu. Cela m'a même un peu rebuté quand j'ai feuilleté l'album avant de l'acheter. Mais, en s'accrochant un peu, on rentre dans l'histoire et on oublie un peu ces à priori !

Par , le

Les albums de la série INTERFACE

Nos interviews liées

Dominique LATIL

Sceneario.com: Peux tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ?
Dominique Latil: Heu, Ben, je m'appelle Dominique Latil, je suis scénariste et rédacteur en chef adjoint de Lanfeust Mag, je vis à Aix-en-Provence où je travaille à l'atelier Gottferdom et j'aime faire des mots fléchés

Sceneario.com: Quel a été ton parcours professionnel ?
Dominique Latil: J'ai rencontré Christophe Arleston en 1995. Il cherchait un collaborateur pour travailler avec lui sur une nouvelle série dont il avait déjà posé les bases, "Mycroft Inquistor" (avec Jack Manini au dessin). Après quelques bières, il m'a demandé de faire un essai qui lui a paru concluant et nous nous sommes lancés dans l'écriture du premier tome. Comme il appréciait mon travail, il m'a présenté à quelques jeunes qui venaient le voir pour faire de la BD et avoir une opinion professionnelle. C'est ainsi que j'ai rencontré Franck Biancarelli, Philippe Pellet et Jean-Marc Ponce presque coup sur coup et que nous avons travaillé ensemble, coachés par Arleston qui nous conseillait et nous a appuyé auprès de Soleil [...]

Lire la suite ›