Frère joyeux

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

PAQUET

Collection :

Tekap

Genre :

Adaptation

Contes

Sortie :
ISBN : 9782888901587

Résumé de l'album Frère joyeux

Frère Joyeux est un voyageur heureux et généreux, il prète à qui en a besoin, sacrifie ses propres rations et garde toujours sa bonne humeur.
Sur sa route il rencontre un vieil homme qui va finir par lui offrir une besace magique d'ou il pourra extraire tout ce qu'il souhaite...

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Frère joyeux

Un petit album qui inaugure la nouvelle collection Tekap des éditions Paquet (album à 5 €) se dévore comme une excellente confiserie, c'est à la fois très concis, enlevé et particulièrement beau, le scénario, une adaptation d'un conte des frères Grimm, noue smmène dans les pas d'un étrange aventurier, à la fois naïf et plein de générosité, j'aurais tendance à me dire qu'il reste assez dans un schéma assez stéréotypé mais qu'importe ! La chute est assez prévisible mais vraiment intéressante aussi ! Mais ce qui attire le lectorat dont je fais partie c'est principalement le dessin, une sorte de mélange entre un De Crecy soft, un Alfred plus expressioniste et une sorte d'imagerie d'Epinal ! C'est assez surprenant mais vraiment comme certaines pages sont belles !
Jetez-vous dans l'aventure vous aussi, d'autant que vraiment à ce prix là...

Par , le

Nos interviews liées

Arnaud DILLIES

Sceneario.com : Tu as déjà plusieurs albums à ton actif… tous chez Paquet. Comment es-tu arrivé à la BD, et chez Paquet ?
Renaud DILLIES : Comme beaucoup, déjà tout petit j’étais fasciné par le dessin et la BD. J’en ai lu depuis tout petit, et j’en lis toujours. Un jour, en rencontrant un ami qui avait envie de faire de la BD, je me suis dit qu’en fait, oui, ça pouvait être un métier, et depuis j’ai tout fait pour en faire. Pour mon arrivée chez Paquet, j’avais fait Betty Blues entièrement chez moi. J’avais envoyé de nombreux projets chez d’autres éditeurs, et j’ai fait de nombreuses collaborations, mais j’arrivais avec des projets un peu dénaturés, c’est-à-dire avec des scénarii ou des dessins qui n’allaient pas forcément. Je me suis donc mis à faire Betty Blues tout seul, égoïstement, et un jour des amis m’ont dit qu’il fallait vraiment que je l’envoie [...]

Lire la suite ›