HANNIBAL MERIADEC ET LES LARMES D'ODIN #2 Le manuscrit de Karlsen

voir la série HANNIBAL MERIADEC ET LES LARMES D'ODIN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Soleil Celtic

Genre :

Aventure

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782302011175

Résumé de l'album Le manuscrit de Karlsen


Le pirate Hannibal Meriadec est plus que jamais décidé à trouver la voie qui lui permettra de découvrir les légendaires larmes d'Odin. Après avoir écouté le terrifiant récit de sa captive, la Comtesse Montfortin, dont le père a atteint l'île mystérieuse sur laquelle repose le fameux trésor, le capitaine du Mac Lir se doit dans un premier temps mettre la main sur le manuscrit de Karlsen. Pour ce faire, accompagné par deux hommes de bords, de la comtesse et de sa dulcinée Sélina, Meriadec part promptement à cheval pour Venise, ville où se trouve le grimoire convoité, délaissant le commandement de son navire à Thorn. Mais le danger ne s'est certainement pas estompé pour autant car les soldats du roi et- l'ordre des cendres s'intéressent à eux et à leur quête, et sont prêts à leur tomber dessus à tout moment de la plus sanglante et hideuse des façons.


 

Par Phibes, le 29/06/2010

Notre avis sur l'album Le manuscrit de Karlsen


C'est reparti ! Avec "Le manuscrit de Karlsen", Hannibal Meriadec, le pirate massif, endolori sentimentalement et ambitieux, poursuit ses aventures. Toujours lancé sur les traces légendaires des fameuses larmes d'Odin, il délaisse, dans ce nouvel opus, la grande étendue océane et le Mac Lir pour arpenter cette fois-ci la terre ferme.


Jean-Luc Istin gère au mieux son récit en lui donnant toute la force d'attraction nécessaire pour absorber dans son sillage le lecteur féru d'histoires à sensations de piraterie. Point n'est nécessaire d'expliciter que cet épisode possède une réelle énergie, de par les intonations fantastiques et "zombiesques", l'ordre des cendres oblige, dont il regorge. Hannibal Meriadec reste un personnage fortement charismatique qui a le don de drainer, dans son périple honorable (pour Sélina), toute sorte de mauvaises rencontres dont on aura un gros aperçu en ce volume.


Plus linéaire que le tome précédent, il n'en demeure pas moins captivant. Les péripéties contées, que ce soit sur terre ou sur mer, sont punchies à souhait et nous réservent des échanges bien musclés, saupoudrés d'un certain humour, qui auront pour cadre essentiel l'auberge de Monsieur Sancourt. Pour cela, Jean-Luc Istin n'hésite pas à utiliser les poncifs de la zombie mania qu'il restitue avec toute la terreur qui lui sied. Par ailleurs, fidèle à ses aptitudes, il influe sur le cours de son équipée pour engendrer la surprise (à l'image de chaque final) qui a pour effet de relancer les péripéties.


Stéphane Créty, quant à lui, continue à réaliser un excellent travail. Son univers graphique, que ce soit dans les décors tout comme dans les plans de personnages, possède une démesure qui délivre un message de toute puissance. On ne se lasse pas de parcourir ses vignettes qui dévoilent des perspectives et des dimensions très audacieuses, au gré desquelles des protagonistes forts en gueule, mystérieux ou sensuels déambulent avec justesse.


Une suite toute aussi forte que le précédent tome qui conserve sa part de mystère et d'action sur la quête d'un trésor mythique.


 

Par , le

Ce qui séduit dans la série mère comme dans ce spin-off c’est la démesure, cette envie que les auteurs ont de nous offrir une grande fresque d’aventure et de piraterie teintée de fantastique. Décors grandioses, personnages aux caractères marqués et un ton où les bons mots fusent comme les balles d’un pistolet… pas de doute, Jean-Luc Istin sait où il va et il nous y emmène avec fougue et talent.

Côté illustration Stéphane Créty au dessin et Sandrine Cordurié à la couleur relèvent le défit. Même si le trait de Créty est parfois un peu maladroit sur certains personnages cela n’entache en rien le plaisir de lecture.

Ce deuxième opus d’Hannibal Mériadec et les larmes d’Odin confirme la très bonne impression ressentie sur le tome 1. Une série qui plaira aux amateurs de récits de pirates et aux inconditionnels de la série mère Le Sang du dragon.

Par , le

Les albums de la série HANNIBAL MERIADEC ET LES LARMES D'ODIN

Nos interviews liées

Les auteurs de la nouvelle série Soleil nous livrent leurs secrets

Une rencontre avec : Nicolas Jarry, Pierre-Denis Goux, Stéphane Créty à l'occasion de la sortie de la nouvelle série Soleil :   NAINS


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Entretien avec un dessinateur Masqué !

Sceneario.com : Bonjour Stéphane. Ton actualité récente est la sortie du premier tome d’un cycle de quatre intitulé Masqué . Mais avant d’aborder le sujet : revenons sur ton parcours. Qui est donc ce Stéphane créty qui s’est fait connaître avec entre autres Acriboréa ?
Stéphane Créty : Je ne suis né un jour de novembre 69 pluvieux à Charleville –Mézières. Pour lutter contre une timidité maladive, je me suis réfugié dans la littérature de genre la Bande dessinée, et le dessin. Ma première bd, réalisée à 10 ans fut une adaptation d’une lecture passionnante, l’Homme invisible ; 80 pages (bon d’accord, le perso principale n’était pas très complexe à dessiner.).Après un Bac arts plastiques acquis de haute lutte, et une licence d’histoire, j’ai travaillé dans le dessin animé [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›