GEISHA, OU LE JEU DU SHAMISEN #1 1/2

voir la série GEISHA, OU LE JEU DU SHAMISEN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Chronique sociale

Intimiste

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782754812160

Résumé de l'album 1/2

Japon, début du XXème siècle. Setsuko Tsuda a 7 ans quand ses parents quittent leur village pour tenter de gagner leur vie dans la grande ville côtière, à quelques jours de marche. Son père est un ancien samouraï qui boit trop, sa mère lui en veut pour ses promesses vaines et cette vie de reclus, sans ressource. Après quelques mois ou la vie semble bien se lancer, un accident vient priver le père d'une de ses jambes et très vite la situation dégringole. C'est à ce moment là que ce père décide de vendre Setsuko à une maison de geisha réputée, l'okiya Tsushima, afin qu'elle puisse faire son éducation.
Elle partage désormais son temps entre l'école de geisha, où les jeunes filles apprennent à marcher, danser, chanter... et les corvées. Les premiers mois sont difficiles, mais Setsuko se réfugie dans le jeu du shamisen, cette guitare à trois cordes qui accompagne le chant des geisha et dont le jeu demande beaucoup de subtilité... Sans le savoir, la jeune fille arrive à se distinguer...

Par Fredgri, le 16/03/2017

Notre avis sur l'album 1/2

On garde de ces geishas la vision de femmes maniérées, toutes consacrées au plaisir de leurs clients. Néanmoins, lorsque l'on creuse un peu, qu'on se documente, on découvre vite une existence pleine de codes, de discipline, une vie bien plus complexe qu'il n'y parait au premier abord !

Ce premier volume nous entraîne donc dans les pas de la très jeune Setsuko qui découvre cette vie et les différentes étapes à franchir, la hiérarchie à respecter. Les atmosphères sont assez retenues, on n'est pas dans un déballage glauque ou les unes et les autres ne sont considérées que comme des objets, loin de là, même si c'est aussi le propre de cette culture, des femmes qui doivent rembourser l'argent qu'elles ont couté à leur "mère", ultime humiliation...
Toutefois, on garde aussi le sentiment de rester en coulisse, de ne pas réellement entrer dans ce monde que la jeune fille ne fait qu'observer, assez furtivement, par quelques portes entrebâillées. Certes, il y a ces terminologies très précises, mais on est davantage dans la perception de Setsuko que dans l'appréhension d'un monde assez méconnu. Cela reste très subjectif comme approche !
De plus, il faut suivre, car c'est assez facile de se perdre au milieu des noms, des termes parfois difficiles à mémoriser !

Cela ne retire en rien à la subtilité de l'écriture, ni même à la profondeur de l'histoire, mais tout du long Perrissin reste elliptique, en périphérie du sujet. C'est assez étrange, car on sent bien qu'il est question d'une immersion dans cet univers de geisha, mais on ne fait qu'effleurer le sujet ! Mais on se dit aussi que le second volume devrait aborder tout ça de façon plus frontal avec l'accession de Setsuko au privilège de devenir une minaraï.

Graphiquement, Durieux est plus sobre et peut-être moins "personnel" qu'à son habitude. Cela reste très agréable et doux, mais je l'ai connu plus inspiré !

Un premier volume qui plante néanmoins très bien le cadre et qui se lit d'une traite.
On attend la suite avec impatience !

Par , le

Les albums de la série GEISHA, OU LE JEU DU SHAMISEN

Nos interviews liées

Entretien avec Christian Durieux

Christian Durieux : D'abord, Melville, j'ai vu votre intervention sur Sceneario.com;  elle m'a beaucoup touché (surtout "en marge des modes" (vous connaissez la phrase "rien qui se démode plus vite que la mode") !) Merci beaucoup, donc. Ensuite, avant de répondre, j'ai lu vos questions (c'est assez logique) : elles sont parmi les plus fines que j'ai pu recevoir. Merci encore, donc. Je vais essayer d'y répondre.

Sceneario.com : Un enchantement fait partie de la collection du Louvre. Futuropolis et les éditions du Louvre s’associent le temps d’un one shot qui a pour lieu principal de l’intrigue le musée du Louvre. Comment êtes-vous entré dans cette collection ?
Christian Durieux : Grâce à la proposition de Sébastien Gnaëdig, le directeur littéraire de Futuropolis. Nous nous connaissons bien, depuis longtemps, et il a vraisemblablement pu deviner ce qui allait me faire frémir (de bonheur) [...]

Lire la suite ›

Christian PERRISSIN pour CAP HORN T3

Sceneario.com : Bonjour Christian, En ce mois de mai sort le troisième opus de votre série Cap Horn. Comment vous est venue l'idée de vous lancer dans une telle aventure historico-fictive qui prend ses bases dans la Patagonie ? Est-ce une envie de marcher sur les pas de ceux qui ont espéré trouver une sorte d'Eldorado en ces lieux isolés ?
Christian Perrissin : Au tout début, il y a la lecture de "En Patagonie" de Bruce Chatwin. Une façon unique de raconter un voyage, de parler d'un territoire, de son histoire, sa géographie et ses habitants. Une expérience que j'ai aimée relire. Plus tard, un autre livre, de photographies cette fois, qui a pour titre "Cap Horn, rencontre avec les Indiens Yaghan". Une sorte de rapport de mission, celle de 1882 qui explora les canaux de Terre de Feu un an durant pour en achever la cartographie commencée 50 ans plus tôt par Fitz-roy à bord du Beagle [...]

Lire la suite ›

Durieux : bien plus qu'un auteur honnête

Sceneario : Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours ? Christian Durieux : Je suis né le 18 janvier 1965 et je suis originaire de Bruxelles. Mais, depuis peu, je suis un nouvel habitant du Sud-Ouest de la France. J’avais envie de campagne. J’ai fait des études de lettre avant de me diriger vers la BD. J’ai notamment démarré avec Dufaux pour Avel. J’ai fait pas mal de livres mais j’étais dessinateur réaliste et je ne me reconnaissais plus. Ça me coinçais un peu. J’ai changé de style avec Benito Mambo puis Oscar. Mais le moment-charnière est, pour moi, Central Park, un mixe entre la souplesse d’un dessin plus rond et le réalisme dans les émotions. C’est ce style qui a poussé Jean-Pierre à me proposer Les Gens Honnêtes. Sceneario : Comment avez-vous rencontré Gibrat ? C. Durieux : On ne se connaissait pas du tout [...]

Lire la suite ›

Le destin de Martha Jane Cannary à la croisée des réponses

Compte tenu de la grande complicité des deux auteurs, ces derniers ont souhaité répondre chacun à leur tour aux réponses posées (Paires pour Ch. Perrissin, impaires pour Mat. Blanchin), une façon de dire que leur complémentarité n'est nullement surfaite.
Sceneario.com : Ce mois de janvier 2008 a été l'occasion de voir éclore votre nouvelle série "Martha Jane Cannary". Comment cette sortie est-elle ressentie par vous-même et votre lectorat ?
Matthieu Blanchin : Pour nous c’est à la fois un cadeau et un soulagement car cela fait plus de 5 ans que nous avons commencé à réfléchir à ce portrait et l’aspect général du livre qui doit beaucoup au Talent de Didier Gonord, nous comble. .. Pour notre lectorat, il est encore un peu tôt pour le dire, mais vous savez, cela peut être très relatif car Blanchin par exemple, sort des albums très ponctuellement jusqu’à présent [...]

Lire la suite ›