GIPSY #1 L'étoile du Gitan

voir la série GIPSY
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DARGAUD

Sortie :
ISBN : 2882570333

Résumé de l'album L'étoile du Gitan

En ce début de 21e siècle, les avions ont été interdits, rendus responsables du trou dans la couche d’ozone.
Profitant de cette interdiction, les trafics maritime et surtout routier ont connu un boom sans précédent : une immense autoroute a été construite, qui fait le tour de la Terre par le Nord.
Mais une période glaciaire s’instaure, et la Russie connaît de graves difficultés avec la Mongolie, rendant le contexte politique mondial tendu. Etre routier est devenu un métier à risque.
Sur ce marché où tous les coups sont permis, la SELMER règne en maîtresse. Mais certains veulent rester indépendants, comme Tsagoï, le Romano, dit le Gipsy, au volant de son camion, l’Etoile du Gitan.
Et lorsque débarque d’un pensionnat suisse sa jeune sœur Oblivia, ça fait des étincelles !

Par Patatrak, le NC

Notre avis sur l'album L'étoile du Gitan

Agréable surprise ! Certes, je connaissais déjà le talent de Marini côté dessin, et rien que cela mérite le détour. Mais je trouve son coup de crayon plus souple, plus varié que dans Le Scorpion ou Rapaces.

Les couleurs sont très réussies aussi, et rendent parfaitement l’ambiance ; une sorte de road movie rythmé et bourré d’action… et aussi d’humour.

La trame est assez classique au départ (le petit indépendant face à la grosse bertha du capitalisme), mais l’action est rondement menée et va au-delà, avec la crise politique Russo-mongole. Tout s’enchaîne bien, les coups de théâtre sont nombreux, avec quelques pauses-détentes entre.

J’avoue que la relation entre Tsagoï et sa soeurette m’a bien fait rigoler. Lui brut de décoffrage, un peu (beaucoup) ours sur les bords – bref, un bourin !, et elle, délicate, fragile et cultivée ! Un tandem du tonnerre, qui fait beaucoup rire !
Ceci n’empêche pas une certaine pointe d’émotion. La tendresse de Tsagoï pour sa sœur est très perceptible, même s’il n’est pas toujours très doué pour le lui dire.

En somme, vous passerez un très bon moment au volant de l’Etoile du Gitan !

Par , le

Les albums de la série GIPSY

Nos interviews liées

Ghost Money : une vision prémonitoire de la géopolitique actuelle

Sceneario.com : Dans votre série Ghost Money, dès le premier tome paru en 2008, vous évoquez des thématiques qui se sont brutalement matérialisées dans notre actualité : attentats djihadistes, cyber-surveillance, Islam des Lumières... D'où vous est venue cette vision prémonitoire ?
Thierry Smolderen : Ghost Money est une bande dessinée d'Anticipation. Elle est construite à partir des forces en présence : les djihadistes, les dictatures et les Etats-Unis. Elle veut montrer que nul bord n'est le bon, que nul ne détient la vérité et n'a raison.
Elle est nourrie des événements des années 2000, de la politique du pire qui a surgi au grand jour au lendemain du 11 septembre 2001. A cette époque, j'avais un regard très critique sur ce qui se mettait en place : la politique du mensonge de Bush, la surveillance électronique, etc [...]

Lire la suite ›

Interview vidéo d' Enrico MARINI à la galerie du 9° Art

Interview vidéo d' Enrico MARINI à la galerie du 9° Art, réalisée en Octobre 2009.
Interview réalisée par FEF pour Sceneario.com. [...]

Lire la suite ›

Interview Bertail & Smolderen

Sceneario : C'est votre deuxième collaboration. Avez-vous utilisé les mêmes méthodes de travail ?
Bertail :
Non, je ne pense pas qu'on puisse dire ça. A la première collaboration (l'enfer des pelgram, Delcourt) le scénario était déjà écrit et les éléments déjà mis en place. On a un peu essuyé tous les plâtres avec cette première série.

Sceneario : Et cette fois, vous avez travaillé plus en amont avec le scénariste ?
Smolderen :
Je l'ai écrit en flux tendu en dialoguant constamment avec Dominique, et en tenant compte de ses remarques et de ses envies. C'est un travail de collaboration vraiment très très proche. On passe beaucoup de temps à discuter de chaque scène. Dominique a des tas d'idées que j'essaye d'intégrer.

Sceneario : Avant cette interview, j'ai pu voir les originaux qui étaient exposés à la galerie Arludik [...]

Lire la suite ›

Rencontre avec Enrico Marini

Sceneario : Comment êtes-vous venu à la bande dessinée ?
Marini :
J'habite dans la Suisse alémanique et la bande dessinée ne fait pas partie de la culture. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir une famille italienne et d'avoir passé beaucoup de mes vacances en Italie. J'aimais les bandes dessinées et ma grand-mère m'en achetait. Je lisais des fumetti (petits recueils en noir et blanc italiens). J'achetais aussi des Superman et des Batman dans les kiosques.

Je n'ai découvert la bande dessinée franco-belge qu'à l'âge de 12/13 ans, à part Astérix et Tintin que je connaissais depuis longtemps et qui faisaient partie de mes préférés, bien avant les comics. C'étaient des classiques on les trouvait même en Allemagne.

Je dessinais aussi de mon côté parce que j'aimais les dessins animés japonais. Je les suivais, un peu, par le club Dorothée qui était aussi diffusé en Suisse et j'essayais de recopier ce que je voyais [...]

Lire la suite ›