Alice, Charlotte & Renaud

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Collection :

KSTR

Genre :

Amour

Chronique sociale

Intimiste

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782203003767

Résumé de l'album Alice, Charlotte & Renaud

 
Depuis qu’elle est descendue de son train, Alice a l’impression qu’elle est suivie. Tomber nez à nez avec ce mec deux, trois, quatre fois, ça ne peut plus être qu’une simple coïncidence ! Alors elle finit par l’interpeller... vivement !

Et c’est comme ça que Charlotte, la copine d’Alice, fera la connaissance de Renaud, en croyant que les deux se connaissaient !

Charlotte aura vite fait d’inviter Renaud en l’embarquant dans les plans "teuf" que les deux copines affectionnent. Lui n’hésitera pas à accepter : être invité par deux sirènes, ça n’est pas tous les jours !

Et c’est parti pour le fun ! (Et dans fun, y’a amour)
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Alice, Charlotte & Renaud

 
Voici donc l’un des titres annoncés à grands coups d’écrans flashy sur le site de KSTR !

Elle(s)
est probablement le titre qui vous aura tout de suite attiré l’œil tant le visuel de sa couverture est... "en relief" ! Pfiouu ! Mazette, c’est vrai qu’elle est sacrément équipée, la sirène ! Une de ces paires de flotteurs ! (Je vous présente Charlotte)

Allons, allons. Sa copine Alice serait (presque) plus standard, ce qui recadre un peu tout et nous remet en phase avec le vif du sujet, une chronique sociale se jouant autour de deux amies qui vont voir entrer dans leur vie un gars plus âgé qu’elles, qui ne paie pas trop de mine, mais qu’elles vont "adopter" et finir par associer à leurs délires.

Fêtes, sorties, disputes, jeux amoureux mais aussi petites phrases et petits épisodes banals de la vie quotidienne... On ne retrouvera pas dans cette BD leur style graphique, mais un peu, dans le regard que porte l’auteur sur ses personnages, de la BD Le retard (de Barbara Yelin aux éditions de l’an 2) ou de L’immeuble d’en face (de Vanyda, chez La boîte à bulles). Sans doute parce qu'il est facile de se sentir proche des héros, parce qu’on a l’impression de connaître des gens comme eux que l’on suit jusque dans leurs chambres à coucher. Parce qu’on sent aussi que l’auteur n’analyse pas les situations qu’il raconte mais les décrit avec tendresse et lucidité. C’est que derrière son aspect racoleur, Elle(s) s’assure une profondeur, une pureté d’âme grâce à Renaud.

Bastien Vivès est un jeune auteur. On lui doit déjà Poungi la Racaille dont le style graphique est complètement différent, et c’est cela qui laisse entrevoir que celui qui signe aussi Chanmax a un bel avenir devant lui ! Et c’est tout ce qu’on lui souhaite. Quant à ce qu’on se souhaite, nous, c’est de pouvoir au plus vite voir ce qu’il a d’autre à raconter !

Elle(s) est un titre phare de la nouvelle collection KSTR des éditions Casterman. C’est aussi une invitation à découvrir la petite vingtaine d’autres BD que ce nouveau label propose sur le marché. Si elles sont aussi bien que Elle(s), notre libraire va nous voir souvent !
 

Par , le

Je ne suis à priori pas vraiment un fan de ce genre d'historiette d'ado, on s'amuse bien, on fait la teuf, on parle de mec, on s'éclate, on a des coups de coeur, des crises de larmes, généralement ça ne va pas vraiment très loin et c'est assez bateau ! Mais cette fois, je me suis lancé. Et assez rapidement j'ai été séduit non seulement par l'histoire qui est très fraîche et très fine, mais vraiment le dessin est absolument magnifique !
C'est très sensible et très juste, même la fameuse brune superbement pourvue ne l'est pas de manière vulgaire et sensationnaliste.
Elle(s) est donc, certes, un album racontant une banale histoire de d'jeun's qui s'éclatent, qui tombent amoureux et tout le toutim mais c'est avant tout une grande histoire de copine qui se complètement parfaitement.
L'auteur, assez jeune finalement, montre là un potentiel qui ne demande qu'à exploser, on a tous hate, en refermant la dernière page, d'en voir plus et on sera vigilant, à surveiller de trèèèèèèèèèèèèèèèès près !

Par , le

Nos interviews liées

Bastien VIVES avec amour et amitié

Sceneario.com : Bastien, voici Amitié étroite ton nouvel album chez KSTR. Qu'est ce qui fait que tu te lances sur une histoire comme celle que tu as écris?
Bastien Vives : tout d’abord j’avais envie de parler du mythe de la relation amicale fille-garçon. Puis de retourner à une ambiance plus proche de elle(s) avec des personnages qui existent, qui ont une identité.


Sceneario.com : ce sont des évènements de ta vie qui te font écrire ?
Bastien Vives :
non pas forcément, on va dire que les sentiments, et les choses dans lesquels j’ai envie de me plonger sont liés à l’esprit du moment, par exemple actuellement je raconte une histoire avec des armées romaines, car l’épique me passionne au plus au point en ce moment.


Sceneario.com : alors fiction ou réalité ? Quelle est la part de réalité dans tes histoires ?
Bastien Vives :
certaines situations sont inspirées de moments vécus, ensuite tout est romancé, au niveau des attitudes et des réactions, des regards [...]

Lire la suite ›

Bastien Vivès, suite à la parution de Le goût du chlore chez KSTR

Sceneario.com : Bonjour ! Pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous rappeler dans quelles conditions Chanmax (le pseudo sous lequel vous avez signé Poungi la racaille) a laissé la place à Bastien Vivès ?

Bastien Vivès :
Bonjour ! Je m’appelle Bastien Vives, j'ai 24 ans, je mesure 1m76, je suis brun, yeux marrons, j’aime le sport, le cinéma, la musique et rigoler entre amis. J’avais utilisé le pseudo Chanmax, car lorsque j’avais fini le premier Poungi cela m’était apparu comme une évidence de prendre un pseudo débile, et ensuite quand j’ai fait ma première BD je suis revenu à mon vrai nom, ce qui m’est apparu aussi comme une évidence !!!

Sceneario.com : Votre actualité, c'est Le goût du chlore... Comment vous est venue cette idée de scénario et quelle est la part autobiographique de ce récit ?!

Bastien Vivès :
J’ai écrit cette histoire en juin 2007 durant Hollywood Jan et tout est allé très très vite car suite à certains évènements, il fallait que je m’occupe [...]

Lire la suite ›