ELFES #21 Renaissance

voir la série ELFES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302069879

Résumé de l'album Renaissance

Suite à l’incarcération du mage Slovtan, Lanawyn s’est fait fort de tenir la promesse faite à Lah’saa afin qu’elle trouve le moyen de faire renaître le peuple disparu des elfes rouges. Ayant fait part de ses intentions au Grand Mester de la cité des elfes noirs Slurce de sauver Lea’Yn et Feda’yn de leur malédiction, elle a pris place à bord d’une embarcation en compagnie de ses pairs qui doit l’amener sur les lieux où les deux elfes pourront se reconstruire. Malheureusement, les objectifs de l’elfe bleu vont être rapidement contrariés par plusieurs escarmouches. A commencer par des pirates mal renseignés sur le pouvoir du crystal bleu détenu par Lanawyn, suivi par l’apparition de Kowan Akeran, capitaine de la légion noire, prêt à se lancer à leur poursuite s’ils n’abandonnent pas leur but. Déterminés à continuer leur périple tout en s’interrogeant sur la réelle identité de ceux qui ont décidé de les nuire, les occupants du bateau elfe vogue droit devant et croise le chemin d’un semi-orc, Turuk, qui s’associe à leur quête. Le danger va bientôt resurgir lors de l’apparition de trois navires de la Légion Noire. Est-ce que Lanawyn, malgré son pouvoir déliquescent, pourra tenir tête à leurs agresseurs ? Et si l’intervention du mage Belthoran pouvait changer la donne ?

Par Phibes, le 02/07/2018

Notre avis sur l'album Renaissance

A intervalle régulier de 4 tomes, Jean-Luc Istin et Kiko Duarte reviennent dans la saga pour donner une suite aux aventures d’un des clans dont ils ont décidé depuis l'origine de narrer les équipées, à savoir les elfes bleus. Toujours sous l’égide de la belle Lanawyn qui a pu se dégager de la coupe de son hôte maléfique Lah’Saa manipulée par le sorcier Slovtan, l’aventure reprend son cours conformément à la promesse faite dans le tome 16.

Sous l’intitulé Renaissance, le lecteur est appelé à suivre une quête qui a pour but de reconstruire un sixième peuple (celui des elfes rouges dont les circonstances de la disparition vont nous être contées). Comme il se doit avec le scénariste, l’aventure à laquelle on est invité a le privilège d’être de haute volée. En effet, sa série-concept continuant à l’inspirer, l’auteur parvient grâce à cette quête et à ce qu’elle génère, à nous captiver sur les nombreux tourments que doivent vivre les aventuriers.

A la faveur d’un bon nombre de rebondissements, la mission de Lanawyn ne manque pas de ressort et ce grâce à l’intervention de personnages qui valent leur pesant de charisme. A commencer par la belle elfe bleue, imperturbable dans son serment, qui porte l'histoire sous une narration omniprésente, suivie par le mage Belthoran qui joue la démesure grâce à son aura magique. Le relationnel des deux futurs elfes rouges est digne d’intérêt par le fait qu’il délie les langues et permet de nous faire comprendre le sort de leur ancien peuple. Naatep a aussi sa place dans cet épisode, meneur et mystérieux. Et enfin, Turuk, le semi-orque, croisé antérieurement dans le premier opus d’Orcs et Gobelins, qui apporte puissance et le juste ce qu'il faut en dérision.

Fort de cette association bigarrée qui marche particulièrement bien, complétée par des adversaires réellement méchants, on assiste à des péripéties en droite ligne de la série-concept. Entre fantasy et actions démesurées, sous le couvert d’un large éventail de réflexions profondes et nourries, l’ennui n’a pas sa place dans les quelques soixante pages qui composent cette belle histoire.

De son côté, Kyko Duarte continue à nous émerveiller. En effet, l’artiste parvient sans contestation à donner vie à cet univers elfique grâce à un réalisme époustouflant qui force l’admiration. Assurément rehaussées par très belle colorisation de Digikore Studios, ses illustrations révèlent une fois encore un détail impressionnant qui tend à prouver la rigueur qu’il s’impose. Personnages et décors sont de rêve et poussent inévitablement le lecteur au rêve.

Un très bel album, qui démontre haut la main que la motivation est toujours présente.

Par , le

Les albums de la série ELFES

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›