Elle ne pleure pas elle chante

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Mirages

Genre :

Adaptation

Drame

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 2847891765

Résumé de l'album Elle ne pleure pas elle chante

La sonnerie du téléphone sort brutalement Laura de son sommeil. C’est sa mère, elle lui apprend la nouvelle. Son père est à l’hôpital, dans le coma. Son père… Cet homme qui l’aimait tant, lui, dont elle a si souvent souhaité la mort, il était là, couché, inoffensif, presque mort.
Pendant que les souvenirs affluent dans sa mémoire, elle roule vers la maison familiale qu’elle a quittée il y a si longtemps. Sa mère, ses frères, le reste de la famille, tout le monde sera là, sauf lui, l’ogre, le mangeur de petites filles.
C’est dans cette ambiance que Laura va, petit à petit, se libérer du poids du passé.

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Elle ne pleure pas elle chante

Très jolie expression que cette phrase « Elle ne pleure pas elle chante ! » pour parler des pleurs d’un bébé. Pourtant, derrière cette douceur se dévoile un amour interdit, destructeur, criminel.
Aimer est sans doute la plus belle chose que la vie nous offre à ressentir mais trop aimer peut s’avérer dramatique. Le thème de ce roman graphique porte sur cet amour incestueux qu’ont certains pères avec leur fille. C’est donc d’un sujet très lourd que les auteurs ont choisi de parler et pour cela ils adaptent une histoire crue et directe d’Amélie Sarn.
Dans sa préface de l’album, l’écrivaine remercie les auteurs du travail qu’ils ont réussi à faire et reconnaît qu’elle était inquiète ! Mais tout va bien et c’est réussi.
Le découpage est précis et le récit se déroule assez rapidement, sans ambiguïté. On comprend très tôt de quoi le père et la fille vont parler durant l’échange que dure l’album, pour autant qu’on puisse parler de dialogue. Ici il s’agit plutôt de donner la parole à la victime qui, faisant revivre ses souvenirs en face de son bourreau, va tenter de se libérer des chaînes qui l’empêchent de vivre en fonction d’elle même et non plus en fonction de ce père omniprésent dans tous les pores de sa peau et de son esprit.
Le dessin est superbe. Les traits fragilisent les visages et rendent les personnages très humains. Beaucoup de réalisme donc pour cette œuvre qui dit ce qu’il faut, comme il faut et quand il faut. Même si le sujet ne prête pas à l’humour, on ressort de ce livre, sourire aux lèvres, comme l’héroïne, heureux pour elle qu’elle ait eu le temps de dire !

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›