Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Drame

Fiction

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782203391680

Résumé de l'album Figurec

Lors d’un enterrement, un jeune écrivain est accosté par un inconnu qui lui glisse un simple mot : « Figurec ». Le jeune homme ressort sans comprendre vraiment ce que lui voulait l’inconnu. Ce dernier revient à la charge quelques jours plus tard. D’abord hostile, l’écrivain – intrigué – finit par échanger avec cet homme. Il apprend alors l’existence de la société Figurec dont l’activité est de fournir des figurants dans toutes les situations de la vie quotidienne : mariages, sépultures, anniversaires mais aussi faux clients de supermarchés, spectacles, etc. Le jeune écrivain décide de faire lui aussi appel à Figurec pour redorer son image d’écrivain raté et célibataire auprès de ses amis et de sa famille. Mais il tombe amoureux de l’actrice chargée de l’accompagner.

Par Legoffe, le NC

Notre avis sur l'album Figurec

Voilà une idée originale, fruit de l’esprit de Fabrice Caro, auteur du roman éponyme. Cette transfiguration du roman à la bande dessinée, sous le pinceau talentueux de Christian De Metter, avait de quoi emballer le lecteur. Le style inimitable de De Metter se prête parfaitement au récit. Ses peintures donnent une ambiance particulière à cette histoire où rien n’est clair, où chaque personnage cache ses échecs, ses envies secrètes, ses regrets.

Le livre permet de se poser des questions sur nos relations aux autres, sur ce qui n’est parfois qu’une apparence. Au-delà, certains y verront l’illustration d’un monde factice où chacun est manipulé. Car ce que raconte l’auteur donnerait le vertige au moins paranoïaque d’entre nous.

Mais si l’idée est originale, son traitement manque de punch. La détresse de plus en plus marquée de l’écrivain surnage un peu dans ce récit aux seconds rôles nombreux mais guère creusés. Et l’ampleur de la « conspiration » finie par faire perdre du crédit à l’histoire… et donc de la valeur au message de l’auteur.

Je ne retrouve donc pas le plaisir que j’ai eu à lire « Le Curé » ou encore « Le sang des Valentines » du même De Metter. Des récits où les personnages avaient plus de profondeur.

Par , le

Nouvel album de Christian de Metter : Figurec ! Sur une idée originale de Fabrice Caro, grand nom de Fabcaro déjà connu dans le milieu de la bande dessinée pour son album Le steak haché de Damoclés, l’auteur s’est lancé dans une histoire totalement amorale, instaurant le doute dans les esprits au point qu’en lisant cet ouvrage on risque fort de se voir confrontés à de grandes questions : Mon voisin est-il un vrai voisin ou bien est-il payé pour jouer ce rôle ?
En effet le thème se rapporte à l’illusion la plus noire, celle que rien n’existe jamais, que tout est fictif et que nous vivons dans un monde qui n’est rien d’autre qu’une vaste scène de théâtre. Chacun y a un rôle et le joue jusqu’à ce que le rideau tombe et qu’après les applaudissements on se dirige vers sa propre élimination.

Peut être inspirée par  La vie est un songe  pièce de théâtre de Pedro Calderón de la Barca, cette histoire met mal à l’aise et part vers l’éternel sujet de notre existence – qui suis-je ? etc. - et de celui de la mort qui va avec.

Même si la passerelle est longue, cet album m’a fait penser aux sonderkommandos qui ont dû jouer un rôle sans l’avoir choisit et qui ont été éliminés pour l’avoir joué. Mais ne partons pas si loin dans la réflexion et pour revenir à de meilleurs auspices, voici les premiers vers d’un poème de Jacques Vallée DES BARREAUX (1599-1673) sur le thème :

La vie est un songe

Tout n'est plein ici bas que de vaine apparence,
Ce qu'on donne à sagesse est conduit par le sort,
L'on monte et l'on descend avec pareil effort,
Sans jamais rencontrer l'état de consistance.

Que veiller et dormir ont peu de différence,
Grand maître en l'art d'aimer, tu te trompes bien fort
En nommant le sommeil l'image de la mort,
La vie et le sommeil ont plus de ressemblance.

Comme on rêve en son lit, rêver en la maison,
Espérer sans succès, et craindre sans raison,
Passer et repasser d'une à une autre envie,

Travailler avec peine et travailler sans fruit,
Le dirai-je, mortels, qu'est-ce que cette vie ?
C'est un songe qui dure un peu plus qu'une nuit.


La poésie, le théâtre, la peinture, tout y est même la musique, bande son choisie dans les années 70, à écouter selon les goûts des lecteurs parce que tout le monde ne craque pas pour Sabine Paturel, mais les brocanteurs du dimanche seront ravis de retrouver l’ambiance de la chine.
Figurec n’est qu’une ombre, un passage, bref une vie ou plusieurs, méritant à peine qu’on en parle tellement, nous sommes déprimants dans nos individualités malléables et manipulables. Au final cet album est un très bel ouvrage, au graphisme plein, chaleureux, donnant profondeur et sincérité à l’histoire.

Au dernier acte, l’illusion ne donnera pas le change et le héros n’échappera pas à son destin. Rideau !
Véritable tragédie humaine Figurec est coincée entre l’intensité du genre littéraire et l’élan dynamique que lui apporte le graphisme. Pas seulement noir et beau, c’est terrifiant et réjouissant.

Par , le

Les albums de la série FIGUREC