FRATERNITY #2 Livre 2/2

voir la série FRATERNITY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Fantastique

Historique

Sortie :
ISBN : 9782205067644

Résumé de l'album Livre 2/2


Depuis la capture de la bête dans la forêt, la communauté de New Fraternity est en plein déchirement au grand dam de son créateur affaibli Mc Corman. Ses membres sont en plein doute, leur modèle de société connaissant en ces heures de crise une montée de violence (dans les pensées et les gestes) sans précédent. La disette sévissant, chacun y va de ses initiatives difficilement contenues par les quelques partisans à Mc Corman dont font partie Fanny et Alexander. Dans ce contexte pesant, Joshua est le premier à se rebeller et à commettre l’acte irréparable, celui qui va précipiter dans une débauche de sang et de folie, l’anéantissement total d’un idéal communautaire. C’était en 1863 !


 

Par Phibes, le 16/11/2011

Notre avis sur l'album Livre 2/2


Après un premier tome qui installait déjà le modèle communautaire autarcique de Robert Mc Corman et également les prémices d’une crise intramuros due en partie au conflit d’au dehors (la guerre de Sécession), Juan Diaz Canalez et José-Luis Munuera viennent, avec cet opus, conclure avec brio leur aventure avec New Fraternity.


Ce second épisode nous invite à assister à la déchéance d’un projet idéaliste et se veut atteindre ainsi un degré de noirceur et de drame beaucoup plus lourd qu’antérieurement. A ce titre, c’est dans l’émergence des tensions et dans leur éclatement, dans l’évocation des résolutions douloureuses, que le récit, bardé d’ambiance fantastique, s’infléchit pour nous plonger dans une déliquescence de la pensée collective. Les dialogues mis en place par le scénariste de Blacksad sont acérés, tournicotent dans une désillusion générale tourmentée, ouvrant la porte à toutes sortes d’actions les plus violentes (de la ségrégation raciale au totalitarisme). Tel un château de cartes, l’idéal de Mc Corman s’écroule dans sa fragilité en versant dans le cauchemar le plus vil, dévoilant les profondeurs tourmentées de l’âme humaine et laissant comme simple témoin muet et vierge de toute opinion le jeune Emile.


Graphiquement, José-Luis Munuera ne se départit pas du trait maîtrisé qu’on lui reconnaît par ailleurs (Le signe de la lune…) et dont on se plait à admirer la qualité évocatrice. Fort de cette expérience, il parvient sans difficulté à nous attirer dans son univers, dans la façon de croquer des tranches de vie historiquement probantes mêlées de fantastique. L’expressivité de son graphisme, la sensation de mouvement, la représentation partiellement caricaturale de ses personnages, le travail remarquable sur les décors, sont un réel atout pour l’histoire développée par son scénariste.


Une fin d’aventure d’une idéologie communautaire superbement orchestrée qui donne à réfléchir sur le comportement ambigu de l’homme face à un idéal, se révélant parfois dans une image purement bestiale.


 

Par , le

Les albums de la série FRATERNITY

Nos interviews liées

Corto Maltese

Un entretien avec Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero


Interviewer : Berthold
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview de José-Luis Munuera pour le T2 de Sortilèges

Sceneario.com: José-Luis tout d’abord bienvenu sur Sceneario.com et merci à toi d’avoir accepté de répondre à nos questions !

José-Luis, tu es donc le dessinateur de « Sortilèges ». Comment votre « team » fonctionne au jour le jour avec le scénariste Jean Dufaux, quelle est votre recette secrète ? Qui est le plus perfectionniste des deux ? José-Luis Munuera :Le team fonctionne avec deux éléments clé: le respect et la bonne humeur! Le respect pour le travail et les choix de l’autre, la bonne humeur parce qu’on essaye toujours de se surprendre l’un et l’autre. 
Une BD peut être pleine de choses, un manifeste idéologique,  un “slice of life”, un cri de l'intérieur de l’auteur... mais une BD peut être aussi un jeu! Un jeu infini, vivant, adulte, plein de possibilités, très élaboré, complexe, dur [...]

Lire la suite ›

Interview de José Luis Munuera sur l'univers Sillage

Sceneario.com: José Luis Munuera bonjour ! Je vous remercie dès à présent de bien vouloir répondre à cette interview et ainsi éclairer les passionnés de la bd ! Premièrement, pourriez- vous vous présenter afin que certaines personnes puissent mieux cerner votre personnage ? JLM: Je m'appelle Jose Luis Munuera Minarro, né le 21 avril de 1972 en un coin perdu d'Espagne. Grand lecteur, cinéphile et bédéphile depuis mon enfance, une surabondance de Spielberg, Harryhausen, Tolkien et Uderzo à fini par pourrir mon cerveau et me faire devenir de façon assez naturelle dessinateur de bd. Sceneario.com: Vous vous êtes distingué dans la série « Les Potamoks » aux éditions Delcourt mais aussi dans la série « Merlin » aux éditions Dargaud. Comment peut-on débarquer du fin fond de l'Espagne et s'imposer ainsi dans le monde de la bd française ? Vos débuts furent difficiles ? JLM: Je n'ai jamais eu la sensation que les choses étaient « difficiles » pour ma part [...]

Lire la suite ›

des auteurs de BLACKSAD chez Dargaud

SCENEARIO.COM: Bonjour à tous les deux.
SCENEARIO.COM: Blacksad a eu un énorme succès, comment l'expliquez vous ?

Juan DIAZ CANALES: C’est vraiment difficile à expliquer. On ne sait pas pourquoi certaines BDs deviennent un succès et d’autres non. En fait, nous n’avons aucune formule magique pour faire réussir un album. La seule formule qu’on utilise, c’est travailler beaucoup! Il faut se rappeller que tous les deux, nous ne sommes que des débutants dans ce metier.

SCENEARIO.COM: Le 2° tome sort le 22 mars, le temps entre les 2 tomes a été assez long, vous aviez d'autres travaux ?

Juanjo GUARNIDO: Oui, on travaille tous les deux à plein temps dans le domaine du dessin animé, ce qui nous laisse seulement notre soi-disant “temps libre” pour Blacksad, on espère que les lecteurs impatients prendront ça en compte…

SCENEARIO.COM: Avez vous été inspirés par la littérature française, notamment par des auteurs comme Simenon ou des héros comme Nestor Burma, pour la réalisation de "Blacksad" ?

Juan DIAZ CANALES: Je dois avouer que je n’ai jamais lu Simenon (j’espere regler ça bientôt!) [...]

Lire la suite ›