Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 2849460680

Résumé de l'album V

 
Les batailles font rage et partout, des cités sont attaquées et défendues, prises ou perdues. Malgré ses remparts, Avaricum a fini par tomber sous les assauts des Romains, et, dans Gergovie assiégée, Ambre va tenter de palier aux manquements de Celtill en essayant de convaincre les Gaulois non romanisés de passer en mode attaque. Ainsi, la coalition des Gaulois rebelles va donner du fil à retordre aux Romains jusqu’au bout, mais, sans l’aide qu’ils espéraient d’un Critovax "girouette", ils vont devoir se résigner à se mettre à l’abri dans une cité que César aura tôt fait d’encercler : Alésia...
 

Par Sylvestre, le 06/01/2014

Notre avis sur l'album V

 
Lutécia, Gergovie, Alésia... L’importance de ces noms et les intérêts stratégique et historique qu’on associe à ces cités sonnent comme une musique d’ambiance qui accompagnerait notre lecture de ce péplum : la fin de la série approche et les nombreux moments forts qui la font annoncent en quelques sortes un puissant bouquet final...On a renoué avec une qualité qu’on avait peut-être un peu perdue au fil de la saga, aussi. C’est sans doute dû au fait que les auteurs ont dû précipiter et concentrer certaines choses pour que l’histoire se termine en apothéose.

Ambre avait cédé à Celtill le titre de vercingétorix, mais elle est cependant reconnue comme le méritant plus que lui. On n’est donc pas surpris de voir les auteurs s’attarder autour d’elle plutôt qu’autour de Celtill, bien que les missions des deux soient de la même importance. L’héroïne regagne donc de l’importance : elle reconquiert sa position de personnage central et se voit ainsi "préparée" par les auteurs pour régner sur les scènes finales et laisser aux lecteurs un souvenir impérissable.

La Guerre des Gaules vue par Simon Rocca et Jean-Yves Mitton nous aura passionnés, nous aura fait frissonner ou exulter, nous aura enragés ou séduits pendant les quinze ans qu’a mis la série à paraître. Jusqu’à cette fin poignante, entre amertume et espoir. En quinze albums ou en cinq intégrales, le plaisir aura été le même, toujours aussi fort. C’est pourquoi il vous est vivement conseillé de vous pencher sur les œuvres de Rocca et de Mitton en général et sur Vae Victis ! en particulier : des œuvres sur lesquelles même le temps ne semble pas avoir de prise : des BD toujours aussi passionnantes à lire quand bien même elles ont aujourd’hui un certain âge !

Bravo et merci aux auteurs !
 

Par , le

Les albums de la série INTEGRALE VAE VICTIS !