IL ETAIT UNE FOIS EN FRANCE #2 Le vol noir des corbeaux

voir la série IL ETAIT UNE FOIS EN FRANCE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Biographie

Guerre

Historique

Sortie :
ISBN : 9782723461832

Résumé de l'album Le vol noir des corbeaux

En juin 1940, à la Rochelle, alors qu'il s'apprête à quitter le sol français avec sa famille et son assistante pour les Etats-Unis, Joseph Joanovici reçoit la visite d'un faussaire qui lui ouvre un horizon plus doré en lui facilitant son introduction auprès des allemands. Pour ce faire, il remonte à Paris avec la ferme intention de faire jouer ses appuis à la Chambres des Députés et récupérer son entreprise de ferraille mise sous séquestre. La guerre étant consommatrice de métal, les affaires reprennent rapidement en liaison avec l'occupant allemand mais son ascension rapide et ses combines suscitent des jalousies qui débouchent sur la délation. De fait, Joseph et sa famille étant en danger, seule la collaboration peuvent leur permettre d'échapper au pire mais à quel prix ?

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Le vol noir des corbeaux

Le petit ferrailleur d'origine juive revient dans les bacs 1 an, jour pour jour, après le premier épisode intitulé "l'empire de Monsieur Joseph". Si dans ce précédent tome, plusieurs époques de sa vie étaient évoquées pour cerner correctement le personnage et son empire, dans le présent opus, il y est surtout question de ces accointances avec les allemands durant l'occupation de la France.

Fabien Nury est cité en ce mois de septembre pour la deuxième fois après avoir participé à la scénarisation de "Nécromancy" avec Jack Manini. Si dans cette dernière série, il plonge allègrement dans le genre fantastique (genre qu'il affectionne particulièrement), dans la présente, il se fait l'évocateur historique de la destinée de ce Joseph Joanovici, individu opportuniste dont l'ascension sociale fut un mystère pour beaucoup.

L'histoire, préfacée par l'historien Grégory Auda, se poursuit donc, cette fois-ci de façon linéaire, et Fabien Nury rapporte les faits d'une manière naturelle en s'inspirant d'évènements authentiques et, comme il se doit, tragiques en cette période guerrière. Les compromis dont il est question sont pléthores et contraignent le ferrailleur à composer à de nombreux niveaux, surtout avec la gestapo et son chef, le terrible Lafont. Le scénariste dénonce clairement l'ambiance délétère de cette période dans laquelle tout était possible pour survivre et détruire. L'omnipuissance de l'occupant et le climat de terreur et d'oppression y sont bien révélés. De même, la lutte intérieure que doit mener Joseph pour arriver à ses fins y est fortement perceptible.

Sylvain Vallée a la grande particularité de restituer l'atmosphère pesante de l'occupation en représentant des personnages à sales gueules, dotés de faciès ingrats, des plus massifs et patibulaires. Dans ce lot, se dégage Joseph Joanovici, individu débonnaire, bedonnant et à tête d'ange. Fort de caractère et prêt à toute compromission (même à sacrifier les liens avec sa famille) pour amasser de l'argent, il se dévoile progressivement au gré des opportunités qui se déclarent sur son chemin atypique. Les diverses visions, découpées et colorisées avec soin, qu'il nous offre, sont d'une qualité qui force l'admiration et dans lesquelles on appréciera le juste réalisme.

Noire est la couleur du plumage du corbeau comme semble être noire la destinée de ce curieux marchand de ferraille qui fait preuve d'un pouvoir d'adaptation hors norme. On ne remerciera jamais assez Fabien Nury et Sylvain Vallée de nous faire profiter de leur superbe travail sur ce personnage fluctuant et dérangeant.

Par , le

Les albums de la série IL ETAIT UNE FOIS EN FRANCE

Nos interviews liées

Un entretien avec Fabien Nury et Pierre Alary

Sceneario.com : Fabien Nury, Pierre Alary, ce n’est plus la peine de vous présenter, comment vous êtes-vous rencontrés sur le projet Silas Corey ?
Fabien Nury : Par téléphone, on s’est dit qu’on aimerait bien travailler ensemble. J’avais un scénario de prêt, je l’ai fait lire à Pierre, il m’a répondu : Super, ça va être beaucoup de boulot mais on y va.
Sceneario.com : Un scénario qui a pour cadre la première guerre mondiale, après Il était une fois en France, les guerres sont-elles un terreau propice aux histoires ?
Fabien Nury : Ah oui, bien sûr que oui. En tant que territoire de fiction, la guerre est un terreau particulièrement propice. Elle brise des vies, elle crée des destins exceptionnels. La guerre c’est la violence universelle. C’est parfois le règne du mal et c’est assez souvent la dedans que vous pouvez placer des fictions dramatiques [...]

Lire la suite ›