ATTENTION : CONTENU RESERVE
A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités.
En affichant cette page, vous déclarez prendre vos responsabilités vis-a-vis de ce contenu.

Afficher Sortir

Gaijin

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Intimiste

Pornographie

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782344037355

Résumé de l'album Gaijin

Manami, une jeune japonaise, est attirée par les Gaijins, mais cela reste un fantasme inaccessible. Malgré tout, un soir, elle rencontre par hasard Julien, un Français, et lui propose de venir passer la nuit chez elle, sur un coup de tête. Même si la soirée reste plutôt brève, elle lui permet d’assouvir certains de ses fantasmes onaniques. Elle garde le numéro du jeune homme... Progressivement, les jours suivants, elle découvre que ses fantasmes tournent à l'obsession, d'autant que Julien reprend contact avec elle et la pousse à aborder d'autres Gaijins afin de l'observer, via leur portable, pendant qu'elle fait l'amour avec eux… Manami, néanmoins, est de moins en moins à l'aise avec le jeu de son compagnon virtuel !

Par Fredgri, le 13/03/2021

Notre avis sur l'album Gaijin

Manami aime donc coucher avec des Gaijons, des étrangers, avec une petite préférence pour les français.
Si elle se présente au départ comme une jeune japonaise assez réservée, l'indémontable frange sur le front et l'uniforme en guise de couverture, très vite elle se révèle plutôt audacieuse, voir même très entreprenante. Il faut dire que ses fantasmes envahissent ses journées, transforment le moindre contact avec de beaux inconnus en rêves érotiques et tournent rapidement à l'obsession, au point de lui faire baisser sa garde et la faire glisser vers des rencontres sans tabou !

Mais bien que le ton de cette histoire soit très direct, que JD Morvan et 2D optent pour des plans on ne peut plus démonstratifs, je trouve que l'album ne sombre jamais vraiment dans le vulgaire. On suit la jeune femme dans sa quête vers elle même, qui s'assume progressivement et se sert de ces petits challenges que lui dicte le mystérieux Julien pour s'affranchir de cette image de la femme japonaise qu'on voudrait lui imposer. Car Manami est avant tout l'héroïne de son histoire, celle qui refuse de laisser complètement l'autre l'avaler dans ses fantasmes de soumission, et décide de prendre les devants et d'accepter complètement ses envies, ses désirs et ainsi de vivre pleinement sa vie !
Plutôt que de nous raconter l'énième récit de dominant/dominée ou la "victime" subit, voir accepte de n'être plus qu'un objet déshumanisé, détruite par un maître tout puissant, JD Morvan nous montre le contraire, une révélation, voir un épanouissement !

Et je dois bien avouer que cet album est troublant, non seulement pour son aspect très visuel (avec une excellente prestation de 2D, alias Damien Henceval) ou rien ne nous est caché, par le biais d'une très belle mise en scène, mais aussi par la profondeur du propos qui démontre bien qu'avec une bonne écriture il est tout à fait possible de faire du "porno" qui a de la gueule, qui fait réfléchir !

Si l'album sort quelque peu discrètement, c'est un peu dommage, mais son caractère résolument très adulte ne doit pas vous empêcher de vous y pencher !

Une très très belle surprise, vivement recommandée !

Par , le

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›