Mister Griffith

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

TREIZE ETRANGE

Genre :

Documentaire

Historique

Sortie :
ISBN : 9782723477024

Résumé de l'album Mister Griffith


Dans le calme ambiant de sa superbe roseraie d'Hollywood boulevard au coeur de laquelle aiment flâner bon nombre de visiteurs, l'aquarelliste et horticulteur averti qu'est le marquis Paul de Longpré se plait à lire de la poésie. Malheureusement, en ce jour de l'année 1910, il se voit dérangé par l'arrivée intempestive et bruyante d'une troupe d'individus menés par le tonitruant David Wark Griffith. Ce dernier, cinéaste à la solde de la Biograph Company, est venu en Californie, réputée pour sa luminosité ambiante, pour tourner quelques films. Quelque peu troublé par tout cet équipage en campagne qui œuvre dans un art qu'il ne connaît que trop peu, Longpré en vient à autoriser sa bavarde de fille à suivre la caravane dans ses pérégrinations cinématographiques, non sans avoir au préalable inviter Griffith, ses comédiens et techniciens, à profiter de son domaine. Voilà une surprenante rencontre qui pose les balbutiements d'un art qui va progressivement transformer le petit quartier d'Hollywood de 1910 en une véritable capitale du cinéma.


Par Phibes, le 01/06/2011

Notre avis sur l'album Mister Griffith


Sur une idée de son frère Laurent avec lequel il a partagé auparavant la série Aven, Stephan Astier se lance dans une grande aventure dédiée au centre historique de l'industrie du cinéma qu'est Hollywood. Pour ce faire, ce dernier a décidé de se focaliser sur l'année 1910 et de relater les premiers pas de sa notoriété via la rencontre de deux personnages historiques, Paul de Longpré et David Wark Griffith.


Assurément, cet ouvrage, fort de plus de 90 planches (avec trombinoscope intégré), possède de la matière, une matière "cliquetinesque" que l'auteur a dû restituer après un brassage conséquent de données historiques. Aussi, est-il des plus intéressants d'assister à un tournage (l'un des premiers films tournés à Hollywood – In Old America, Ramona ?) et voir ainsi évoluer leurs nombreux personnages dont l'identité et l'évocation sont rattachées à l'époque du cinéma muet. En tête vient le fameux réalisateur enfiévré américain David Wark Griffith, suivi de près par ses comédiennes (Mary Pickford, Lillian Gish, Mabel Normand..) et ses techniques de tournage (le maquillage, le principe de la caméra créée par Edison…). De même, et c'est là la richesse de cet album, les frères Astier y traite de la lourde répression de Thomas Edison sur les cinéastes indépendants utilisant son matériel via la MPPC (Motion Picture Patent Company), ou encore dans un autre domaine la création d'Hollywood (Harvey Wilcox et sa femme Daeida, l'intervention de l'architecte québécois bahaïste Jean-Baptiste Bourgeois, le contentieux avec le français Blondeau…), les origines de Griffith…


Au vu du caractère touffu de la thématique qui pourrait transformer l'ouvrage en un documentaire lourd à digérer, Stephan Astier use d'un concept original, fringant, largement didactique et divertissant par le biais de l'intervention très énergique de la très curieuse fille de Paul de Longpré (lui-même volubile au demeurant). Il en ressort une atmosphère des plus enjouées, électriquement animée, parcouru de saccades (comme un vieux film à coup de manivelle) et mû d'une soif de connaissance dont le lecteur fait irrémédiablement sienne.


Le geste graphique de cet artiste complet est très plaisant. Usant d'une touche semi-réaliste qu'il adapte subtilement à la thématique (style à l'ancienne) et qui révèle ses nombreuses facettes de dessinateur, ce dernier nous amuse tout en nous instruisant sur l'univers du cinéma d'époque (entre autres, il sera captivant de passer par la focale de la caméra et de percevoir une séquence de tournage, d'appréhender les techniques balbutiantes du cinéma que l'on connaît aujourd'hui ou se transporter au temps de la Guerre de Sécession…). Son trait se veut synonyme de fougue et de juvénilité que l'on pourra saisir dans les attitudes surexposées de ses nombreux personnages mais également dans la restitution riche et colorée des décors.


Une aventure pionnière qui vaut pour son coup de manivelle avertie et maîtrisée et qui nous assure d'une projection initiatique des plus enrichissantes en l'honneur du septième art.


 

Par , le

Nos interviews liées

Laurent Astier

Un entretien avec Laurent Astier.


Interviewer : Olivier
Image & Son Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Laurent Astier

Rencontre avec Laurent Astier à l'occasion de la sortie de Comment faire fortune en juin 40


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Laurent Astier pour Cellule Poison (Dargaud)

Interview conçue par Melville pour Sceneario.com

Sceneario.com : Comment est née la série Cellule Poison ? Laurent ASTIER : Elle est née des cendres d'un projet refusé par les éditeurs, un tryptique sur les violences faites aux femmes aux trois âges de la vie, enfance, adolescence et âge adulte. Cette série devait se déployer sur des récits de 120 à 200 pages en noir et blanc. Je comprends que ça ait pu effrayer les éditeurs à l'époque ! Pour écrire Cellule Poison, J'ai donc utilisé l'essence de ce projet, en me servant du genre polar comme filtre à cette thématique. Et le polar m'a emmené vers les frontières de cette violence qui est autant physique que psychologique, la prostitution forcée. J'y ai aussi ajouté mes questionnements sur les guerres balkaniques, sur cette région si proche et pourtant si méconnuepour la plupart d'entre nous [...]

Lire la suite ›

Laurent ASTIER l'auteur de Cirk et Gong

Sceneario.com: Nous t'avions déjà rencontré en avril dernier, depuis quelques mois ont passé. Le tome 2 de Cirk est sorti 1 an et demi après le tome 1, entre temps il y a eu Gong... Peut on dire que Laurent Astier est un auteur productif?
Laurent Astier : Salut mister Aub et toute l'équipe de Sceneario ! Alors comment ça va depuis la dernière fois ? vous avez ... oh, pardon ! c'est une interview ... Bonjour les gens qui lisez. Euh, je peux dire un petit bonjour ? Alors bonjour à tous mes potes, à mon papa, ma maman (hey, m'man, je passe à la télé ! ben oui, quoi, ça ressemble drôlement à une télé votre truc), mon frangin etc ...... Au fait, c'était quoi la question ?!?! Ah oui ...et la réponse est : Je crois que je ne peux pas dire non.
Bon allez, je blague, je vais faire un peu plus long que ça.
Il ya plusieurs raisons à ça. Je suis de nature plutôt impatiente. J'aime voir les projets prendre forme assez rapidement (même si je les ressasse pendant pas mal de temps avant de les coucher sur le papier) [...]

Lire la suite ›

De Laurent Astier, Auteur de Gong et Cirk

SCENEARIO.COM: Laurent, peux-te tu présenter, et décrire ton parcours professionnel jusqu'à maintenant ?
Laurent Astier: salut ! Laurent Astier (si j'ai gardé mon nom de naissance, c'est par flemme de trouver un pseudo) âgé de 27 automnes (c'est vrai ça, pourquoi on compte toujours en printemps ?) originaire de saint Etienne (et pourtant n'ayant pas un fort penchant pour le football même si je suis un peu leurs résultats et donc leur lente descente aux enfers) et résidant en banlieue parisienne.

Mon parcours dans le dessin a commencé sur les traces de mon grand frère, de 2 ans mon aîné (qui soit dit en passant est un vache de bon raconteur d'histoire, de dessinateur et surtout de coloriste et qui n'a fait qu'un album pour enfant qui n'est pas du tout représentatif de son talent) vers 5,6 ans par des gardiens de vache (en anglais dans le texte) armés jusqu'aux dents, puis quelques bandes sur des histoires de trappeur à partir de 8 ans (histoires inédites que vous ne verrez jamais car j'avais la fâcheuse habitude de faire des bilans et de balancer le tout au feu ou la poubelle [...]

Lire la suite ›