GUERRES CIVILES #1 Guerres civiles

voir la série GUERRES CIVILES
Scénaristes :



Éditions :

Futuropolis

Collection :

32

Sortie :
ISBN : 2754800190

Résumé de l'album Guerres civiles

Une guerre civile a éclaté en France et c’est le chaos le plus total.
Des chars dans les rues, des fusillades et des magasins pillés, tel est le nouveau quotidien pour Jean-David Morvan, Sylvain Ricard, Christophe Gaultier et leurs proches.

Par Arneau, le NC

Notre avis sur l'album Guerres civiles

« Quel genre d’humains serions nous en temps de guerre ?» C’est la question qui fait office de note d’intention sur cet album. Le concept est clair et simple mais s’avère surtout terriblement excitant quand on connaît les auteurs impliqués dans cet album. J’attendais donc avec impatience de voir comment ce trio, dont j’apprécie le travail, allait traiter ce thème et s’ils allaient réussir a éviter les clichés et le déjà vu.
Et là, quelle surprise après quelques pages ! Fait rare, les auteurs ont choisi de se mettre eux-mêmes en scène. C’est la vraie idée de cet album, car en supprimant la barrière existant entre le lecteur et l’auteur que constituent habituellement les personnages, l’effet de réalisme qui en découle est saisissant. On est tout de suite plongé dans l’histoire et rapidement envahi d’un sentiment de malaise et d’appréhension.
Autre bonne idée, la situation est posée directement. On ne se perd pas en explications géopolitiques ou en flash back explicatifs qui permettraient de comprendre comment on a pu en arriver là. C’est la guerre civile, et on se focalise sur les personnages et leur façon de réagir à la situation.

Et là, point d’hystérie ou d’héroïsme bravache, tout le monde a le même objectif, rester hors de danger. On trouve encore, par moment, quelques touches d’humour qui cachent mal la peur et le désarroi qui habitent les personnages. Il n’ont plus de repères et doivent se résoudre à quitter tout ce qui constituait jusqu’alors leur vie quotidienne. Les regards qui se baissent trahissent leurs émotions et on entend presque leurs voix trembler. Chacun essaye, avant tout, de se protéger dans ce pays qu’ils ne comprennent plus, qu’ils ne reconnaissent plus. La vision des auteurs est d’ailleurs très noire, car il ne reste plus grand-chose de notre société dans ce contexte et la notion de monde civilisé devient alors très floue.
On pense alors à l’album de Gaultier et Ricard qui traitait de Beyrouth occupée, mais une allusion y est faîte presque immédiatement pour montrer la différence notable entre les 2 histoires : maintenant c’est chez eux. Au petit jeu des comparaisons, on notera que le dessin de Christophe Gaultier se fait discret et dans une veine plus réaliste qu’à l’accoutumée et que Jean-David Morvan parle de temps de guerre, sujet omniprésent dans son œuvre, mais avec un traitement inédit pour lui.
Une histoire prenante et pessimiste, donc, mais qui semble terriblement lucide et une belle prise de risque pour des auteurs qui n’ont pas peur de s’exposer en se mettant en scène. Nul doute que le format de cette collection, avec un nombre d’albums conséquent et des délais de parution rapides, permettra de rendre au mieux le quotidien des personnages. Je n’ai maintenant qu’une seule envie : lire la suite.

Par , le

Parmi les grands chambardements en matière d’innovation chez les éditeurs - le marché actuel demande de l’innovation – la collection 32 du renaissant Futuropolis, caracole en tête des réussites. Le format, la qualité, le rythme des parutions, la narration construite autour de ce rythme, tout est prévu pour séduire le public et tenter de négocier le virage nécessaire dans le milieu de l’édition.
La lecture de « Guerres civiles « est un réel plaisir. Le dessin est clair et aéré, la narration fluide, les couleurs exactes. On entre très vite dans l’histoire d’autant qu’elle met en scène les auteurs - (ça frise le people et tout ce qui s’approche de près ou de loin à la «truc-réalité » fonctionne plutôt bien) - et que nous avons tous très envie de connaître le comportement des auteurs face à une situation de guerre civile. Le début est très encourageant. Le principe est intéressant, captivant et on ne lâche le livre qu’arrivé au bout … étonné d’ailleurs de découvrir que le 32 pages en compte 40 en réalité (Merci !). La date du prochain opus est annoncée, on se sent choyé, quel bonheur !
Alors il est un peu tôt pour savoir si oui ou non cette série sera LA série mais, d’emblée, elle part avec des avantages certains. Le thème de la guerre civile nous préoccupe tous surtout devant les incohérences des systèmes qui poussent souvent les populations à se réfugier dans des actes extrêmes et extrêmement violents (ref : la violence des banlieues de l’automne 2005 en France). L’heure est venue où le conflit se règle à coups de menaces, de chantage et autre rapport de force sans vraie échappatoire avec l’intervention possible de l’armée. La fiction se mélange à la réalité, elle glace le sang mais froid il devait rester et l’homme doit trouver une solution. Les auteurs vont donc montrer leur décision au fil de la lecture et nous entraîner sans doute à en faire autant.
Mais tout n’est pas si noir alors on n’oubliera pas non plus de voir les clins d’œil judicieusement placés par les auteurs dont Pikachu, Totoro ou encore quelques références de lectures. Cet album est une belle surprise que je conseille de lire sans hésiter.

Par , le

Les albums de la série GUERRES CIVILES

Nos interviews liées

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›