HELLDORADO #1 La Santa Maladria

voir la série HELLDORADO
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Collection :

Ligne d'horizon

Genre :

Aventure

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 220339307

Résumé de l'album La Santa Maladria

Hutatsu et Dathcino sont 2 jeunes syyanas, des indiens. Ils sont surpris par les leurs alors qu’ils pillaient un village où les conquistadores, des espagnols, ont massacré des hommes, des femmes et des enfants, mais n’ont rien volé, ni emmené.
Les deux jeunes gens seront condamnés : après avoir manqué d’être tués lors du choix de la peine, ils se retrouveront à soigner les malades, ceux atteints d’une maladie infectieuse et contagieuse qui décime la population indienne.
Les conquistadores du Capitan, un homme au service de la Foi, attaquent la citadelle , mais surtout pour capturer ceux atteints de cette maladie, la Santa Maladria, comme ils la nomment.

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album La Santa Maladria

C’est le titre Helldorado – ce mixte entre Hell et Eldorado – ainsi que la couverture qui m’ont attiré vers cette œuvre. J’ai toujours été fasciné par les conquistadores et leurs périples en Amérique centrale ou Amérique du sud.
En feuilletant cette œuvre, j’ai été fasciné par le dessin de Ignacio Noé. Un très bon coup de crayon et un véritable sens de la mise en scène. Il suffit de regarder les scènes de batailles pour s’en rendre compte.
Et puis les couleurs donnent un ton à cette œuvre, lumineux quand on est chez les Syyanas ou sombre quand on voit les conquistadores.
Le scénario de Morvan et Dragan est fort bien construit, passionnant. 
Les 8 premières planches sont muettes. Pas besoin de dialogues ou de textes pour expliquer ce qui va se passer. Des images assez violentes, barbares, qui montrent la cruauté de ces espagnols qui agissaient au nom de la Sainte Eglise. Il suffit de suivre cette femme et son enfant dans son sac vert, pour se rendre compte de cette horreur.
Ainsi, pour nous narrer les origines de la folie du Capitan, pas besoin de textes : les images parlent d’elles-mêmes.
Certaines scènes, donc, sont assez violentes. Mais on suit le parcours de Hutatsu et Dathcino, on attend de savoir ce qui les attend.
Ce premier tome est fort bien réussi. C’est un récit historique qui mérite l’attention des amateurs.
Laissez-vous tenter par cette histoire.

Par , le

Les dessins de ce tome 1 de Helldorado ne présentent pas tous la même finition ; j’en veux pour preuve certaines cases où l’on a vraiment affaire à du crayonné ou du croquis mis en couleur, mais le résultat rend vraiment très bien : ce qui pourrait paraître comme du travail à la va-vite devient tout simplement un vrai style, un style génial. J’adore. Ces aspects de finition sont d’ailleurs accentués par les bords des cases tantôt lisses et fins, tantôt rugueux et gras. Cerise sur le gâteau, les couleurs de cet album « Santa Maladria » sont savamment vives et très lumineuses. Je les trouve d’un esthétisme parfait. Quant à l’histoire, elle est prenante dès le début. Tous les ingrédients sont à mon avis rassemblés pour faire de cette série une série à surveiller de près ! Bravo aux auteurs !

Par , le

Les albums de la série HELLDORADO

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›