Elle s'appelait Sarah

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

MARABOUT

Collection :

Marabulles

Genre :

Adaptation

Aventure

Drame

Sortie :
ISBN : 9782501132657

Résumé de l'album Elle s'appelait Sarah

Paris, juillet 1942. Cette nuit là, Sarah est arrêtée avec sa mère et son père par la police française. Elle a juste le temps de cacher son petit frère, Michel, dans un placard. Elle lui promet de vite revenir pour le sortir de là. Ils sont embarqués pour le Velodrome d'hiver.
Paris, mai 2002: Julia Jarmond est une journaliste américaine, mariée à un français avec qui elle a eu une fille, Zoé. Son journal lui demande de couvrir un article autour de la Rafle du Vel d'Hiv' et de la commémoration qui y aura lieu. Ils emménagent dans l'appartment de la grand-mère de son mari.
Le destin de Julia croise, bien des années plus tard, celui de Sarah...

Par Berthold, le 31/10/2018

Notre avis sur l'album Elle s'appelait Sarah

Elle s'appelait Sarah est un roman écrit par Tatiana de Rosnay, en 2006, son premier roman écrit en anglais. Le titre original de l'oeuvre est d'ailleurs Sarah's Key. Ce roman a été un très beau succès. Le cinéma s'en est emparé pour une adaptation réussie en 2010, avec Kristin Scott-Thomas dans le rôle de Julia, mais aussi Aidan Quinn et Nils Arestrup, entre autres.

Et c'est à Pascal bresson qu'incombe la tâche d'adapter le livre en BD.
L'auteur de Plus fort que la haine est un scénariste qui se permet d'amener dans ses récits des voix différentes. Il s'engage aussi dans ses récits, il suffit de lire son Bugaled Breizh pour s'en rendre compte. Ici, il doit plaire à ceux qui ne connaissent ni le roman, ni le film et il doit surprendre les autres. Et, ma foi, Bresson s'en sort grandement. Son récit est des plus réussis, il captive et nous touche. A la dernière page, on est bouleversé.
Il a su garder la force du livre en y insufflant son rythme, sa puissance émotionelle, pour en tirer un album à mettre entre toutes les mains, qui rend un bel hommage à toutes les victimes de la Rafle du Vel d'Hiv en 1942. On se met à la place de ces français qui n'ont rien fait ou pu faire. C'est de là que vient une des forces de ce roman graphique. Bresson met le doigt là où cela fait mal et nous fait prendre conscience de ce qui s'est passé.
Le dynamisme du scénario permet aussi de suivre de façon intelligente ce qui se passe en 1942 et en 2000.
Les caractères des personnages sont très bien écrits. Les dialogues sonnent toujours juste. Par moment, pas besoin d'image pour nous faire comprendre ce qu'ont pu vivre ces gens, à cette période difficile. C'est aussi un récit sur des personnes prises par l'histoire, qui voient leur vie bouleversée à jamais.

L'autre force de ce roman graphique est le talent d'Horne. Le dessinateur réalise là une magnifique prouesse visuelle. Quelle belle idée que de mettre en couleur Sarah, que de ne pas montrer le visage des "monstres" qui ont dénoncé sa famille, de ces policiers qui les arrêtent, qui vont les garder  au Vélodrome d'Hiver et dans le camp. Seul les gens qui viennent en aide à Sarah prennent des couleurs. Horne, de cette façon, nous fait prendre conscience de la situation et nous marque, nous émeut. Certaines pages, certaines cases sont très dures.

Bresson et Horne ont réussit le pari de proposer une somptueuse adaptation de l'oeuvre de Tatiana de Rosnay.
Un travail remarquable sur la mémoire. Avec le média de la bande dessinée, peut être qu'il sera plus facile à certains de lire cette très belle histoire, très émouvante et de prendre conscience et de ne pas oublier ce qu'il s'est passé.
Un roman graphique que je vous recommande fortement.

Par , le

Nos interviews liées

Pascal Bresson : Plus fort que la haine

Rencontre avec le scénariste Pascal Bresson qui publie chez Glénat avec René Follet un album chargé d'émotion, fort, sans complaisance ni misérabilisme.


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Pascal Bresson

Sceneario.com : Bonjour Pascal. Ton actualité prochaine est la sortie de Plus fort que la haine, un récit dont le dessinateur est René Follet. Peux tu nous parler de la genèse de ce récit ? De comment est né ce projet ?
Pascal Bresson : C'est une histoire qui se déroule dans les années 1930 à la Nouvelle-Orléans, avec pour cadre la ségrégation raciale. On va suivre une famille d'anciens esclaves ou le plus jeune garçon témoin d'injustices va se rebeller et vouloir entrer dans un gang anti-blancs pour se venger des attaques du Klu Klux Klan et casser du « blanc »... Mais très vite en rencontrant un sage, il va découvrir qu'en montant sur un ring de boxe et devenir boxeur, il va non seulement casser du blanc, mais gagner de l'argent et surtout être l'idole des noirs et des blancs. C'est une réflexion sur l'époque et sur la vie [...]

Lire la suite ›

Pascal Bresson interviewé pour l'affaire Seznec en BD


Sceneario.com :
L'affaire Seznec, 3e bande dessinée en quelques mois, impressionnant ! Pascal Bresson : Le Tome 1 de l'affaire Seznec, paraîtra en janvier 2011 à l'occasion du Festival d'Angoulême.
L'affaire Seznec, c'est mon cheval de bataille ! C'est la première affaire qui m'a le plus passionné ! Un homme accusé d'un crime sans cadavre et sans preuves !
Là, encore, un polar idéal ! Le scénario était déjà terminé et signé aux Editions Glénat avant même la réalisation d'Ushuaïa et Dominici... Quand on aime, ça ne compte pas ! Sceneario.com : Comment travailles-tu en parallèle sur pas moins de trois bandes dessinées ? Pascal Bresson : Il faut être bien organisé et pas du tout brouillon ! Bien connaître son sujet et posséder une bonne documentation [...]

Lire la suite ›

Pascal Bresson, scénariste de Ushuaïa T1

Sceneario.com : Le Trésor des Moaï est ta deuxième sortie BD en tant que scénariste (avec L'affaire Dominici)... 2 sorties BD en un mois : tu es un bourreau de travail !
Pascal Bresson : Ces deux histoires ont été écrites quasiment en même temps ! Le métier de scénariste est plus facile que celui de dessinateur, il faut le reconnaître ! Attention, scénariste c'est aussi un métier ! Mais durant le temps que met un dessinateur à réaliser son album, un scénariste quant à lui, peut travailler sur plusieurs histoires... Peut-être beaucoup plus lucratif aussi ! Mais attention, toujours privilégier la qualité à la quantité.
Sceneario.com : Le Trésor des Moaï est un projet qui mûrissait depuis longtemps dans tes cartons. Comment s'est-il finalement concrétisé ?
Pascal Bresson : Il m'a fallu attendre 5 ans ! Il y a quelques années (2005), lors d'un repas chez Nicolas Hulot, je lui avais proposé l'adaptation de ses aventures en BD [...]

Lire la suite ›

L'AFFAIRE DOMINICI vue par Pascal BRESSON & René FOLLET

Sceneario.com : L'affaire Dominici est ta première bande dessinée, mais tu n'es pas novice dans le métier.
Pascal Bresson : L'affaire Dominici, sera en fait, ma première bande dessinée publiée en album. J'ai commencé par la BD, notamment pour le journal « A Suivre », il y a quelques années (1989). Beaucoup de planches dessinées également pour divers fanzines. Mes principaux travaux publiés en albums, sont des livres pour enfants, édités par divers éditeurs. Je suis au départ illustrateur, dessinateur et depuis peu scénariste... Je fais ce métier depuis plus de dix huit ans et je comptabilise plus de 30 albums... Sceneario.com : Tu as aussi travaillé sur l'affaire Seznec pour la sortie d'un livre illustré, tu as un goût particulier pour les grandes affaires policières de l'histoire ?
Pascal Bresson : Je suis devenu passionné par les affaires criminelles grâce à ma mère, qui adolescente, était déjà abonnée au journal détective [...]

Lire la suite ›