GOLIAS #1 Le roi perdu

voir la série GOLIAS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LE LOMBARD

Sortie :
ISBN : 9782803630509

Résumé de l'album Le roi perdu

Il y a bien longtemps, en Grèce, sur l'île d'Ankinoë.
Golias est le fils du roi Farstal. Il a pour ami Konios. Ce dernier l'entraine au maniement des armes. Il a une soeur, Aerena, qui est fort convoitée par leur cousin, Varon, le fils de Polynos, le frère du roi.
Ce jour là, alors qu'elle se baigne, Varon s’approche et tente de la violer. Heureusement, Golias et Konios arrivent juste à temps et donnent une leçon à Varon, ce qui ne plait pas à Polynos. Ce dernier décide d'empoisonner le roi et d'éloigner Golias en l'envoyant vers une mission pour tenter de trouver une plante pour soigner Farstal, tout cela étant en fait un piège. Sauf que Polynos n'aura pas compté sur le fait que Golias ne partirait pas sans sa soeur ! Alors qu'ils sont censés être en mer, Konios et lui, reviennent vers le palais. Là, ils assistent à une scène qui risque de tourner au drame ! Varon tente de tuer Aerena ! Golias n'a d'autre choix que de l'abattre. A partir de là, il est accusé de crime et Polynos, qui dirige à la place de son frère, lance ses hommes sur leur trace. Malheureusement, Aerena est capturée !
Golias n'a d'autre choix que de prendre la fuite, tout en sachant qu'il devra revenir un jour sauver sa soeur...

 

Par Berthold, le 19/09/2012

Notre avis sur l'album Le roi perdu

Le roi perdu, la première aventure de Golias, permet de lire un récit conçu par une rencontre incroyable : les dessins de Jérôme Lereculey ( Arthur, Wollodrïn) lié à l'imagination de Le Tendre ( La quête de l'Oiseau du Temps, Chinaman, La gloire d'Héra...).

Ce premier tome est une bonne surprise, qui ravira les amateurs de récits d'aventures, de récits épiques et qui ramène à l'antiquité grecque. Ici, Serge Le tendre commence par nous présenter les personnages principaux tout en nous donnant le ton du drame qui nous attend. En effet, l'action s’accélère au fil de notre lecture, pour nous entrainer vers ce qui sera la quête du jeune prince Golias. Encore une fois, il crée un récit fort passionnant, qui s'avère être une très bonne histoire d'aventures, comme dans la grande tradition du genre.
Complots, trahisons, amitiés, drames : tout y est pour nous faire passer un très bon moment de lecture et nous entrainer sans problème dans cette nouvelle saga.
Le Tendre est un excellent conteur ! Il lui fallait un bon compagnon de route pour illustrer tout ceci.

C'est donc Jérôme Lereculey qui s'occupe de la partie graphique. Cet artiste nous a déjà subjugué sur Arthur et récemment, sur Wollodrïn dont le tome 3, hasard du calendrier, est sorti en début de ce mois de septembre 2012. Ici, Lereculey a l'air de changer son style. Il lui laisse plus de lumière pour permettre à Stambecco, le coloriste, de donner et montrer les couleurs chaudes qui nous font penser au climat et à la nature grecque. Son trait est efficace et très rythmé. La lecture de ses planches se fait avec un certain plaisir. Il a su donner vie à cet univers avec un certain savoir-faire qui risque d'en surprendre plus d'un !

Le roi perdu est une bonne découverte que je vous conseille fortement. L'aventure commence bien dès ce premier tome et donne envie de la poursuivre en compagnie de Golias et Konios !
A ne pas manquer !

 

Par , le

Les albums de la série GOLIAS

Nos interviews liées

GOLIAS tome 1, Le Roi Perdu. Editions LE LOMBARD

Le Lombard : Après La Gloire d’Héra et Tirésias, vous retournez une nouvelle fois dans l’Antiquité Grecque. Est-ce une période que vous affectionnez particulièrement ?
LETENDRE: Comme pour tant d’autres enfants de ma génération, la lecture de L’Odyssée d’Homère m’a fait découvrir des mondes inconnus et anciens. Avec Jérôme Lereculey, notre souhait est de rendre hommage à ce fabuleux conteur en poursuivant l’exploration d’un univers fantastique où les Dieux et les humains s’observent, se jalousent, voire même parfois s’affrontent. Le Lombard : Le travail d’imagination a-t-il été plus important ?
LETENDRE: C’est une question de distance au sujet. Adapter une mythologie exige plus de documentation, plus de fidélité au modèle, pour, ensuite, mieux s’en libérer [...]

Lire la suite ›