IN VINO VERITAS #2 Toscane - Deuxième partie

voir la série IN VINO VERITAS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Drame

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782723499897

Résumé de l'album Toscane - Deuxième partie

Tessa Tomasini est en pleine rééducation à la suite de son accident dont elle a été victime devant le restaurant Le Four Seasons à Florence. Lors d’une visite de son petit ami Charles Braudicourt, la jeune femme lui avoue regretter sincèrement non seulement son emportement antérieur mais aussi son refus d’écouter les dernières paroles de paix formulées par sa grand-mère Ortensia décédée. Pendant ce temps, un grave problème s’est déclaré à l’exploitation de la jeune femme, mettant en péril son label bio. Tessa n’étant pas disponible, l’assistant de cette dernière fait appel à Lionello, son frère avec lequel elle est brouillée, pour qu’il l’aide à résoudre la difficulté. S’exécutant de bonne grâce, il commence à mener son enquête lorsqu’il apprend qu’une grande partie de son domaine est gangréné par l’oïdium et que la production en cours est pour le moins menacée. Totalement dépité face à cette maladie qui résiste aux fongicides systémiques, Lionello pressent la catastrophe. Et si cette dernière était l’occasion inespérée de réconcilier le frère et la sœur ?

Par Phibes, le 21/09/2014

Notre avis sur l'album Toscane - Deuxième partie

En ce mois de septembre, Eric Corbeyran est à nouveau à l’honneur grâce à la sortie simultanée et très éclectique du 6ème tome du Régulateur, du tome 5 de Châteaux Bordeaux et de la deuxième et dernière partie de l’histoire mouvementée de la famille Tomasini de Toscane.

Avec cet opus, le relationnel très tendu entre Lionello et Tessa est remis sur la brèche et à cet égard, l’équipée nous replace juste après l’accident inquiétant survenu à la belle italienne et relaté dans le précédent tome. Cet évènement semble avoir marqué la jeune femme qui a décidé de mettre « de l’eau dans son vin » et de tenter de faire honneur aux derniers souhaits de sa grand-mère décédée. C’est donc à la faveur de nouveaux faits que le frère et la sœur, sous le couvert du généreux Charles Braudicourt, vont se rapprocher.

Il ne fait aucun doute qu’Eric Corbeyran signe ici une fin d’histoire avantageusement fluide, bien romanesque, qui évidemment joue assez habilement sur les sentiments les plus nobles. Indubitablement, les vérités tombent sur certaines zones d’ombre (en particulier l’origine de la brouille de Lionello et de Tessa). Les émotions sont donc au rendez-vous, suscitées par l’introduction de deux rebondissements concomitants assez bien gérés qui vont générer des élans certes somme toute agréables à partager mais qui manquent d’une certaine crédibilité (surtout au vu des capacités professionnelles de Lionello, ici dépassé, et de la non intervention du vigneron Charles, grand spécialiste bordelais, dans son problème). Il n’en demeure pas moins que les péripéties ainsi contées font mouche, l’environnement décrit y étant pour beaucoup.

La partie graphique exécutée par un Luca Malisan particulièrement en forme est exceptionnelle. Le réalisme de son trait pèse de toute sa beauté sur l’histoire de Tessa et de Lionello, la rendant on ne peut plus plausible. La Toscane est superbement représentée à l’appui d’un gros effort sur les décors issus à n’en pas douter de nombreux reportages photographiques. Les personnages, quant à eux, ont beaucoup de grâce et d’expressivité, ce qui en soi est un plus par le fait qu’ils permettent de bien dégager les émotions nécessaires pour ce type d’aventure familiale.

Une fin de saga familiale viticole généreuse, pleine de bons sentiments et très agréable à parcourir.

Par , le

Les albums de la série IN VINO VERITAS

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›