GREEN MANOR #2 De l'inconvénient d'être mort

voir la série GREEN MANOR
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Expresso

Genre :

Humour Noir

Policier

Sortie :
ISBN : 2800136006

Résumé de l'album De l'inconvénient d'être mort

Thomas Below, le majordome du club Green Manor, s'est échappé de l'asile psychiatrique et s'est introduit dans une demeure, où il retient une famille plus ou moins en otage. Le docteur Thorne vient pour le raisonner. Mr Below lui raconte d'autres histoires de crimes :

Jeux d'enfants : comment un peu de chimie vient au secours de George, majordome du club d'une patience extrème, que Lord Virgile tente de pousser à bout, pousser au crime ...
La marque de la bête : la terrible machination d'une femme pour se venger de son mari au travers de son propre fils.
Dernières volontés : Le juge Sherman est mal à l'aise : un homme doit être exécuté de lendemain matin, mais il n'est pas sûr de sa culpabilité. Il ne lui reste que la nuit pour prouver son innocence.
L'ombre du centurion : La lance de Longinus, le soldat romain ayant transpercé le flanc du Christ, est une relique à laquelle un pouvoir est conféré : quiconque la possède et comprend son pouvoir peut conquérir le monde. Mais ses propriétaires successifs sont décédés plutôt violemment ...
Nuit Vaudou : Lord Killian a été assassiné, alors que ses amis du club étaient invités chez lui. C'est sa femme, un peu simple, qui est accusée. Les Lords se font un devoir d'élucider le mystère de ce meurtre.

Par Beuleu, le NC

Notre avis sur l'album De l'inconvénient d'être mort

Comme les autres albums de la série, ce tome comporte 5 histoires ayant comme point commun la mort d'un personnage, dans l'Angleterre du XXème siècle. L'époque et cette ambiance un peu morbide sont parfaitement restituées par le trait de Denis Bodart et les couleurs de Scarlett.
Les histoires sont toutes plus machiavéliques les unes que les autres, dans la droite ligne d'un Conan Doyle ou d'une Agatha Christie. Néanmoins on s'approche plus de la nouvelle que du roman, vu le nombre réduit de planche pour chaque histoire. Vehlman arrive pourtant à chaque fois à montrer que sous le vernis de la « bonne société » se cachent des êtres terriblement vils, sournois et détestables. On se surprend à ricaner à chaque chute, qu'on ne sent pas venir et qui se dévoile dans la dernière planche, les toutes dernières cases.
Un pur bonheur so british, à lire à l'heure du thé, of course !!!

Par , le

Les albums de la série GREEN MANOR

Nos interviews liées

Fabien Vehlmann, scénariste de bandes dessinées

A l'occasion de la récente sortie du quatrième tome de la série Seuls (avec Gazzotti au dessin), quelques questions centrées sur son métier de scénariste de bande dessinée ont été posées à Fabien Vehlmann.

Sceneario.com : Parle nous de la conception d'un de tes albums : comment trouves-tu ta documentation, est-ce que tu envoies les pages une à une à ton dessinateur ou bien en une fois ?...
Fabien Vehlmann : La doc, je la trouve progressivement, au gré de mes lectures, de mes découvertes sur internet, etc... Et quand je pense tenir une idée, je précise mes recherches sur un sujet plus précis, souvent en allant en bibliothèque pour affiner tel ou tel point. Parallèlement, je discute beaucoup de l'histoire avec le dessinateur, pour être certain que le récit lui plaira, qu'il aura du plaisir à le dessiner : ça peut d'ailleurs orienter mes recherches de documentation [...]

Lire la suite ›