Sur la Route du Diable

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

PHYSALIS

Genre :

Fantastique

Horreur

Inclassable

Jeunesse

Sortie :
ISBN : 9782366400465

Résumé de l'album Sur la Route du Diable

Harlem, 1973. Dans le quartier défavorisé de New York, Harlem, un jeune black, reçoit de son grand frère, Jazz, une guitare envoûtée par l’âme de Robert Johnson, musicien de blues mort dans les années 1930. Ensemble, Harlem, sa guitare et le fantôme vont sauver sa famille menacée d’expulsion et le grand frère retenu par le Baron Samedi et le Diable.

Par Geoffrey, le 14/09/2014

Notre avis sur l'album Sur la Route du Diable

Surfant sur les succès de Scott Pilgrim ou d’Axel Rock, Harlem intègre les ingrédients suivants : du Rock’n’roll, un pré-ado à la guitare (ou à la basse) plongé dans l’aventure, des méchants et une grosse baston finale. Si la recette est connue, elle ne prend pas ici et le résultat manque cruellement de saveur. Faute de cohérence au niveau du scénario, les plus qu’adolescents risquent de s’étouffer au lieu de se régaler.

Ce n’est pas faute d’avoir convoqué de puissants mages, tels Robert Johnson, musicien de blues connu pour avoir prétendument pactisé avec le Diable, ou le Baron Samedi, et d’avoir partagé le monde entre les méchants… euh, méchants (et pas beaux) et les gentils… gentils (mignons et pauvres). Ainsi jusqu’à la page 15, tout parait clair : nous sommes bien à bord d’un album jeunesse.

Les 43 planches suivantes viennent démentir l’impression et vont rassembler tout un tas d’autres genres. Avec les paroles de Stevie Wonder, de Jimmy Cliff ou d’une chanson tirée de Sister Act, c’est une comédie musicale des années 70 qui se met soudain en branle. Tant pis si la présence du bluesman perd au passage toute raison d’être. Puis le Baron Samedi entre en scène. Il effraie des prostituées, en brûle une sur place (horreur !), envoie le Diable et ses goules faire prisonnier la famille monoparentale d’Harlem et de Jazz qui se retrouve piégée dans un univers parallèle. On nage alors en plein fantastique.

Pendant ce temps, Harlem cherche à rejoindre son frère. En route, il rencontre un jeune trompettiste, blanc, pauvre et en quête de son père. Ensemble, ils vont subjuguer la foule – avec de la musique devenue silencieuse –, sauver le grand frère et, excusez du peu, tuer le Baron Samedi et le Diable. Pendant que la mère et les sœurs d’Harlem écharpent les goules à coup de casseroles. AH… mais alors, ne serions-nous pas en pleine comédie ?

Voilà. Je tiens mon explication du pourquoi la morale de fin tombe de nulle part et n’est rattachée à aucun des dilemmes précédents des personnages. On est dans de l’humour absurde !? Trêve de plaisanterie, le scénario ne tient en fait pas ses promesses tout en étant étonnant de présomption. La faute en partie à la quantité de personnages qui laisse celui d’Harlem vide comme une carcasse. Le petit guitariste ne parvient pas à nous séduire, pas même à nous émouvoir. Triste pour un album qui porte son nom.

Visuellement, le style est assez vu et revu ces derniers temps. Le dessin de Goum est néanmoins efficace, joue avec la perspective, des flous au premier plan et de la répétition bien trouvée des mêmes attitudes du héros. Les couleurs chatoyantes pourront certainement séduire les plus jeunes.

Par , le

J'ai eu la chance de découvrir cet album en avant première...Et je dois dire que j'ai été agréablement surpris!

Et encore plus surpris par la critique de Geoffrey (qui d'habitude est assez pertinent)...Qui est à mon sens, extrêmement subjective (Je dirai même dérangeante, comme une vengeance personnelle/ et ce n'est pas très professionnel de révéler les 3/4 de l'histoire): l'ensemble de ses reproches tourne autour du mariage de la violence et de l'humour, qui pour moi, fonctionne très bien dans cette BD...Ce mariage est la base du succès des mangas (shonen).

Même le genre: "Fantastique, horreur, inclassable, jeunesse" semble avoir été placé avec cynisme.

L'album parle du "être à sa place": Robert Johnson n'est plus à sa place dans les années 70, comme Harlem ne l'est pas en tant que guitariste face au monde du showbiz....Pour ce qui du personnage principal, il existe à travers les autres personnages (La recette "Tintin et Milou)...L'album fonctionne comme une petite chanson sans prétention mais avec honnêteté sur un rythme endiablé

Pour ce qui est de la moral et du final, je trouve ça très juste...Harlem cherche sa place tout au long de l'aventure et il est contraint d'endossé le rôle de grand frère (de père...)/Sans révéler la chute, Harlem ne sait pas quelle direction (décision) prendre...Et le Fantôme de Robert lui donne LE conseil...
D'un autre côté, j'ai trouvé certain dialogue un peu faible et j'aurais aimé que l'épopée des Héros soit plus longue à travers l'Amérique des années 70. Sinon, j'ai beaucoup aimé la multitude de petites références à la musique des années 70.
Le dessin est fantastique et j'avoue qu'il y a une "magie" qui se dégage de l'album...

DenisB

Par , le