Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Blackberry / Strawberry

Genre :

Ado

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782302008267

Résumé de l'album Oui-Ja


Non loin d’Anchorage, en Alaska, au beau milieu des immensités gelées, se dresse une gigantesque bâtisse ayant appartenu à un Russe qui avait jadis quitté son pays, une bâtisse qui désormais était considérée comme abandonnée. C’est là que Robin, Lily, William, Cléry et Matt se sont rendus en motoneiges en ce jour d’Halloween pour s’offrir un petit plan frisson plutôt que la classique tournée "Trick or treat"...

A leur grand étonnement, ils se sont rendu compte que l’immense demeure paraissait tout sauf abandonnée... Pas un gramme de poussière, rien de délabré... Il y avait même la lumière pour les accueillir ! Très rapidement, ils ont débouché sur une salle au milieu de laquelle trônait un plateau de Oui-Ja, ce jeu qui permet d’entrer en contact avec les esprits...

Pas impressionnés plus que cela par les mystères de cette maison dans laquelle ils étaient entrés, ils ont commencé une partie. Et aussitôt, un esprit maléfique leur est apparu ! Après avoir réussi à lui fausser compagnie, ils ont rencontré un "Gardien" qui leur a expliqué qu’en enfreignant certaines règles du Oui-Ja, ils avaient libéré des lettres-fantômes qu’il allait leur falloir récupérer s’ils ne voulait pas que leur monde se fasse submerger par les créatures d’un autre monde, ténébreux, dont ils avaient involontairement ouvert la porte !

Robin, Lily, William, Cléry et Matt se sont alors vu attribuer des pouvoirs. Chacun le sien, tous différents. Et ils ont dû partir dans un premier univers, celui d’un livre, pour aller récupérer la première de toutes les lettres-fantômes qu’ils avaient libérées...
 

Par Sylvestre, le 25/09/2009

Notre avis sur l'album Oui-Ja


Il y a beaucoup d’éléments qui gênent dès le début de la lecture. Le fait, déjà, que l’histoire soit située à Anchorage pendant l’hiver et que les héros soient habillés comme ils le sont. Le fait, ensuite, qu’ils n’aient pas plus peur que cela en violant une demeure manifestement habitée alors qu’ils pensaient la trouver à l’abandon. Le fait, enfin, que cette demeure qui est sensée susciter l’angoisse se révèle éclatante de couleurs et de brillances. On dirait qu’on entre dans une boîte de bonbons ! Il aurait plutôt fallu faire référence à Hansel et Gretel !!! Fiez-vous donc plutôt à la couverture qui annonce clairement des ambiances de magie et de fantastique : si vous recherchiez le frisson, passez votre chemin, ce n’est pas dans l’Alaska de ces héros-là que vous le trouverez !

Passée cette mise au point, on peut reprendre la lecture avec un regard neuf. Explorers est une série pour adolescents qui met le paquet sur des atouts porteurs. Trois gars et deux filles aux prénoms sonnant anglo-saxon, un style graphique n’oubliant pas de donner dans le manga lorsqu’il s’agit de dessiner les personnages, et une bonne tartine de couleurs acidulées, d’effets de lumières et de monstres sans oublier la multitude de possibilités scénaristiques annoncées par cette première mission des héros dans le Londres de Sherlock Holmes et par les pouvoirs dont ils ont hérité !

Tout est donc très tape à l’œil et très expédié (dans le rythme de l’histoire, j’entends). Ça va à 2000 à l’heure et les fantômes ne font pas un pli face aux pouvoirs de notre club des cinq version fantastique... Et c'est bien dommage : ça fait superficiel... C’est donc récréatif, mais sans plus. On n’a pas le temps d’avoir peur ou de se poser des questions.

Là où on ne peut pas dire de cette bande dessinée qu’elle est expédiée, par contre, c’est quand on regarde le superbe travail fourni au dessin et à la couleur (couleur qui a ses inconvénients dont je parle plus haut au niveau du scénario, mais qui tirerait franchement son épingle du jeu dans un registre plus shojo). C’est très bien fait, précis, minutieux... Bravo. Côté récit, on n’aura pas manqué de noter quelques références somme toutes logiques. Halloween et Jack O’Lantern pour le côté frisson, Sherlock Holmes et Watson pour le côté policier, et Merlin (citoyen américain pour l’occasion) pour le côté magie. Sans oublier des références côté super-héros, voire même au film Jumanji...

Explorers souffre donc d’un petit manque d’originalité mais prévient par son concept qu’elle pourra être une série qui se renouvèlera facilement en fonction des univers qui seront traversés par les héros au fil des tomes.
 

Par , le

Les albums de la série EXPLORERS

Nos interviews liées

Interview du dessinateur Guillaume Lapeyre et du scénariste Rémi Guérin

Sceneario.com : Bonjour Guillaume. Bonjour Rémi. Votre actualité récente est la sortie des nouvelles aventures des écrivains Jules Verne et Arthur Conan Doyle, les deux héros de City Hall, une nouvelle série qui est sorti chez Ankama. Avant d’en parler, pouvez vous raconter votre parcours avant d’en arriver à City Hall ?
Guillaume Lapeyre : J'ai démarré ma carrière chez Delcourt avec mon épouse Elsa Brants et Nicolas Jarry avec les 6 tomes des Chroniques de Magon, puis que les 2 tomes d'Éther, avant de rencontrer Rémi Guérin, avec qui nous avons conçu Explorers (3 tomes) aux Éditions Soleil ! Rémi Guerin : J’ai eu la chance de débuter dans le milieu aux côtés d’Éric Corbeyran, un scénariste qu’il n’est plus nécessaire de présenter aujourd’hui tant son travail est titanesque, ensemble nous avons co-scénarisé les Véritables Légendes Urbaines chez Dargaud [...]

Lire la suite ›

Guillaume LAPEYRE

Sceneario.com : Bonjour Guillaume. Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la BD ?

Guillaume Lapeyre :
Je dessine et j’aime raconter des histoires depuis tout petit, et j’ai toujours plus ou moins voulu en faire mon métier. 

Mais c’est ma rencontre avec Elsa dans une association de Bd qui a tout changé pour moi. 

Elle m’a donné la force nécessaire pour surmonter les obstacles des débuts … et il y en a eu !!
extrait du tome 1
Sceneario.com : Comment votre trio s'est-il formé ?

GL :
J'ai rencontré Elsa dans une association de BD à Sète pendant que je débutais des études de Droit et elle faisait une formation internet/multimédia [...]

Lire la suite ›