ELFES #29 Lea’saa, l’Elfe rouge

voir la série ELFES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302090224

Résumé de l'album Lea’saa, l’Elfe rouge

Afin de fonder leur nouvelle dynastie d’elfes rouges, Lea’saa et Fed’saa se sont installés dans les vestiges de la cité d’Artoran située au cœur d’un volcan au nord de l’Ourann. Avec leurs jumeaux, ils vivent là, isolés du monde, au rythme des attaques de légions humaines qui cherchent mystérieusement à les détruire. Lea’saa se veut désespérée par le fait qu’ils sont les derniers représentants de leur dynastie. Le mage Belthoran, qui a prospecté longuement sur les elfes rouges, est venu les informer de ses conclusions à savoir que Lea’saa et Fed’saa restent les deux derniers spécimens des Terres d’Arran. Toutefois, le mage relate qu’il a découvert dans ses recherches une comptine d’un peuple vivant dans un pays faisant partie des Terres d’Ogon et vénérant des dieux à peau rouge. Eu égard à cette trouvaille qui tend à faire croire que des elfes rouges pourraient vivre dans cette contrée, Belthoran propose qu’une expédition soit organisée pour aller vérifier s’il est dans le vrai. Lea’saa décide d’y participer, aidée en cela par le semi-orc Turuk et par la pétulante apprentie cartographe Irinild. Leur voyage au pays d’Ogon va leur réserver bien des surprises.

Par Phibes, le 18/12/2020

Notre avis sur l'album Lea’saa, l’Elfe rouge

Jean-Luc Istin, initiateur de ce monde de fantasy pure, revient une nouvelle fois dans sa grande saga qui n’en finit pas de s’étoffer. S’attachant tout particulièrement à la destinée des deux elfes noirs/rouges Lea’saa et Feda’saa (ex Lea’yn et Feda’yn) que l’on a déjà suivis dans le précédent épisode n°21 (Renaissance), l’auteur vient les introduire dans une équipée qui a le privilège d’ouvrir spatialement l’univers elfique.

En effet, cette aventure somme toute initiatique permet au scénariste de s’échapper des frontières des Terres d’Arran à l’intérieur desquelles nous avons pu vivre sous le couvert des différentes castes d’elfes de nombreuses aventures pour le moins bigarrées. En quête de renouveau, Jean-Luc Istin a donc décidé d’ouvrir son horizon en créant un pendant à son territoire de prédilection, les Terres d’Ogon.

Par le biais de la quête de Lea’saa, nous sommes donc appelés à découvrir ce nouveau pays relié par un minuscule bras de terre et fermé par un mur gigantesque (tel celui de Game of Thrones) façonné et gardé par des nains. Force est de constater que l’exotisme est au rendez-vous puisque l’elfe rouge, à la recherche de ses pairs, va devoir arpenter une nation aux accents africains bien prononcés.

Sous l’égide de l’évocation personnelle de Lea’saa, cette aventure se veut de haute volée, gérée assurément de main de maître par un Jean-Luc Istin volubile et on ne peut plus inspiré. Animée par un trio de personnages de choix qui se complètent à merveille, charismatiques à souhait (tout particulièrement Turuk l’indémontable semi-orc et la jeune Irinild à la langue bien pendue) qui génèrent actions et dérision, cette épopée extra-Terres d’Arran se nourrit d’une intrigue linéaire pêchue qui nous assure d’excellentes surprises, parfois horrifiques et ce, à de nombreuses reprises (l’habitat du peuple des vers, le combat contre le champion des Wallaki…). Toutefois, on restera frustrer en arrivant à la fin de l’album car les soixante pages qui le composent ne suffisent pas à tout révéler, nous obligeant ainsi à attendre le prochain volet (épisode n° 34).

Giovanni Lorusso se veut parfaitement à l’aise dans cet univers. A l’origine de la mise en images de divers épisodes dans la série Orcs & Gobelins (tomes 1, 2 et 8), l’artiste fait preuve, avec l’appui de Kyko Duarte qui a assuré le story-board, d’un travail époustouflant qui augmente grandement la qualité de cet album. Assurément magnifié par une colorisation tip-top de Nanjan J., son dessin délivre un message dynamique ô combien convaincant. La démesure ne lui fait pas peur et l’exotisme à l’africaine lui réussit pleinement. Ses décors sont de fait impressionnants de réalité et les personnages qui y déambulent se révèlent totalement dans leur force de caractère.

Un épisode épatant à tout niveau qui a l’avantage d’ouvrir de nouveaux horizons. Comme qui dirait que cette série est loin de se tarir, même sous le soleil des Terres d’Ogon !

Par , le

Les albums de la série ELFES

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›