GALFALEK #4 Le crépuscule des rois

voir la série GALFALEK
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Action

Aventure

Fantasy

Sortie :
ISBN : 2849460613

Résumé de l'album Le crépuscule des rois

Tous ceux qui ont réussi à se soutirer à la dictature des Hauts Murs ont rejoint l’armée d’Anek, le roi déchu. Ainsi Galfalek, Telvan et Heink sont à ses côtés pour mener à bien l’assaut de la cité fortifiée.

Entre Anek, roi sur le retour, Reynalk, actuellement sur le trône mais mal secondé et Gordrom, plus ambitieux que jamais et toujours secrètement en affaire avec les Dakans ; entre les trahisons, les soumissions et les ententes, entre les lâchetés, l’amitié et l’amour, tous les ingrédients sont là pour que la bataille soit sanglante et sans merci.

Un seul sortira vainqueur...

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Le crépuscule des rois

Dernier volet de la série, "Le crépuscule des rois" met un terme à cette histoire très intéressante où force aura été de constater que les éléments généralement utilisés pour les fins de récits ne sont pas au rendez-vous. Et c’est de là que vient la bonne surprise.

On s’attache, en général, au cours de ses lectures, à des personnages et on sait, on croit savoir, quel sera le style du dénouement. Alors quand tout est chamboulé, quand les codes ne sont pas automatiquement respectés, une certaine forme de déception peut être de mise, mais on se rend compte finalement qu’un peu d’originalité est largement bienvenue. C’est le cas de ce tome 4 de "Galfalek". Sans en dévoiler trop, je peux vous dire que vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

Je n’aurai jamais été conquis à 200% par le dessin. J’avais espéré, au fil des tomes, qu’il évoluerait un peu, ce qui n’a pas franchement été le cas. Mais si je suis dur en disant cela, je dis par ailleurs qu’il est quand même resté à un très bon niveau du début jusqu’à la fin. Dans ce quatrième tome, on aura noté que Lencot ne signe plus la couleur, laissant ainsi plus de travail à Biancarelli, le dessinateur. On ne le ressent pas trop sur la palette des couleurs en tant que telle, mais on aura remarqué que les dessins s’en trouvent changés dans le style. Certaines vignettes ressemblent parfois plus à des peintures qu’à de simples dessins de par l’absence, notamment, du trait qui aurait dû être la limite entre deux zones de couleur.

A noter également que certaines planches de cet opus ne comportent pas de texte, c'est sans doute voulu pour donner le rythme aux jolies scènes de batailles. Enfin, on aura remarqué la différence de lettrage entre le début où le texte est tout petit, et la fin où les lettres grandissent à vue d'oeil !

Cette fin de cycle était attendue depuis longtemps (3 ans) par les lecteurs qui ont suivi les aventures de Galfalek. La sortie de l’édition 2B de ce tome 4, un peu avant l’édition couleur, les avait enfin rassurés sur une chose : la série ne finirait pas en queue de poisson ! Et c’est tant mieux. On y apprendra même l'origine de la possession des gants par Anek. Ces gants dont le pouvoir particulier peut être aussi bénéfique qu'il peut être mauvais. Ou bien encore qui est à la tête du "Cercle"... Cet épilogue "secoue" et nous fait refermer cette BD ravis. La très forte dernière case mettrait presque à l’épreuve notre imagination quant à une suite qui n’est pourtant pas prévue d’exister...

Par , le

Les albums de la série GALFALEK

Nos interviews liées

Jean-Charles Gaudin et Frédéric Peynet

Sceneario.com : Au mois d'août prochain, sort Phoenix, votre dernier "nouveau-né" à tous les deux, thriller moderne aux ambiances fantastiques. Après Le Feul, votre association semble se péréniser ? Comment traduisez-vous le travail de l'autre ?
Jean-Charles GAUDIN : Je connais Frédéric depuis pas mal d’années et je l’avais vu arriver avec une bd complète et de somptueuses illustrations pour l’examen de son école. Il était plus qu’évident que Frédéric Peynet avait un talent fou. J’ai eu de suite envie de travailler avec lui. Depuis, il a progressé pour arriver à ce trait si précis et si séduisant. Je suis toujours aussi stupéfait de ses planches. Tous les détails y sont sans alourdir le propos. Son trait est à la fois efficace et élégant. Pour moi, Frédéric Peynet est un grand du 9ème art !
Frédéric PEYNET : Jean-Charles et moi nous connaissons depuis 1997 [...]

Lire la suite ›

Jean-Charles Gaudin

Sceneario.com: Peux-tu te présenter et nous dire ton parcours en tant que scénariste ?
Jean-Charles Gaudin :
J’ai commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. C’est là que j’ai appris l’écriture de scénarios. Le fait de réaliser moi-même m’a fait progresser sur les choses qui fonctionnent à l’écrit et qui marchent moins bien une fois en images. La BD est venue par la suite. C’est Crisse qui, au sortir d’une de mes projections de film, m’a tendu la perche. Je l’ai saisie et voilà…

Sceneario.com : Comment s’est effectuée ta rencontre avec Trichet ?
Jean-Charles Gaudin :
Trichet faisait partie de ces dessinateurs assidus à une réunion que nous organisons tous les mois dans un café de la Roche sur Yon en Vendée. Je commençais tout juste mes travaux sur MARLYSA [...]

Lire la suite ›