Eternity

Dessinateurs :



Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

Bliss Comics

Genre :

Comics

Fantastique

Science Fiction

Super Heros

Sortie :
ISBN : 9782375781364

Résumé de l'album Eternity

(Divinity 0 + Eternity 1 à 4)
Bien au-delà de notre réalité, existe un monde étrange et plat ou deux peuples s'opposent, observés par des êtres surpuissants. Lorsque le grand Observateur meurt, assassiné par une étrange balle venue de la Terre, il semble nécessaire de lui trouver un successeur. Ils se tournent alors vers le fils d'Abram Adams et de sa compagne Myshka. Mais bien évidemment, pour ces derniers, il leur est impossible d'abandonner ainsi leur enfant. Ils partent donc à sa recherche, quitte à affronter des forces qui leur sont incroyablement supérieures.

Par Fredgri, le 07/10/2018

Notre avis sur l'album Eternity

Après la trilogie Divinity, Kindt nous entraîne dans une première suite ou le couple Abram/Myshka doit se battre pour récupérer son enfant enlevé par une race de semi-dieu vivant dans un monde en marge du notre !
Dès les premières cases, les textes nous envahissent, les personnages se lancent dans de grandes envolées quelques peu pesantes et parfois rébarbatives, mais on comprend que le ton est résolument plus cérémonial, plus emphatique. Et, je trouve, c'est peut-être ce qui rend cette lecture assez particulière, le sentiment d'enrober une intrigue assez simple sous un vernis plus complexe. Du coup, on a du mal à réellement accrocher, à avoir de l'empathie pour ces personnages assez distants et cette histoire qui peine à se lancer, à se révéler aux lecteurs !

D'autant que je suis généralement assez fan de ce que propose Kindt chez Valiant, c'est juste qu'ici il semble forcer son écriture dans des retranchements assez hermétiques !

Toutefois, il est aussi accompagné par deux artistes alors en pleine forme. Qu'il s'agisse de Renato Guedes sur le Divinity 0 ou de Trevor Hairsine sur la suite, ils transcendent le récit en lui donnant une expressivité vraiment très bien vue. C'est vivant, c'est beau et on se laisse réellement très vite prendre au jeu de ces scènes qui se déroulent devant nous, bien souvent plus parlantes que les pavés de textes qui viennent se glisser partout !
Très bon boulot !

Donc si vous êtes un fan du ton si particulier de Divinity, vous devriez beaucoup accrocher à Eternity, pour les autres, je conseille de dépasser la première impression !

Par , le