IAN #1 Un singe électrique

voir la série IAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Sortie :
ISBN : 2871295182

Résumé de l'album Un singe électrique

2044, une équipe russe est envoyée pour "nettoyer" une épave. Mais soudain une baleine géante vient percuter le submersible et les militaires sont emprisonnés sous les décombres sous-marins.
Les autorités décident donc d'envoyer le commandant Saul et ses hommes d'élite pour aller aider les rescapés. Mais pour ce faire on leur adjoint les services d'un tout nouveau prototype de AI (Artificial Intelligence), une sorte de robot hautement évolué prénommé IAN (pour Intelligence Artificielle Neuro-mécanique).
Le premier contact avec Saul est assez froid mais le reste de l'équipe l'intègre assez rapidement. Ian va progressivement assister l'équipe qui va commencer ses travaux d'excavation, mais ce que Saul et ses hommes ne savent pas c'est que Ian souffre d'une sorte de mal qui peut le surprendre à tout moment ! Va t il réussir à se maitriser et à sauver ses nouveaux "camarades" ?

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Un singe électrique

Premier album d'une série d'action qui pose la question de la coexistance entre humains et êtres artificiels. C'est vrai que ça n'est pas très nouveau mais c'est raconté malgré tout avec beaucoup de finesse, Vehlmann arrive a rendre ce Ian très humain, peut-être même plus que le reste de l'équipe, c'est certainement là le défaut de ce personnage et des autres protagonistes, ils se cantonnent parfois à des clichés mille et une fois revus ! Néanmoins l'histoire se lit très bien, elle est entrainante, il y a quand même du suspence (on regrette que cette histoire ne se soit pas développée plutôt sur deux albums, il y avait des éléments intéressants à cultiver qui auraient mérité plus de place) et les personnages sont très bien décris et dépeints.
On retrouve le fantastique dessinateur de "Berceuse Assassine", Ralph Meyer, en pleine forme, chaque planche est à décortiquer et à admirer sans modération. Ici son dessin se fait plus précis et plus minutieux, Meyer se permet même des petites références par ci par là aux comics (hehehe), c'est un régal.
J'ai donc particulièrement apprécié cet album car il n'est pas super compliqué à comprendre, il ne se perd pas dans des détails techniques rébarbatifs et laisse suffisamment d'espace aux personnages pour les laisser exister.
Très fortement conseillé, une des bonnes surprises de ce mois-ci. N'hésitez pas !

Par , le

D’accord avec Fredgri, cette bd est une très bonne surprise. C’est rapide, rythmé, pas de temps mort, c’est une bande dessinée d’action par excellence…. Peut-être même que le scénario, plutôt intéressant, aurait mérité un peu plus de pages : un 56 pages par exemple ? Bon tan pis, l’album est fait, mais du coup j’espère que Velhman va alléger la densité des prochains albums car j’imagine que ce Ian a encore beaucoup de choses à prouver à la face du monde dans l’intérêt de ses doux dingues de créateurs : -)
Et puis le dessin de Ralph Mayer est effectivement un plaisir de l’œil. Le trait est précis et assez fin même si je regrette que l’encrage alourdisse un peu trop les contours en ce qui concerne les visages surtout..
Voilà, j’aime beaucoup la fin qui peut laisser penser que l’intelligence artificielle pourrait un jour aboutir à une entité douée de sentiments en plus de pouvoirs ! Ca c’est vraiment impressionnant pourvu qu’on y croit un peu, alors la scène de la baleine laisse songeur et il est très facile de se laisser attendrir par Ian, l’intelligence artificielle qui aurait une conscience ;-) !
J’ai aussi bien aimé le clin d’œil à Spiderman et à Batman et j’ai passé un très bon moment ! A ne pas louper.

Par , le

Très très bien. Que dire de plus, j’ai trouvé dans cette bd plein de choses agréables. Une bonne histoire mélangeant suspense et action, des personnages intéressant qui pourront être développés dans les futurs tomes (et pas seulement IAN, car moi aussi je trouve que les personnages sont un peu trop stéréotype, et j’espère que les autres tomes vont permettre de mieux les connaître).

C’est le dessin qui m’a attiré en premier et fait découvrir l’histoire. Il est très efficace et, comme disais fredgri, il est précis et minutieux.

Donc plein de choses intéressantes qui font de ce premier tome, une très bonne BD. En plus, l’histoire se finit en un tome ce qui change agréablement des séries où il faut attendre le ou les prochains tomes.

Par , le

Les albums de la série IAN

Nos interviews liées

Ralph MEYER pour UNDERTAKER tome 1 Le Mangeur d'or

Rencontre avec Ralph MEYER pour UNDERTAKER


Interviewer : Berthold
Images et Son : Mat
Montage: Aubert [...]

Lire la suite ›

Ralph Meyer s'attaque à une saga viking : Asgard

Sceneario.com : Bonjour Ralph. Ton actualité prochaine est la sortie d’asgard une nouvelle série prévue en deux tomes avec Xavier Dorison au scénario. Avant d’aborder ce titre, peux tu te présenter pour nos internautes ? Quel a été ton parcours ?
Ralph Meyer : Bonjour. Mon parcours est somme toute classique. J’ai commencé à dessiner enfant et depuis je ne me suis plus arrêté. Avec l’appui de ma mère, j’ai pu m’orienter vers une filière artistique.Après un Bac philo et arts plastiques et un passage dans une école de pub, j’ai intégré les cours de bande dessinée et illustration de l’institut St Luc à Liège. Par la suite, après un peu de galère, j’ai rencontré Philippe Tome. C’est après avoir vu deux pages d’une histoire policière, polar dans mes cartons qu’il m’a proposé Berceuse assassine [...]

Lire la suite ›

Fabien Vehlmann, scénariste de bandes dessinées

A l'occasion de la récente sortie du quatrième tome de la série Seuls (avec Gazzotti au dessin), quelques questions centrées sur son métier de scénariste de bande dessinée ont été posées à Fabien Vehlmann.

Sceneario.com : Parle nous de la conception d'un de tes albums : comment trouves-tu ta documentation, est-ce que tu envoies les pages une à une à ton dessinateur ou bien en une fois ?...
Fabien Vehlmann : La doc, je la trouve progressivement, au gré de mes lectures, de mes découvertes sur internet, etc... Et quand je pense tenir une idée, je précise mes recherches sur un sujet plus précis, souvent en allant en bibliothèque pour affiner tel ou tel point. Parallèlement, je discute beaucoup de l'histoire avec le dessinateur, pour être certain que le récit lui plaira, qu'il aura du plaisir à le dessiner : ça peut d'ailleurs orienter mes recherches de documentation [...]

Lire la suite ›