FRATERNITY #1 Livre 1/2

voir la série FRATERNITY
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Fantastique

Historique

Sortie :
ISBN : 9782205067408

Résumé de l'album Livre 1/2


En 1863, en pleine guerre de Sécession, la petite communauté de New Fraternity qui se situe dans l'Indiana et qui prône un certain idéal de vie, n'est pas au mieux de son fonctionnement. Le constat est inquiétant, le modèle de société soi-disant exemplaire établi par Robert McCorman bat de l'aile par manque de cohésion entre ses membres. Pourtant, une autre menace plane sur New Fraternity, une menace qui, cette fois-ci vient de l'extérieur. En effet, alors qu'un enfant loup a été trouvé au fin fond de la forêt et adopté par l'institutrice Fanny Zoetrope, une créature monstrueuse rôde aux alentours de la bourgade. De plus, en cette période où est commémorée la déclaration d'indépendance mentale, une escouade de soldats noirs déserteurs sollicite l'asile ce qui n'est pas du goût de certains communautaires. Que présagent pour l'instable société tous ces évènements ?


 

Par Phibes, le 01/05/2011

Notre avis sur l'album Livre 1/2


Comme l'on le peut le lire sur l'estampille autocollante qui arbore le premier de couverture, le père scénaristique reconnu de Blacksad et le dessinateur non moins averti de Le signe de la lune se sont associés pour donner corps à une nouvelle aventure qui fleure bon le récit historico-fantastique.


Ce premier épisode possède une aura intrigante. Hormis le fait de traiter subtilement et sensiblement de ces expérimentations de sociétés parfaites lancées par des idéalistes, il découvre des évènements particuliers dont un qui vient à l'encontre de l'authenticité historique de l'aventure à savoir l'intervention d'un monstre rôdeur lié à un enfant trouvé. Par ce biais, l'évocation communautaire, au demeurant très intéressante de par sa philosophie autarcique, la tension subsistant entre ses membres fondateurs et la déliquescence latente de son mode de fonctionnement qui en découle, grevée par la déclaration d'évènements parasites (enfant-loup, monstre, la guerre) prend des envolées extraordinaires surprenantes.


Les ambiances que campe ce livre premier sont évidemment captivantes, soulèvent comme il se doit un certain questionnement. Le scénariste place ici les grandes bases de son histoire sans réellement trop en dire, si bien qu'on peut se demander quelle est la réelle destination de celle-ci. Le ton est sombre, fait état des aspirations utopiques de certains, du découragement d'autres, le tout susurré dans des réflexions caractérielles d'un microcosme réellement entreprenantes.


Le travail de Jose Luis Munuera est à la hauteur de nos espérances. Cet univers graphique que l'on a pu apprécier grandement par ailleurs dans Le signe de la lune et que l'on pourrait apparenter à celui de Disney possède une sensibilité excellemment probante. Tantôt caricatural, tantôt réaliste, son trait donne vie à un parterre de personnages charismatiques (en particulier Emile l'enfant et sa sauvagerie ou McCorman et sa sagesse, ou encore Fanny et son esprit volontaire…). L'expressivité de ces derniers se ressent parfaitement dans les regards, les attitudes figées souvent sans dialogue… Idem pour le mouvement que l'artiste a su saisir dans une maîtrise incontestable.


Un premier opus intrigant qui plante un décor historico- antastique dont on attendra avec impatience les explications "rationnelles" dans le prochain et dernier tome.


 

Par , le

Certains n'osaient même pas rêver de la naissance d'un tel ouvrage, réunissant deux auteurs espagnols de talent, chacun dans leur catégorie. Et pourtant, ils l'ont fait avec Fraternity!

Immédiatement, la couverture plante un décor mystérieux, presque menaçant, qui va accompagner les différents protagonistes de l'histoire jusqu'à la fin de ce premier tome. Juan Diaz Canales nous entraîne dans une communauté basée sur des idéaux comme l'égalité sous toutes ses formes, ou encore la liberté, et pourtant minée par le rejet de l'autre, sur les qu'en-dira-t-on et les idées reçues, sans compter la misère et la faim qui touche New Fraternity...
C'est dans cette communauté qui semble vouée à l'auto-destruction qu'émergent quelques personnalités auxquelles le lecteur va s'attacher tout au long de ce récit, sans parfois réellement savoir qui ils sont vraiment, comme cet enfant sauvage retrouvé dans la forêt et rejeté par la majorité des habitants. Le scénariste ménage pourtant ses effets, lançant plusieurs trames scénaristiques parallèles qui trouveront leurs réponses dans le deuxième tome de ce diptyque.

De son côté, José Luis Munuera, après Le signe de la Lune, confirme qu'il a vraiment le don d'animer ses personnages, de trouver l'émotion juste au bon moment pour leur donner littéralement vie... Les scènes sont parfois tellement fortes qu'on les imaginerait sans peine au cinéma (Je pense par exemple aux dernières planches). José Luis est vraiment un dessinateur polyvalent qui nous transporte toujours plus loin!
Comme je le dis toujours, un tel trait ne fait pas tout, et le rôle de la couleur est encore une fois prépondérant. Ce rôle a été confié avec succès à Sedyas, dont la mise en couleurs contribue réellement à l'ambiance de cet album.

A titre personnel, je me réjouis également de la forme choisie par les auteurs (un diptique), à l'époque où tant d'auteurs nous perdent en conjectures dans des séries à rallonge avec 10, 15 tomes ou plus.

Par , le

Les albums de la série FRATERNITY

Nos interviews liées

Corto Maltese

Un entretien avec Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero


Interviewer : Berthold
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview de José-Luis Munuera pour le T2 de Sortilèges

Sceneario.com: José-Luis tout d’abord bienvenu sur Sceneario.com et merci à toi d’avoir accepté de répondre à nos questions !

José-Luis, tu es donc le dessinateur de « Sortilèges ». Comment votre « team » fonctionne au jour le jour avec le scénariste Jean Dufaux, quelle est votre recette secrète ? Qui est le plus perfectionniste des deux ? José-Luis Munuera :Le team fonctionne avec deux éléments clé: le respect et la bonne humeur! Le respect pour le travail et les choix de l’autre, la bonne humeur parce qu’on essaye toujours de se surprendre l’un et l’autre. 
Une BD peut être pleine de choses, un manifeste idéologique,  un “slice of life”, un cri de l'intérieur de l’auteur... mais une BD peut être aussi un jeu! Un jeu infini, vivant, adulte, plein de possibilités, très élaboré, complexe, dur [...]

Lire la suite ›

Interview de José Luis Munuera sur l'univers Sillage

Sceneario.com: José Luis Munuera bonjour ! Je vous remercie dès à présent de bien vouloir répondre à cette interview et ainsi éclairer les passionnés de la bd ! Premièrement, pourriez- vous vous présenter afin que certaines personnes puissent mieux cerner votre personnage ? JLM: Je m'appelle Jose Luis Munuera Minarro, né le 21 avril de 1972 en un coin perdu d'Espagne. Grand lecteur, cinéphile et bédéphile depuis mon enfance, une surabondance de Spielberg, Harryhausen, Tolkien et Uderzo à fini par pourrir mon cerveau et me faire devenir de façon assez naturelle dessinateur de bd. Sceneario.com: Vous vous êtes distingué dans la série « Les Potamoks » aux éditions Delcourt mais aussi dans la série « Merlin » aux éditions Dargaud. Comment peut-on débarquer du fin fond de l'Espagne et s'imposer ainsi dans le monde de la bd française ? Vos débuts furent difficiles ? JLM: Je n'ai jamais eu la sensation que les choses étaient « difficiles » pour ma part [...]

Lire la suite ›

des auteurs de BLACKSAD chez Dargaud

SCENEARIO.COM: Bonjour à tous les deux.
SCENEARIO.COM: Blacksad a eu un énorme succès, comment l'expliquez vous ?

Juan DIAZ CANALES: C’est vraiment difficile à expliquer. On ne sait pas pourquoi certaines BDs deviennent un succès et d’autres non. En fait, nous n’avons aucune formule magique pour faire réussir un album. La seule formule qu’on utilise, c’est travailler beaucoup! Il faut se rappeller que tous les deux, nous ne sommes que des débutants dans ce metier.

SCENEARIO.COM: Le 2° tome sort le 22 mars, le temps entre les 2 tomes a été assez long, vous aviez d'autres travaux ?

Juanjo GUARNIDO: Oui, on travaille tous les deux à plein temps dans le domaine du dessin animé, ce qui nous laisse seulement notre soi-disant “temps libre” pour Blacksad, on espère que les lecteurs impatients prendront ça en compte…

SCENEARIO.COM: Avez vous été inspirés par la littérature française, notamment par des auteurs comme Simenon ou des héros comme Nestor Burma, pour la réalisation de "Blacksad" ?

Juan DIAZ CANALES: Je dois avouer que je n’ai jamais lu Simenon (j’espere regler ça bientôt!) [...]

Lire la suite ›