Fauteuils en état de siège

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LA BOITE A BULLES

Collection :

Contre-pied

Genre :

Autobiographie

Humour

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782849530788

Résumé de l'album Fauteuils en état de siège


Ce n’est pas facile d’être une personne à mobilité réduite, coincée dans son fauteuil roulant toute la journée ! Il y a le regard des autres, bien sûr. C’est une première chose... Mais au-delà de cela, il y a aussi toutes les petites tracasseries du quotidien, ces choses qui vous pourrissent la vie et dont on ne peut se rendre compte que lorsque, soi-même, on est diminué physiquement. Pour nous, Paul Samanos dresse une liste non exhaustive de situations auxquelles il est confronté, et tout cela avec humour.
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Fauteuils en état de siège


L’auteur des Fauteuils en état de siège, Paul Samanos, est devenu tétraplégique à la suite d’un accident de rugby alors qu’il n’avait que 16 ans. L’horreur ! Avoir pu marcher, courir, sauter... et se rendre à l’évidence un jour : apprendre qu’on ne pourra plus jamais le faire... D’aucuns seraient tombés dans la déprime. On ne sait pas, d’ailleurs, si lui-même n’a pas traversé des périodes où il a voulu tout laisser tomber... Toujours est-il qu’aujourd’hui, la question ne se pose plus. Paul Samanos travaille en qualité de journaliste pour un journal de la région des pays de Loire où il vit et, en plus de cela, n’a jamais laissé s’échapper un compagnon de longue date : son crayon.

En effet, Paul Samanos dessine aussi. Et on n’est pas surpris que sa condition physique soit un réservoir d’inspiration. Plutôt que de tomber dans le mélo, il a choisi d’aborder le sujet avec humour et, s’il écorche pas mal de monde parmi les personnes dites valides, il n’hésite pas non plus à en prendre pour son grade ou à moquer d’autres personnes à mobilité réduite ! Il aborde ainsi des thèmes des plus banals, issus de ses expériences au quotidien, tout comme il laisse une grande place à des situations comiques ayant trait à la sexualité.

Au niveau du contenu, on sera peut-être un peu déçu par la composition du livre. La plupart des gags sont formés par différents dessins qui chacun ont l’honneur d’une page entière. Ce qui fait que le tout se lit très très vite alors qu’à choisir, on aurait préféré avoir des dessins reproduits plus petits (leur style le permet) et on aurait préféré de facto avoir beaucoup plus de gags à lire ; surtout qu’on imagine aisément que des choses à raconter sur le sujet, il doit y en avoir un paquet !!!

Graphiquement, le dessin de Paul Samanos se situe entre ceux qu’on peut trouver dans des séries comme Freddy Mut ou comme Béret et Casquette. Dans l’esprit aussi, on est dans le même registre puisqu’il est question d’humour et de vie quotidienne.

Fauteuils en état de siège est un ouvrage broché au format paysage. Un des très rares, sinon le seul, à aborder ce sujet en BD. Il est publié par La Boîte à Bulles.
 

Par , le

Nos interviews liées

Svart : coloriste, mais pas que...

Sceneario.com : Bonjour Svart ! Avant toute chose, pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous expliquer d’où vous est venue l’idée de ce pseudonyme ?
Svart : Bonjour ! Alors... Je m’appelle Fabrice Gagos, ça fait bientôt 14 ans que j’ai 17 ans, et certainement pas toutes mes dents : ça fait longtemps que je ne les ai pas comptées ! Quant à « Svart », ça vient de mon passé de super héros, mais j’ai raccroché car c’était pas rentable financièrement. En vrai, je voulais un pseudo car le fait de signer de mon nom me donnait l’impression de remplir une copie, comme à l’école, ou ma feuille d’impôts ! Bref...

On m’a souvent comparé à un nain : trapu, barbu, grognon... Je sais pas trop où on est allé chercher ça mais le fait est là ! A la base, comme j’avais l’idée de monter une sorte de studio, le Svartalfheim qui est, dans la mythologie nordique, le pays des Nains (en réalité, c’est le mondes des elfes noirs, souvent confondu avec Nidavellir, domaine des Nains, mais Nidavellir même si c’est joli, ça me parlait moins ^^), me semblait donc un nom approprié (en faisant disparaître le « f », quand même) De là, comme finalement je me suis mis à bosser en solo, Svart s’est un peu imposé comme pseudo (parce que Svartalheim c’ est trop compliqué, faut avouer) [...]

Lire la suite ›