FREAKS AGENCY #1 Celui du sang - tome 1

voir la série FREAKS AGENCY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

ALBIN MICHEL

Collection :

Post Mortem

Genre :

Fantastique

Sortie :
ISBN : 2226158065

Résumé de l'album Celui du sang - tome 1

Deux personnes dans une agence discutent de la disparition de deux de leur agent et de leur mission. Ils décident d'envoyer un nouvel agent pour faire le 'ménage' sur les sujets sur lequel ils enquêtent.
Au même moment, June Hackett reçoit une lettre de sa mère mourante qui lui demande de venir la voir malgré leurs différent. Cela fait douze ans qu'elles ne se sont pas vues. June prévient son travail et part dans la Nouvelle-Angleterre pour la retrouver. Elle se perd et se retrouve à Clifftown, un étrange village, où sa famille n'est pas appréciée.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album Celui du sang - tome 1

Et bien cela faisait longtemps qu'un album ne m'avait laissé une telle impression à sa fermeture. Pourtant c'est un premier tome assez classique qui présente les personnages bien qu'ils arrivent à garder tout leur secret. Le point plus important c'est surtout qu'il pose l'ambiance.
Et c'est la, le point fort de l'album. Au fur et à mesure de la lecture, j'ai vraiment eu l'impression d'être dans une nouvelle de H.P. Lovecraft. On y retrouve cette ambiance lourde et malsaine qui est un peu sa marque de fabrique au début de ses nouvelles. Le passage dans le village de Clifftown où tout semble en ruine sans que cela gène personne, me fait penser au fameux village d'Innsmouth.
Un autre point commun, pour l'instant l'histoire flirte avec le fantastique mais tout laisse supposer que ça va aller crescendo avec les autres tomes de la série. Pour l'instant il y a juste des rêves/cauchemars un peu 'bizarre' et une créature étrange à la dernière page de l'album.
Et pour poser l'ambiance, l'histoire est importante, certes, mais c'est surtout grace au dessin. Il est très particulier, c'est un dessin totalement informatique. Il va tres bien avec les couleurs très travaillées aussi. Car c'est plus avec les éclairages et les couleurs qui'on arrive à cette sensation lourde et pesante.
Sur certaines planches, cette combinaison donne des impressions de cinématique de jeu vidéo. Il suffit de voir la bande annonce sur le site de bande dessinée. Mais, en contrepartie, le dessin me semble figé et rend les personnages inexpressifs surtout dans les gros plans.
Et en parlant de jeu vidéo, ce premier tome me fait penser à la série des Alone in the Dark, qui elle aussi faisait référence au fantastique a la lovecraft.
Pour cet album, il ne faut pas seulement le feuilleter pour se faire son idée, il faut surtout le lire pour rentrer dans cet univers et vraiment l'apprécier.

Par , le

Les albums de la série FREAKS AGENCY